Cela fait désormais trois ans que la cathédrale a failli disparaître dans les flammes. C’était un 15 avril 2019. En fin d’après-midi, un incendie se déclare au sein de la charpente et, en quelques heures à peine, se répand dans tout le bâtiment. Le désastre durera plus de 15 heures, la toiture de la nef finira par s’effondrer, entraînant avec elle la chute de la flèche. 15 heures durant, les sapeurs- de Paris luttèrent pour sauver le bijou gothique, soutenus par les prières de millions de Français. Heureusement, le pire sera évité et les fondations de la cathédrale résisteront à l’assaut répété des flammes ; Notre-Dame est sauvée ! Mais que nous a appris ce triste événement ?

C’est la question à laquelle veut répondre Corentin Stemler, jeune metteur en scène de 24 ans, en produisant et réalisant un spectacle ultra ambitieux retraçant l’histoire de Notre-Dame, de sa fondation en 1163 à son sauvetage in extremis du feu en 2019. Un pari audacieux, donc, qui réunit une cinquantaine d’acteurs, des dizaines de danseuses et tout autant de chanteurs, le tout habillé selon le style d’époque avec près de 390 costumes faits sur mesure. Le message de ce spectacle son et lumière est on ne peut plus clair : « Rendons à Notre-Dame et conscientisons à quel point nous ne devons jamais la perdre ! »

Corentin Stemler, le jeune homme derrière ce projet ambitieux, n’en n'est pas à son premier coup d’essai. Il est notamment le père de Symphonia, la grande épopée musicale, impressionnant spectacle représenté en 2019 et véritable hommage à la musique à travers les siècles. « Créer de grands spectacles pour faire aimer notre Histoire », voilà le credo de M. Stemler, passé entre autres par le Puy du Fou et Amaclio, l’agence qui produit La Nuit aux Invalides.

À quoi devons-nous nous attendre ?

« Des musiques extraordinaires, des jeux de lumière ultra-immersifs et de l’émotion, beaucoup d’émotion », explique Corentin. Et pour ce faire, quoi de mieux que le Palais des Sports, le fameux dôme de Paris situé dans le XVe arrondissement ? C’est ici qu’un premier spectacle musical sur avait été mis en scène par Robert Hossein en 1978. À l’époque, déjà, la représentation avait rencontré un franc succès !

Un spectacle qui promet et qui ne cache pas sa démesure, à l’image de Notre-Dame. Pour la composition, c’est le jeune talent Richard Liegeois, déjà à l’œuvre pour Symphonia, qui va se charger de la scénographie musicale. De nombreuses heures de travail et de répétition attendent les équipes de Sauvée alors que le staff a commencé à se réunir et à lancer les prémices de la campagne de communication. Car de la com’, il va en falloir ! Pour remplir le Palais des Sports, il faut séduire 11.000 personnes et, après deux ans de Covid, acheter des places pour se rendre à un spectacle musical peut paraître assez lointain pour le commun des mortels…

On souhaite donc bien du courage à Corentin Stemler et aux très nombreux volontaires bénévoles qui l’entourent pour mener à bien cette courageuse entreprise théâtro-musicale et on se hâte, déjà, d’être en avril 2023 pour assister à la première représentation !

2984 vues

22 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4 commentaires

  1. Le 15 avril, notre 11 septembre à nous Français. Malgré les évidences – vaporisations de plomb qui montrent que des températures de près de 1700 degrés ont été atteintes – on persiste à ne pas savoir. A moins que l’on ne sache que les charpentes avaient été traitées avec du coaltar par Violet le Duc, mais dans ce cas qu’on le dise. Sinon, il a bien fallu un adjuvant comme la pentrite pour provoquer une telle température .

    1. Le silence sur l’enquête n’augure rien de bon…Y a t-il seulement une enquête ?
      Ou bien la légende du mégot de cigarette est-elle officiellement validée ?
      Si l’incendie a été volontaire, comme beaucoup le pensent, devinez QUI se réjouit ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter