Editoriaux - Environnement - 2 juillet 2019

Plus urgent que les baleines à bosse : il faut sauver Greta Thunberg !

Humanistes de tout poil, écolos ou pas, unissez-vous : il faut sauver Greta Thunberg.
Non qu’elle soit une espèce en voie de disparition. Non, c’est même une curiosité de la nature : depuis des mois, cette pure et chaste jeune fille se reproduit en masse. Tous les vendredis – mais ça devrait se ralentir avec les vacances scolaires –, on assiste à la génération spontanée des Greta.

Enfin, « spontanée » n’est peut-être pas le bon mot…

En effet, il apparaît depuis un moment qu’il n’y a pas grand-chose de spontané dans cet emballement autour de la gamine. Certes, la douce Greta a été visitée par le Saint-Esprit de la Nature, mais sa vie, depuis que la déesse Mère lui a parlé en songe, est un calvaire. En martyre de la cause écologique, elle est devenue la prophétesse qui, chaque vendredi depuis bientôt un an, prêche la Skolstrejk för klimatet, la grève hebdomadaire pour le climat. Autrement dit, le jour où tous les ados parvenus à l’acmé acnéique de la branchitude sèchent les cours avec la bénédiction de leurs parents.

On devrait réfléchir à cette nouvelle version de la croisade des enfants. Il y a, d’ailleurs, bien des similitudes entre le Moyen Âge millénariste et notre XXIe siècle agité par des peurs tout aussi apocalyptiques…

Mais revenons à Greta. Gentille bouille ronde, auréolée d’un « syndrome autistique d’Asperger » qui est à l’autisme de base ce que le miracle de Lourdes est au traitement antibiotique.

Elle est pure, sincère, fragile… et affreusement manipulée par un entourage machiavélique, disent les mauvaises langues.

Il est vrai qu’en creusant un peu dans les relations de papa et maman, on a découvert des trucs pas très écolos… Notamment le fameux Ingmar Rentzhog, petit génie des relations publiques et du capitalisme vert. En avril dernier, lors d’une plongée effectuée pour Causeur, au milieu de cette marée adolescente, Marc Reisinger a voulu interroger la sainte climatique. Il a découvert une jeune fille « craintive, mal à l’aise ». Au moment où il la questionnait, elle a retiré son bonnet. Comme s’il s’était agi d’un appel au secours, une femme s’est aussitôt approchée : « Hello, désolée, nous avons quelque chose à faire maintenant. Je dois l’emmener, merci… »

Depuis un an, les récompenses ne cessent de pleuvoir sur cette gamine : nommée pour le prix Héros de l’environnement du WWF Suède, lauréate de la bourse d’études Fryshuset du jeune modèle de l’année, proposée en mars pour le prix Nobel de la paix, couronnée en avril par le prix Liberté (prix de la région Normandie), en mai l’université de Mons (Belgique) annonce qu’elle recevra l’insigne et le diplôme de docteur honoris causa lors de la séance solennelle de rentrée…

Ne serait-ce pas un peu trop pour ses frêles épaules, se demandent certains ?

C’est pour cette raison qu’une pétition vient d’être lancée par Gregory Roose, qui clame : « Ras-le-bol du phénomène “Greta Thunberg” ? Demandons sa protection par les Nations-Unies ! » Comme le rapporte Valeurs actuelles, Roose ne nie pas que la douce Greta soit habitée par des convictions sincères, mais il est plus circonspect sur l’entourage : « La jeune Suédoise de 16 ans a des convictions, c’est une certitude. Mais ses parents irresponsables laissent leur fille, atteinte d’une forme d’autisme, sécher les cours chaque vendredi et parcourir le monde pour “sauver le climat”, au détriment de sa santé physique et mentale », dit-il. Et si « la réussite marketing est indiscutable », on est fondé à se poser la question : « Qui s’interroge sur la souffrance que cette enfant, atteinte d’une forme d’autisme, peut endurer pour assurer le rôle d’égérie de l’écolo-catastrophisme voulu par d’autres ? »

D’autant plus que, pour nous vendre l’histoire, on nous a expliqué qu’elle relevait d’une grave dépression causée par ses angoisses climatiques… Merci papa, merci maman…

À lire aussi

Golfe-Juan : les eaux usées de Sa Majesté saoudienne polluent la plage

Ça pue grave, même, au point qu’on a dû interdire durant trois jours la plage aux manants.…