Quand on entend Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, difficile de ne pas penser à Forrest Gump. Surtout à cette scène du film de Robert Zemeckis (1994) : sa mère l’emmène chez le médecin qui lui explique que, sur une ligne médiane d’intelligence moyenne, son Forrest de fils est juste un poil au-dessous.

Ainsi, invité ce 14 novembre sur France Inter, le successeur de Sibeth Ndiaye (rien de tel que le changement dans la continuité en matière de virtuosité) affirme : « Quinze ans que j’entends que diaboliser le RN ne marche pas. Mais depuis quinze ans que le RN est dédiabolisé, il gagne des points. »

Lutter contre le RN : un emploi à plein-temps…

Qu’on se rassure : « C’est par le résultat de nos politiques qu’on fera reculer les extrêmes. » Comme si c’était un but en soi et que ces gens n’avaient pas mieux à faire : gouverner la France, par exemple. Mais que demander de plus à un Oliver Véran, sarkozyste en 2007, macroniste en 2017 et socialiste à ses heures perdues ? Il a une vision strictement comptable de la société, tel Alain Juppé, lui aussi prisonnier d’une logique dans laquelle tout se résout aux seules questions économiques.

Un petit détail, toutefois. Olivier Véran, très à cheval sur les questions d’élégances républicaines, sait aussi se transformer en politologue averti : « Est-ce que le RN a changé ? […] C’est le propre de l’extrême droite que d'être capable de muter pour gagner par la ruse. » Parole de virologue autoproclamé, tel qu’on a pu le voir durant la pandémie du coronavirus à l’occasion de laquelle le même Oliver Véran assurait que « les masques ne servaient à rien ». Fortuitement, le sien, de masque, tombe aujourd’hui. Celui de l’ignorance politique la plus crasse lorsqu’il se risque à évoquer une sorte de taqiya amenant les lepénistes à mentir à tous propos pour mieux dissimuler leurs véritables objectifs. À ce niveau de niaiserie et d’autosatisfaction, le mieux serait de consulter un collègue…

Une « extrême droite » que personne ne sait définir…

Au fait, il faut remarquer cet autre petit détail sémantique au passage : qu’est-ce que « l’extrême droite » ? Le socialisme, on sait à peu près. Le communisme, on voit globalement. L’extrême gauche, on peut vaguement en définir les contours. Mais ce fameux vistemboir politique ?

Pour Jean-Yves Camus, politologue de renom et de gauche : « Nous vivons encore sur un mythe supposé être mobilisateur : le caractère maléfique, voire diabolique, d’une "extrême droite" jamais précisément définie. Tout adversaire politique peut être récusé comme étant "d’extrême droite", ce qui permet d’insinuer qu’il agit contre l’intérêt national, contre l’intérêt général » (Le Figaro).

À droite, Mathieu Bock-Côté, dans Le Figaro Magazine de ce 3 novembre, admet lui aussi : « J’ai cherché désespérément une définition de l’extrême droite, je ne l’ai pas trouvée. J’en suis arrivé à la conclusion qu’est d’extrême droite celui que le système assimile à l’extrême droite, à un moment particulier, et quiconque questionne alors ce positionnement ou remet en question cette catégorie est à son tour envoyé à l’extrême droite. » Bref, des deux côtés de l’échiquier politique, les esprits éclairés disent peu ou prou la même chose.

Un Front national très résistant…

Voilà qui nous renvoie à d’autres déclarations. Celles de Marine Le Pen, par exemple, accordées au Journal du dimanche de ce 12 novembre, à propos des « origines antisémites du Front national » : « Dire cela est un mensonge historique. Qu’il y ait eu des gens qui, parmi les fondateurs du FN, se soient trompés de camp, c’est une certitude. Mais il y avait aussi Georges Bidault, le successeur de Jean Moulin », qui faillit bien prendre la tête de ce mouvement, en lieu et place d’un certain Jean-Marie Le Pen. Et sa fille de poursuivre : « Pourquoi Couve de Murville, haut fonctionnaire de Vichy, devient ministre du général de Gaulle ? Pourquoi Papon devient celui de Giscard d’Estaing ? Pourquoi Mitterrand fréquente-t-il Bousquet ? […] Ils ont tous considéré, dans cette période de l’Histoire du pays, qu’il fallait réconcilier ceux qui avaient eu raison et ceux qui s’étaient lourdement trompés. »

Mais cela, Olivier Véran peut-il le comprendre ? Forrest Gump, lui, au moins, était drôle, et surtout gentil. Tout le contraire de ce cancre déguisé en premier de la classe. Pour porter la bonne parole gouvernementale, Emmanuel Macron aurait pu dénicher mieux. Mais peut-être que Yann Barthès n’était pas libre.

6478 vues

14 novembre 2023 à 21:00

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

58 commentaires

  1. Plus menteur que lui, tu meurs. Et tout ce gouvernement aussi. Ils sont tous à la botte de Macron et sortent tous du même moule! Aux US et ailleurs les procès (Covid) commencent. Pfizer est en chute. « Tous vaccinés, tous protégés ». Merci Mr. Véran!

  2. « Un con ça ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît  » Michel Audiard
    Cette diatribe lui sied si bien….

  3. Si ce pauvre Véran juge que le RN ou ses parents proches sont de vulgaires relents d’anti sémites je rétorque à ce monsieur (porte-parole sans résonance) que comme 42% des électeurs français je ne me sens pas du tout inclus dans son « vase clos » , mes grands pères ont donné de leur existence pour sauver la France durant la Grande Guerre , la grand mère de mon épouse a été déportée en 1942 et n’est jamais rentrée , laissant 2 orphelins de 3 et 5 ans ; alors ses leçons de bons et mauvais citoyens qu’il les réserve pour tous ces clandestins venant foutre le désordre et la désolation sur notre sol, avec l’appui de ses inconditionnels soutiens de l’extrême gauche . Il nous a laissé un relent d’amertume pendant la période du Covid matraquant sans relâche la soumission aux injonctions du pouvoir, il est grand temps que l’on remise aux oubliettes ces incompétents .

  4. Comme le disait finement inénarrable Nathalie Saint Cricq, du clan Duhamel et Cie, les maires RN font exprès de bien gérer leurs villes pour tromper les Français… Sans doute que les maires de gauche, écolos en tête, font exprès de faire de leurs villes des poubelles et des coupe-gorge pour que les Français ne se trompent pas.

  5. Monsieur Véran semble oublier les paroles de Charles-Jean Henault: « Que ceux qui ignorent, apprennent que ceux qui savent aiment à se souvenir ». Nous ne vous oublierons jamais lorsque la justice se retournera contre vos mensonges criminels.

  6. Véran est un menteur patenté qui est responsable de nombreux morts dus à son interdiction de la quinine et à son obligation à la piqûre d’oxyde de graphène.

  7. Véran ? J’ai épuisé mon dictionnaire d’adjectifs (dis-)qualificatifs au sujet de ce »Monsieur ».

  8. Véran Sibeth Ndyaie que des personnages de haut vol, le pire c’est qu’il n’aterrissent jamais.

  9. N’en déplaise à M. Véran, qui, lui, ne « mute » pas franchement…sans même évoquer quelque mutisme que ce soit voire Forrest Gump…Je ne puis résister à l’envie de reprendre, à propos du diable, la citation du cardinal Pierre de Bernis « Je préfère le paradis (pas celui d’Olivier Véran tout de même…) pour son climat, mais l’enfer pour ses fréquentations »…

  10. C’est ce type de politicard que les français exècrent, ceux qui ont fait ce que le Parti Socialiste est aujourd’hui. Il a sauvé sa peau en allant se refugier chez Renaissance. Il est nocif à la politique.

  11. Que la France soit un pays où tous les Français sont en sécurité , que le niveau de vie soit élevé et en extension permanente , que nos dirigeants soient compétents et efficaces , que la police puisse faire son travail dans tous les quartiers , que l’on n’ait pas l’impression de vivre à Alger ou Bamako et que la justice fasse son travail et vous verrez le RN baisser ,mais à ce jour ce n’est pas avec vos paroles haineuses que vous allez y arriver !! Désolé Mr VERAN

Les commentaires sont fermés.