À un an de l’élection présidentielle, les sondages se suivent et se ressemblent, avec une Marine Le Pen de plus en plus menaçante. La Macronie était censée être le rempart ultime, mais il n’y a pas que le plafond de verre qui se fissure ; les murs de la forteresse aussi.

À propos de sondages, celui publié ce 11 avril par le JDD a effectivement de quoi faire monter la nervosité ambiante, sachant qu’aucun candidat de gauche – l’insoumis Mélenchon, l’écologiste Jadot ou la Parisienne Hidalgo – ne pourrait battre la fille de Jean-Marie Le Pen au second tour. Dans le même temps, l’électorat de gauche ne manque pas de faire savoir qu’il en a soupé, du « front républicain » ; ce que personne ne saurait décemment lui reprocher.

D’où l’inquiétude d’un Christophe Castaner, patron du groupe LREM à l’Assemblée, qui accuse la gauche « de se tromper d’adversaire » : « Qu’ils cessent de nous donner des leçons et surtout de jouer avec le feu, qu’ils cessent de vouloir casser le front républicain. » Qu’un tel homme venu de la gauche, pour ensuite rejoindre les marcheurs, puisse tancer cette même gauche sur sa marche électorale à suivre a de quoi laisser perplexe.

Tout comme sa feuille de route à venir, d’ailleurs, l’ancien ministre de l’Intérieur affirmant dans la foulée : « Mon premier combat sera d’empêcher que Marine Le Pen soit en tête au premier tour. » Comme toujours, cette même interrogation : en ces temps de pandémie galopante, de chômage de masse, de désindustrialisation de la France, de montée de l’insécurité, nos gouvernants n’ont-ils donc que cette seule préoccupation en tête : interdire à la présidente du premier parti politique français d’accéder à la première place du podium de l’élection première ?

Du côté de son mouvement d’origine, le PS, ce n’est plus un Castaner inquiet mais un Benoît Hamon « terrifié » qui sonne le tocsin : « C’est un sondage terrifiant. Parce que cela veut dire qu’une majorité de Français préfère l’extrême droite à la gauche républicaine. » Et quitte à en rajouter dans le lyrisme de sous-préfecture, le très charismatique Hamon d’ajouter : « Macron n’a pas vaincu la gauche, il est en train de vaincre la France s’il prépare à travers ses politiques la diabolisation de la gauche et la normalisation du Front national, s’il prépare la victoire de Marine Le Pen. »

Si l’on résume, c’est la gauche tout entière, entre canal historique (PS) et canal inattendu (LREM) qui est en train de s’entre-déchirer juste pour savoir qui, de l’une ou de l’autre, serait en train de faire le lit de Le Pen ; comme si Marine ne savait pas faire le sien, toute seule, comme une grande.

Il manquerait, évidemment, quelque chose à cette fête de l’esprit si les écologistes ne s’en mêlaient, Éric Piolle, maire de Grenoble, assurant, ce même dimanche, en forme de tacle à Yannick Jadot, probable candidat vert en 2022 : « La maison commune se construit dans la confiance et la constance. Soyons lucides sur ce qui est l’arc humaniste. » Là, le doute n’est plus permis. On doit faire pousser dans le coin, entre Isère et Auvergne, une marijuana que même les Jamaïcains ne connaissent pas.

Histoire de conclure, revenons-en à ce fameux sondage qui, certes, vaut ce qu’il vaut, surtout à un an de l’échéance. Mais avec toutes les précautions d’usage, il en ressort que le duel au sommet annoncé pourrait bien avoir lieu. Que la droite, à l’exception de Xavier Bertrand, n’y jouera que les troisièmes rôles tandis que la gauche y demeure promise à celui de figurant. Sans négliger ce petit détail qui pourrait bien faire la différence : l’électorat lepéniste est autrement plus mobilisé que son homologue macroniste.

Il est vrai que le premier est un mouvement à l’ancienne. Et le second un machin voulu fluide dès l’origine. Le vieux monde, plus solide, finalement, a donc peut-être encore une chance, non point de le changer, ce fichu monde, mais au moins d’éviter qu’il ne se défasse plus que de raison.

PS : un résumé assez juste de l’union de la gauche, du centre et des forces de progrès :

12 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

0 0 votes
Votre avis ?
8 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires