Cet été, prendre le train ne sera pas simplement un mode de déplacement vers de nouvelles aventures : ce sera une aventure en soi ! Usagers habituels ou occasionnels de la SNCF, vous avez déjà tout connu au moment de réserver votre billet, d’entrer en gare ou de prendre votre train. Tout, sauf le train qui arrive à l’heure et sans encombres.

Sans exception, rien ne se passe jamais comme prévu. Et l’aventure peut alors commencer : site Internet incompréhensible, tableaux de destinations où s’empilent sans honte les retards, ruées après de longues attentes, quand le numéro du quai enfin s’affiche pour un départ soudainement précipité, wagon-bar et ses fameux « sandwichs SNCF », fermé pour une raison inconnue, correspondance qui n’aura pas lieu et le périple qui se termine, à une heure avancée de la nuit, en bus, en taxi ou à l’hôtel.

Pour cette « gêne occasionnée » ? Une douce voix vous remerciant de votre compréhension et le sésame généreusement offert au bout du quai, vous remboursant une portion de votre prochain voyage - vivement ! - sous des conditions dont seule la a la secret ! Il y avait donc l’Orient-Express, il y a maintenant la SNCF ! Et cet été encore, c’est une nouvelle saison de la saga qui vient tout juste d’ouvrir…

À l’aube du siècle dernier, quand se dessinait le vaste réseau des chemins de fer depuis l’Angleterre, qui nous vaut que les trains circulent à gauche, on aurait pu penser que cette révolution des promettait une vie nouvelle aux voyageurs des temps modernes : deux lignes parallèles, des chemins tracés perçant les montagnes, avalant les distances et réduisant le temps, des machines d’acier conduisant à bon port tous les passagers… Las, la promesse est aujourd’hui déçue. Et il n’est pas une saison, pas une raison où un train sache arriver à l’heure. En la matière, jamais un train de retard et une rigueur de métronome : vous attendez votre train et lui aussi vous attend, avec son lot de nouvelles surprises !

Cet été, donc, « la prévoit des ralentissements sur les trains en raison des fortes chaleurs », nous informe franceinfo. De quoi faire réagir François-Xavier Bourmaud, journaliste au Figaro, sur Twitter :


Mais ce n’est pas tout : Europe 1 nous indique, ce 15 juillet, le cas « de parents empêchés de récupérer leurs enfants sur les quais, faute de billets » ! Après les perles du bac, celles du train. En revanche, s'il y a bien une cause pour laquelle la SNCF n'aura jamais un train de retard, c'est celle de l'inclusivité...

Alors, bien sûr, l’explosion des prix du carburant aurait pu « nous faire préférer le train », mais force est de constater que ce mode de transport est en perte de vitesse. Dans son dossier de une sur le cauchemar des transports, Marianne nous révèle que « le train perd du terrain », passant de 17,1 à 13,8 millions d’usagers entre 2008 et 2019.

Alors pour ceux qui, malgré tout, par choix, par obligation ou esprit d’aventure, auront cet été à prendre le train, Boulevard Voltaire a préparé pour vous un petit jeu plein de sens : au gré de l’une ou l’autre de vos attentes, munissez-vous, devant un des guichets fermés, d’un petit dépliant figurant le logo arrondi du TGV, fleuron de la France qui avance. Et amusez vous à le retourner… Vous verrez apparaître un joli gastéropode à cornes. Il est là présent dans toutes nos gares, nos rames et nos wagons pour nous délivrer un message de sagesse qui fait l’âme de la SNCF : l’art de la patience…

8165 vues

15 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter