L’idée n'a pourtant rien de saugrenu. Dans une proposition de loi déposée le 4 août dernier, des parlementaires du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale envisagent d'« encadrer l’utilisation de l’allocation de scolaire (ARS) » et de « lutter contre la fraude ».

Tollé à gauche

Mais à peine le texte était-il rendu public sur le site de l’Assemblée nationale que la gauche criait au scandale. De Renaissance à la NUPES, tous accusent les élus de droite de « pauvrophobie ». « Je n’en peux plus de cette stigmatisation des plus fragiles et des plus pauvres », lance ainsi Olivier Klein, ministre délégué à la Ville et au Logement, au micro de RTL. « Chaque année, les parents sont accusés d’acheter, avec l’allocation de scolaire, des écrans plasma, des jantes neuves, des smartphones… Le vieux fantasme des pauvres qui boivent l’argent des allocs », raille de son côté Laurence Rossignol. « Heureusement on peut toujours compter sur Les Républicains pour lutter contre tous ces mauvais pauvres qui utilisent mal leurs allocations de rentrée », ironise Maud Bregeon, porte-parole de la majorité à l’Assemblée. Ou encore Benjamin Lucas, député écologiste, qui qualifie d'« indigne » cette proposition de loi.

À les écouter, il semblerait que les parlementaires aient lancé une croisade contre les franges les plus modestes de la société française. Pourtant, que l’on se rassure, dans ce texte, il n’est question que de contrôle et non de dévalorisation ou de suppression de l’ARS.

Rendre à l’ARS sa vocation initiale

Le groupe souhaite simplement « s’assurer que la solidarité nationale va uniquement aux enfants et à leur réussite scolaire », explique Pierre-Henri Dumont, député du Pas-de-Calais, à l’origine de cette proposition de loi. En effet, ces parlementaires déplorent «l’absence de contrôle sur les dépenses effectuées [avec l’ARS] qui permet de facto aux bénéficiaires d’utiliser cette aide à d’autres fins que celle des besoins de leurs enfants ». Pour rendre à l’ARS sa vocation initiale, ils proposent donc tout d’abord de verser cette aide, non plus en virement comme c’est le cas aujourd’hui, mais sous la forme de « bons d’achat » de rentrée utilisables seulement auprès de certaines enseignes. Ensuite, ils suggèrent de demander aux communes de préparer, pour les élèves bénéficiaires de l’aide, « un trousseau de fournitures scolaires ». Enfin, pour lutter contre les fraudes, ils demandent que les familles fournissent un justificatif de scolarité.

Après tout, cette volonté de contrôler l’utilisation de l’argent des contribuables semble plutôt naturelle. Surtout lorsque l’on sait que cette allocation concerne 3,2 millions de familles pour un coût total estimé à plus de 2 milliards d’euros.

Par ailleurs, il fut un temps où la majorité présidentielle ne s’offusquait pas de telles propositions. L’an dernier, Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l’Éducation nationale, dénonçait l’achat « d’écrans plats » au mois de septembre grâce à l’ARS. Des propos qui faisaient écho à la tribune de Perrine Goulet, députée du MoDem et soutien de la majorité, dans laquelle elle demandait une « réforme » de l’ARS car « ce que l’on constate, c’est que son utilisation n’est in fine pas toujours dédiée aux enfants ».

Le débat sera-t-il tranché cette année ou bien reviendra-t-il inlassablement sur le devant de l’actualité tous les mois d’août ?

6696 vues

18 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. Comme toujours la gauche crie au scandale lorsqu’il est question d’être rationnelle et de faire de économies.. Il fut un temps ou les fournitures, livres y compris, étaient distribuées GRATUITEMENT aux élèves en début d’année scolaire et les livres devaient être rendus en bon état en fin d’année. Dans mon école même le papier pour recouvrir livres et cahiers de classe était fourni, charge aux parents de recouvrir ces derniers. Pourquoi ne pas revenir à ce système? On pourrait même y ajouter un uniforme ce qui éviterait pas mal de discussion et mettrait tout le monde e à égalité.

  2. C’est avec cet argent que ces enfants, pauvres d’après les gauchistes, peuvent s’acheter les motos avec lesquelles ils font leurs rodéos.

  3. Tiens, c’est maintenant que « la droite » découvre les détournements possibles de l’allocation de rentrée scolaire ??? Sauf erreur de ma part, ça fait bientôt 40 ans qu’elle existe : créée en 1974, Giscard Président et Chirac 1er ministre.

  4. Mis ça va pas à « drohate » non ? Les ventes de TV led vont s’effondrer…. Bah ils ne feront aucun contrôle alors…on a l’habitude.

  5. Cet ASSISTANAT se retourne contre notre SOCIETE. Il permet entre autres et ce depuis des années, aux racailles de s’équiper pour gravement nous NUIRE… Cette générosité sociale allouée de cette façon ne peut durer. Comme précédemment indiqué, elle doit être adaptée à l’état d’esprit de ces gens qui sont globalement irresponsables et incivilisés. Allouée en BONS D’ACHAT évitera de gaspiller ces ALLOCATIONS qui sont le fruit du travail des HONNÊTES CITOYENS. Puisque c’est le sujet, il faudrait systématiquement SUPPRIMER les ALLOCATIONS FAMILIALES aux familles dont les enfants se conduisent comme de futurs voyous que sont leurs aînés. Si récidive, EXPULSION totale des familles concernées, naturalisées françaises ou non. Dès l’instant où elles ne respectent pas nos LOIS, , elles doivent être déchues de ce privilège.

  6. Ce que la gôche semble oublier c’est que, lorsque cette allocation est mal utilisée, ce sont les enfants les premières victimes !
    De toute façon il faudrait totalement revoir le système d’aides sociales et imposer celles ci, même légèrement, et prendre en compte les sommes versées comme revenu pour le versement de ces aides !

  7. Il, faut trouver une solution pour que ce argent soit dépensé uniquement pour les fournitures scolaires et non pour le superflu .
    Il faut que ces chèques soit dépensés uniquement dans des magasins de fournitures scolaires

  8. Formidable ! La gauche au service du grand capital et des enseignes commerciales ! Y compris la branche écolo de la NUPES qui sous prétexte de « pauvrophobie  » encourage la société de consommation ! Parce que tous les centres commerciaux l’on bien compris et anticipent le phénomène à chaque rentrée ! Vous n’avez qu’à consulter les catalogues qui regorgent de smartphones et autres consoles de jeux ! C’est vrai que c’est indispensable pour travailler en classe !

  9. Dès lors qu’il s’agit de fonds publics il est normal qu’il y ait des contrôles et des vérifications sur le bon usage de cette aide destinée, en principe, aux achats de rentrée scolaire. Au lieu de verser cette aide aux parents les communes devraient délivrer des bons pour les achats de livres, cahiers, cartables et fournitures diverses y compris vêtements (parka, sports…) chez des commercants sélectionés et également réserver une partie de cette aide pour payer la cantine des enfants. Les aides sociales engloutissent une grosse partie du PIB, il faut qu’elles soient davantage encadrées et vérifiées.

  10. On pourrait sans doute transformer cette allocation en bons d’achat de fournitures scolaires ?
    2 milliards, c’est une somme sauf sans doute pour nos gouvernements successifs accros au déficit et au transfert de la dette un jour prochain justement sur les bénéficiaires de cette allocation de rentrée scolaire !
    Leur credo est de penser à la prochaine élection et non à la prochaine génération

  11. La tactique de Borne et Macron, c’est actuellement : subventions tous azimuts pour tenter de désarmer la NUPES. Qui paye ? Les titulaires de livret A à qui on a généreusement alloué 2% d’intérêts avec 8 % d’inflation prévisible. Pour 500 milliards de dépôt, ce taux représente 30 milliards de ponction. Il n’y aura pas d’impôts supplémentaires; on vous dit.

  12. Si cette allocation de rentrée scolaire permet des achats sans lien avec la rentrée, c’est peut être qu’elle est superflue.

  13. En GB les écoles achètent toutes les fournitures et manuels scolaires chez des grossistes , cela revient moins cher , et distribution gratuite aux élèves.

  14. Souvenons nous : quand fût instaurée la prime pour le troisième enfants, les CAF l’ appelaient la prime magnétoscope car la plupart du temps elle servait à l’achat de cet équipement que je dirais presque ménager voire indispensable.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter