Sans qu'on s'en soit aperçu, il semble que le conflit israélo-palestinien ait donné à Emmanuel Macron l'occasion de devenir une source d'inspiration pour Joe Biden.

En pratiquant, à son tour, la petite danse élyséenne du « en même temps », qui suppose de sauter d'un pied sur l'autre avec la régularité d'un pendule, il y a pourtant fort à craindre que le président octogénaire perde à nouveau l'équilibre.

Un soutien à Israël qui divise

Tenter de concilier une politique étrangère de soutien à Israël et une campagne présidentielle nécessitant la mobilisation d'un électorat démocrate travaillé par le wokisme relève en effet de la gageure et donne de forts mauvais résultats, à en croire les sondages.

Une enquête d’opinion NBC News de novembre montre que Joe Biden perd massivement le soutien des jeunes âgés de 18 à 34 ans qui sont 70 % à désapprouver sa gestion du conflit. En septembre dernier, 46 % de ces électeurs ont déclaré qu'ils approuvaient de façon générale son action. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 31 %. Une désaffection qui, si elle persistait, pourrait sérieusement menacer la réélection du président américain, le vote des jeunes ayant joué un rôle majeur dans sa victoire de 2020.

Récemment, le Washington Post est allé à la rencontre d’étudiants de l’université du Michigan qui ont indiqué qu’ils envisageaient de ne pas voter ou de voter pour quelqu’un d’autre que Biden. L’une d’entre eux a expliqué qu’elle et ses amis surnomment désormais le président américain « Genocide Joe » en raison de son soutien à Israël. Une autre fait part de son incertitude : une de ses priorités pour la prochaine élection est de protéger l’accès à l’avortement, mais la décision de Biden de ne pas appeler à un cessez-le-feu total à Gaza lui pèse lourdement.

Pour expliquer cette fracture, la journaliste du Post note que de nombreux experts font le constat de la désapprobation des jeunes générations à l'égard de « la politique de droite du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou », du « blocus israélien de Gaza » et de « l'occupation de la Cisjordanie ». Autre élément à prendre en compte, ajoute la journaliste, la comparaison faite par ces jeunes « entre le traitement des minorités aux États-Unis et celui des Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie ».

L’impact du wokisme

On mesure ici l’impact de la diffusion du wokisme parmi les jeunes Américains, il se retourne aujourd’hui contre le Parti démocrate et son candidat. Un véritable retour de flamme attisé par des élus jusque-là instrumentalisés électoralement pour ratisser large parmi les minorités. Rashida Tlaib, la représentante démocrate du Michigan, en est la figure la plus active et radicale. Depuis le début du conflit, elle multiplie les déclarations outrancières et s’en prend directement à Joe Biden.

Début novembre, Rashida Tlaib a ainsi publié une vidéo dans laquelle apparaissait le message suivant : « Joe Biden a soutenu le génocide du peuple palestinien. Le peuple américain n’oubliera pas. Biden, soutenez un cessez-le-feu maintenant. Ou ne comptez pas sur nous en 2024. »

Une interpellation d’une rare violence qui s’est accompagnée de la reprise, par l’élue démocrate, de l’expression « du fleuve à la mer ». Un cri de ralliement considéré comme un appel à donner aux Palestiniens les terres allant du Jourdain à la mer Méditerranée. Ce qui supposerait l’éradication d’Israël.

De nouvelles provocations qui ont conduit à l’adoption, ce mois-ci, par la Chambre des représentants d’une résolution à son encontre pour avoir fait la promotion « de faux récits concernant l’attaque du Hamas contre Israël » et avoir appelé « à la destruction de l’État d’Israël ». Seuls 22 démocrates se sont joints à une très large majorité de républicains pour faire voter cette sanction.

« Le débat a opposé les démocrates traditionnels aux législateurs les plus progressistes de la Chambre, dont beaucoup étaient des femmes de couleur qui ont entouré Mme Tlaib alors que la censure était discutée », note le New York Times. L’une d’entre elles, la représentante Ayanna Pressley, démocrate du Massachusetts, qualifie cette mesure de « manifestement islamophobe, antidémocratique et de totale perte de temps ». Elle a également déclaré que les républicains à l’origine de cette initiative étaient « obsédés par le contrôle des femmes progressistes de couleur ».

L’art délicat du « en même temps »

Face à son parti qui se divise et à la perte de soutien des jeunes et des minorités, Joe Biden se livre à un jeu d’équilibriste digne de notre Président français. L’actuel locataire de la Maison-Blanche est passé de l’expression d’un soutien inconditionnel des États-Unis à l’égard de son allié historique, au lendemain de l’attaque terroriste du 7 octobre, à des mises en garde répétées en direction des dirigeants israéliens sommés de ne pas se laisser « consumer par la rage ».

« Moi aussi, j'ai le cœur brisé par les images de Gaza et la mort de milliers de civils, dont des enfants », affirmait-il récemment dans une tribune parue dans le Washington Post. Des paroles destinées tout autant aux « rues arabes » du Moyen-Orient qu’à son électorat américain. Joe Biden a d’ailleurs pris soin de dénoncer à la fois la « montée alarmante » de l’antisémitisme dans son propre pays mais aussi les craintes de « la résurgence de l’islamophobie ».

« Nous devons […] nous considérer les uns les autres non pas comme des ennemis mais comme des compatriotes américains », ajoutait-il. Les propos d’un pompier pyromane qui, en surfant ces dernières années sur la vague woke, n’a cessé de contribuer à la fracture de son pays en une multitude de communautés rivales et hostiles.

4112 vues

27 novembre 2023 à 15:44

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

16 commentaires

  1. Soyons sérieux , il est totalement impossible de « réélire » le vieux sénile Biden . Tout le monde sait très bien que  » Jo Bidon  » est incapable de prendre une décision . Il ne fait que répéter ce qu’on lui dit à son oreillette .Quoi que ; nous nous avons un « jeune » cuistre qui se prend pour Jupiter et qui fait et dit que des conneries . Il ne fait que ridiculiser la FRANCE ;

  2. Dire = »ses amis surnomment désormais le président américain « Genocide Joe » en raison de son soutien à Israël. » et « Joe Biden a soutenu le génocide du peuple palestinien. Le peuple américain n’oubliera pas. Biden, soutenez un cessez-le-feu maintenant. Ou ne comptez pas sur nous en 2024. » sont des déclarations outrancières?
    Maintenant, dire la vérité (à savoir que 15.031 personnes ont été tués, dont 8.176 enfants et 4.112 femmes. 36.350 personnes blessées et 7.000 personnes portés disparus, dont la plupart sont des enfants. 64 journalistes et 110 membres de l’ONU tués au 24 nov.) ceci pour 1400 morts du côté opposé le 07 octobre (c’est trop, et je condamne) est outrancier?
    Se défendre oui c’est une évidence. Maintenant, faire des représailles à ce point, non.
    Et le dire n’est pas outrancier. IL faut la Paix!

  3. Il est toujours jubilatoire de voir l’arroseur arrosé. Quant au « en même temps  » cher à notre président, nous sommes nombreux à affirmer qu’il ne fait que décrédibiliser celui qui en abuse et malheureusement aussi, la nation qu’il représente.

  4. Les wokistes sont sans doute pro-palestiniens mais ils ne sont pas les seuls à faire le constat du traitement odieux qui est infligé aux civils palestiniens par un gouvernement israélien d’extrême-droite et religieux. Un collectif de 500 avocats a déposé une plainte auprès de la Cour Pénale Internationale et demande une enquête sur ce qu’ils qualifient de génocide. Sont-ils tous des militants wokistes ? Et Dominique de Villepin qui fait le même constat, est-il lui aussi un wokiste ou un antisémite comme semblent le penser les animateurs d’une chaîne de télévision qui milite en faveur de la défense de la civilisation occidentale c’est à dire, en fait, de l’empire étatsunien ?

    1. Merci de dire la même chose que moi, vu sous un autre point. Je vous en remercie. Parfois, j’ai l’impression d’être la seule à voir la disproportion entre l’attaque et les représailles.
      J’espère que la Cour Pénale va se remuer un peu.

  5. @Frédéric Lassez
    Cher Monsieur, Merci de nous faire réfléchir.
    Une fois n’est pas coutume, votre article me laisse perplexe.
    Je peine à croire que les étudiants Woke, ou autres, puissent avoir une réelle influence sur le vote des Américains? Aux USA, on se moque en général de la politique étrangère de son pays !
    A moins qu’elle ne commence à coûter trop cher au contribuable ?
    Ce qui est probablement le cas, car imprimer des dollars ne peut se faire indéfiniment sans affaiblir la monnaie !
    Mon seul espoir de voir Biden se faire évincer est plutôt d’ordre économique qu’idéologique.
    Remarquez au passage que chez nous, personne ne semble être conscient que l’inflation est due à l’effort de guerre au profit de l’Ukraine contre la Russie.

  6. Qu’ils viennent d’Israël ou d’Ismaël, les fils de Sem tous sont cousins germains (si j’ose) . Seule la religion les sépare et c’est énorme ! Tels les Russes de Kiev et de Moscou, ils n’ont que cela pour distinction.
    Pas meilleures guerres que les conflits familiaux !

    1. Pardon de vous contredire. Le socle de la civilisation ukrainienne est son baptême en 988 voulu par Constantinople.
      C’est le Prince Vladimir Ier arrière petit-fils de Riourik de Novgorod, qui a consenti à baptiser son peuple dans le Dniepr.
      Autrefois les Uniates créés par Rome dans l’Ouest de l’Ukraine étaient hostiles aux Orthodoxes.
      Mais aujourd’hui c’est l’Occident, vassal des USA, qui mène une guerre idéologique contre la Russie, après avoir persuadé les Ukrainiens qu’ils vivront mieux dans l’Union Européenne!
      Comme nous le savons tous les promesses n’engagent que ceux qui y prêtent foi.

  7. Le vote des jeunes à peut-être joué un rôle majeur dans l’élection de Biden en 2020…Tout comme la fraude électorale massive.

  8. Rappelons que lorsque les Anglo-Saxons ont accédé au désir juif de retrouver la patrie abandonnée il y a 2000 ans, il y eût en Europe un mouvement qui crut qu’ainsi chacun allait vivre chez soi . Il n’en fût rien et les Hébreux ont continué de se dire chez eux là où ils vivent.

  9. Un sénile et un psychopathe. Le « en même temps » serait-il un symptôme de maladie mentale ?
    Israël devrait faire attention, car Biden est rien moins que fiable. Zelinsky en sait quelque chose, qui va disparaître dans les poubelles de l’Histoire.

Les commentaires sont fermés.