[POINT DE VUE] SNCF : à nous de vous faire détester le train

800px-SNCF_OUIGO_TGV_Dasye_761_Marseille_-_Paris

Cela faisait longtemps.

On annonce 70 à 90 % de grévistes chez les contrôleurs de la SNCF, de vendredi à lundi prochain. Soit pour le week-end de milieu de vacances scolaires pour la zone C et au début de celles de la zone A. Une attention particulière, nous dit-on, sera portée au trafic en direction des Alpes afin de ne pas trop perturber les départs vers les stations de sports d’hiver. Quand l’on sait que moins de 8 % des Français vont skier, ces vacances sont surtout l’occasion, pour les Français, de retrouver leurs familles. Un petit tour sur les réseaux sociaux montre l’ire des Français, pris en otage, une fois encore, une fois de trop.

Les syndicats de gauche, une force décidément anti-familles

Quelles sont les revendications des futurs grévistes, pour la grande majorité affiliés à SUD Rail et à la CGT ?

Julien Troccaz, secrétaire fédéral de SUD Rail, l’explique sur le plateau de LCI lors d’une interview assez lunaire : les grévistes réclament la revalorisation d’une prime de travail (qui existe déjà, en plus de leur salaire de base) « qui prenne en compte les spécificités du métier de contrôleurs, des engagements sur la prise en compte de la pénibilité pour l’allongement des fins de carrière, le respect des engagements signés en 2022 à l’issue de la grève de Noël ».

Le journaliste un peu interloqué lui rappelle qu’il y a eu 30 grèves, nationales ou locales, en 2023, et déjà 8 en 2024, et que les salariés de la SNCF bénéficient de nombreux avantages, dont la circulation quasi gratuite sur tout le réseau, la réduction de 90 % pour le conjoint, les fortes réductions pour les enfants, les 16 voyages gratuits par an… avantages dont rêvent une bonne partie des Français, surtout depuis l’augmentation vertigineuse des tarifs de la SNCF. Se déplacer est devenu un luxe.

Un peu dépité, Julien Troccaz évoque les 1.500 euros de salaire de départ, hors prime de travail, la pénibilité non prise en compte.

« Quelle pénibilité ? » lui demande le journaliste. Ils travaillent parfois dès 6 heures du matin, et même parfois le dimanche, s’indigne le représentant de SUD Rail.

Comme beaucoup d’autres professions qui, elles, n’ont pas la possibilité ni même l’idée de bloquer tout un pays.

Mais la grève de la SNCF, c’est encore la journaliste Emmanuelle Ducros qui en parle le mieux. Dans une chronique enlevée sur Europe 1, elle rappelle que la SNCF a quand même recruté 450 contrôleurs en 2023, 650 en 2024, que 87 % des trains roulaient avec deux contrôleurs en 2023 et ce sera 100 % en 2024, qu’en trois ans, les salaires à la SNCF ont augmenté de 17 %, jusqu’à 21 % pour les salaires les plus bas, alors que l’inflation sur la période est de 13 %. Il n’y a pas de smicard à la SNCF, poursuit-elle, les plus bas salaires sont 10 % au-dessus du salaire minimum. Sans compter les primes sur les bénéfices, les primes de logement, les primes de transport.

Selon un sondage BFMTV/Elabe, 27 % des Français seulement soutiennent ce mouvement de grève, 52 % lui sont hostiles et 21 % indifférents.

C’est une première, qui montre l’énervement des Français face à une grève de salariés qui disposent de nombreux privilèges en sus de la sécurité de l’emploi, qui apparaissent ainsi déconnectés du réel, à rebours des protestations des agriculteurs qui, il y a à peine quinze jours, étaient massivement soutenues par les Français.

Et à l’opposé de la situation réelle de ces mêmes paysans dont la principale revendication était de pouvoir vivre de leur travail. Loin, bien loin de la reconnaissance d’une quelconque pénibilité, d’un réveil trop matinal ou de la traite des vaches « même le dimanche » !

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. Florence Portelli (LR), sur X, dénonce : «Ce mépris récurrent des Français qui espèrent partir en vacances et sont pris en otage par les éternels pratiquants de la grève est un fléau français. »

Véronique Besse, quant à elle, a publié un communiqué où elle demande que soit réexaminée une de ses PPL pour limiter le droit de grève en période de vacances scolaires, pour trouver « un juste équilibre entre ce droit fondamental (le droit de grève) et le droit des citoyens à la mobilité, particulièrement pendant les périodes où ils se réunissent en famille ou profitent de leurs vacances ».

En bon adepte du en même temps, Gabriel Attal déclare « qu’il y a aujourd’hui chez les Français une forme d’habitude à chaque vacances scolaire à voir arriver la grève […] les Français savent que la grève est un droit constitutionnel, mais les Français savent aussi que travailler, c’est un devoir, notamment pour des Français qui travaillent toute l’année et qui, pour quelques jours, ont probablement envie de retrouver leurs familles. J’appelle à la plus grande responsabilité pour les Français. »

Cet « appel à la responsabilité » lancé à des grévistes du rail, aguerris et entraînés, sera-t-il suffisant pour stopper le mouvement ?

Beaucoup de circonlocutions qui sont avant tout un aveu d’impuissance et de manque de volonté politiques face à une situation de blocage récurrente, signe tout à la fois de la toute-puissance et de la déconnexion des syndicats de gauche.

Marie d'Armagnac
Marie d'Armagnac
Journaliste à BV, spécialiste de l'international, écrivain

Vos commentaires

58 commentaires

  1. Devons-nous rappeler à ces messieurs-dames les contrôleurs et aux aiguilleurs dont le mouvement de grève est programmé que si la SNCF est maintenant bénéficiaire c’est grâce à l’état qui a repris leur dette à hauteur de plusieurs milliards et donc grâce à ces usagers pénalisés qui abondent déjà par le biais de leurs impôts au remboursement de cette dette. Les syndicats CGT et SUD RAIL devraient revoir leur copie et rabaisser un peu leur caquet eu égard à ce qui précède et ne pas faire subir la double-peine aux usagers. Les employés de la SNCF sont déjà des nantis en matière de salaire et de retraite , de conditions attractives de voyage pour la famille entre autres avantages. Et, s’ils comparaient leurs conditions de travail aux agents hospitaliers, aux infirmiers et médecins libéraux, aux agriculteurs et bien d’autres. Mais seraient-ils capables d’en tirer les conclusions ? Un très ancien slogan de la SNCF était : avec la SNCF tout est possible. Au moins là, ils ne nous ont pas menti.

  2. Il y a fort longtemps que je ne prends plus le train que contraint et forcé.

    Ces 10 dernières années. 3 fois (TGV).

  3. Si en juillet et août les voyageurs faisaient la grève du train en exploitant un autre transport pour leurs vacances histioire de s’amuser un peu ……

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois