Ce 9 mars, Jason Horowitz (The New York Times) est allé droit au but : “Après avoir causé le naufrage de l’establishment américain, il [Bannon] veut maintenant détruire l’establishment européen.” Bannon va probablement donner quelques conseils discrets de métapolitique comme de guérilla internationale aux dirigeants du Front national, qui tient son 16e congrès à Lille au moment même où j’écris ces lignes. Après être passé par Milan et la (rencontre avec la alternative allemande) avant d’aller un peu plus à l’est…

Car, il le dit lui-même, il se voit “infrastructure du mondial”, face à une autre « infrastructure » : celle du célébrissime philanthrope Soros. Car les mouvements européens ont, jusqu’ici, électoralement oscillé entre Gergovie et Alésia, victimes de leur « localisme » comme d’une attitude « réactionnaire » bien plus que « révolutionnaire »… face aux synergies puissantes produites par la coalition entre ceux de l’ « financialisée » et ceux des ouvertes, caracolant en tête.

Mais qui est Steve Bannon ? Nous renvoyons, ici, nos lecteurs à deux excellentes analyses de l’Observatoire du journalisme (OJIM) : “Breitbart News Network : une idéologie de synthèse efficace” (9 août 2017) et “Breitbart News veut remplacer Fox News… littéralement” (15 septembre 2017). Bannon, Irlando-Américain et ancien officier de renseignement dans la Marine, a connu une carrière fulgurante dans la finance (Goldman Sachs, entre autres), ce qui l’a mené à investir personnellement dans le et la . Il connaît le système. Il a relancé Breitbart, organe conçu en pour les États-Unis avec la bénédiction de Netanyahou afin d’utiliser, à droite, les méthodes de disruption de l’extrême gauche.

Bannon et Breitbart ont, ainsi, « fait » (même si ce dernier n’aime pas l’entendre), apportant à son remarquable cerveau reptilien un complément de mésocortex empathique (le thème bannonien de l’homme abandonné par l’élite), complété d’un néocortex « anormal » pour un Américain : celui des grands penseurs européens de la « tradition » et « cycles historiques ». Bref, Bannon, émule de Julius Evola, a rajouté patiemment un corpus idéologique, politique et métapolitique à ce qui avait démarré comme un simple coup médiatique trumpiste. Avec trois axes : la sécurité intérieure et extérieure, la restauration économique, la réforme de l’État.

Toutefois, dès son élection, Trump a été neutralisé par le blitz du Maïdan américain – « Russiagate », sabotages constitutionnels et autres scandales sexuels – qui a privé Trump de politique étrangère, le plaçant désormais sous l’épée de Damoclès du procureur Mueller. Depuis, plus de 70 % des Américains voient en Poutine, maintenant « saddamisé », l’ennemi existentiel des États-Unis, et plus de 50 % des Américains pensent que Trump est trop mou avec la Russie.

Bannon est parti en août 2017, à la grande satisfaction des mondialistes qui avaient encerclé Trump à la Maison-Blanche. Mais Trump est récemment reparti sur un programme « bannonien » (les tarifs douaniers, infrastructures) qui a provoqué le départ de son conseiller Gary Cohn. Dépité, le journaliste néocon Chris Stirewalt disait récemment sur Fox News : “Bannon n’est plus très loin de la Maison-Blanche !” Un Bannon épris de Marion Maréchal, à l’instar de Sarah Palin, qui voyait en elle une nouvelle Jeanne d’Arc. Marion, récente coqueluche des conservateurs américains…

10 mars 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le trumpisme était beaucoup trop grand pour Donald Trump…

Ce n’est pas « la gauche » qui a battu Donald Trump, c’est la ploutocratie technétronique …