La droite républicaine va-t-elle se ranger derrière Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle ? C’est en tout cas ce que souhaite le député Les Républicains de l’Yonne, Guillaume Larrivé, si Valérie Pécresse n’accède pas au second tour. Dans un entretien accordé au Point, l’homme politique confirme son choix : « Je constate qu'à l'évidence, il y a désormais de fortes convergences entre le projet présenté par LR et le projet présidentiel d'Emmanuel Macron. […] Si Valérie Pécresse est éliminée au soir du premier tour, je m'engagerai pour qu'Emmanuel Macron soit à nouveau Président et pour que Les Républicains participent, à l'Assemblée, à construire une nouvelle majorité pour la France. »

Cette déclaration de Guillaume Larrivé s'inscrit dans un contexte politique bien particulier pour la candidate LR. Les différents sondages semblent confirmer que Les Républicains s’éloignent chaque jour un peu plus de l’Élysée. Selon l'enquête IFOP pour Paris Match, LCI et Sud Radio, publiée ce mardi 22 mars, Valérie Pécresse est créditée de 10,5 % d'intentions de vote, soit quasiment moitié moins que Marine Le Pen (19,5 %). Constatant cela, certains cadres LR, dont fait partie Guillaume Larrivé, préfèrent anticiper.

Rapprochement idéologique entre Larrivé et Macron

Si le député de l’Yonne semble aujourd’hui prêt à embrasser la Macronie, ce ne fut pas toujours le cas. Comme le rappelle très justement l’hebdomadaire, l’élu publiait, en 2018, un livre à charge contre le Président fraîchement élu, intitulé Le coup d'État Macron. Le Prince contre la Nation (L’Observatoire). De même, il avait répété à plusieurs reprises avoir voté blanc entre les deux tours de la présidentielle. Cette position ne durera qu’un temps. Retournement politique en 2020, quand Guillaume Larrivé est le seul de son groupe de l’Assemblée nationale à voter la confiance à Jean Castex, invoquant la nécessaire « union nationale » face aux crises que traverse la France. Remarqué par la majorité présidentielle, son nom sera évoqué pour intégrer le gouvernement. Des bruits de couloir qui resteront sans suite.

La décision de soutenir Emmanuel Macron au second tour paraît plus claire à l’aune de ces informations. « Ce sera, évidemment, une heure de vérité, estime Guillaume Larrivé, dans Le Point. Ceux qui, parmi les cadres de LR, seraient tentés par une fusion avec le parti lepéniste ou avec la mouvance zemmouriste feraient un choix profondément contraire à l'intérêt national. Pas une voix, jamais, ne doit aller à des idéologues extrémistes, qui sont, en vérité, profondément antinationaux ! » Une déclaration forte que beaucoup partagent au sein des Républicains. Plusieurs cadres, comme Éric Woerth, ont même pris de l’avance en ralliant le Président sortant avant le premier tour. Tous ces déchirements dont est victime la droite confirment qu’une partie penche pour le centre droit avec Emmanuel Macron et l’autre souhaite renouer avec une droite forte avec Marine Le Pen ou Éric Zemmour.

22 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.3 3 votes
Votre avis ?
67 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires