Député RN de la 4e circonscription du Gard, Pierre Meurin dénonce la tenue du Conseil de défense énergétique vendredi alors même que la rentrée parlementaire n'a lieu que le 4 octobre. « Pendant ce temps-là, Monsieur le Président gouverne tout seul sur les prix de l'énergie. »

Marc Eynaud. Vous êtes député du Gard et vous siégez à la commission développement durable et aménagement du territoire. Emmanuel Macron a décidé de réunir vendredi un Conseil de défense en sécurité énergétique. Il se passe des services de l'Assemblée nationale. Qu’en pensez-vous?

Pierre Meurin. Merci beaucoup de me donner la parole sur ce sujet. Ça fait quelque temps que je pense, et je l’ai beaucoup dit pendant ma campagne, qu’Emmanuel Macron est le président qui, depuis 2017 a fait une spécialité du contournement des institutions, et notamment du Parlement. Aujourd’hui, l’Assemblée nationale ne ressemble pas à ce qu’il avait prévu. Aujourd’hui, on se retrouve dans la configuration où le Parlement n’est convoqué que le 4 octobre, et, pendant ce temps là, le président gouverne tout seul sur les prix de l’énergie. Or ce sujet est politique et devrait faire l’objet d’un travail sérieux en Commission des affaires économiques et en Commission développement durable et aménagement du territoire. Au lieu de cela, il fait un Conseil de défense sanitaire sur un sujet d’intérêt national, au mépris du résultat des élections législatives. Je pense qu’il va falloir accentuer notre opposition. Il est temps que Monsieur Macron respecte enfin le résultat des urnes sorti le 19 juin dernier.

M.E. La rentrée n’est que le 4 octobre, comment allez-vous agir d’ici là en tant que député ?

P.M. Avec le groupe du Rassemblement National, nous allons probablement manifester notre indignation sur ce contournement du Parlement. L’Assemblée nationale ne plait pas à Monsieur Macron, donc il ne convoque pas parlement durant tout le mois de septembre pour avoir les mains libres. D’un point de vue stratégique et politique nous allons voir ce que nous allons faire. Il est certain que nous ne pouvons pas laisser les choses se passer comme cela. Il y aurait lieu de demander la convocation d’un congrès, ou au moins de l’Assemblée nationale pour que le Président présente une feuille de route claire. Nous sommes en temps de crise, le sujet intéresse tous les Français et ils sont inquiets. On ne sait pas du tout ce que prévoit le Président de la république quand il parle de sobriété énergétique, de plan de rationnement. Il serait légitime que les parlementaires soient informés de cette feuille de route. Si on dérange Monsieur Macron, qu’il nous le dise clairement.

M.E. Le baptême du feu a été un peu rude pour tous les néo députés, avec les débats interminables sur la loi pouvoir d’achat. Certains ont loué l’attitude des députés RN, d’autres ont fustigé une certaine passivité. Comment le groupe RN va-t-il marquer son opposition ?

P.M. Nous ne sommes pas là pour faire de l’obstruction sur des mesures de gestion relatives au pouvoir d’achat. Il n’était pas attendu de notre part une opposition de principe. D’ailleurs sur ces textes, nous avons voté contre un certain nombre d’articles, notamment sur la question énergétique. Monsieur Macron est responsable de la fermeture de Fessenheim et d’avoir eu une vision idéologico-écologiste de la question énergétique. Aujourd’hui, nous payons les conséquences d’une stratégie de dépeçage de notre souveraineté énergétique. Il est temps que la représentation nationale se saisisse de ce sujet-là pour bâtir une stratégie de souveraineté énergétique, fondée sur le nucléaire.

Au sujet de la rentrée, nous serons toujours offensifs sur les sujets de principe du régalien, sur les questions de l’immigration, de pouvoir d’achat, de fiscalité. Sur la plupart des thèmes relatifs au programme de Marine Le Pen. Nous ne sommes pas là pour faire de l’obstruction parlementaire, nous respectons les institutions. Nous serons offensifs lorsqu’il y aura lieu de l’être et que le macronisme fera du mal à la France et aux Français. En revanche, sur les mesures de gestion, nous ne gesticulerons pas comme l’extrême gauche. Aujourd’hui, l’extrême gauche s’intéresse aux barbecues et aux corridas, de notre côté, nous nous intéressons aux vrais problèmes des Français. Ne pas faire de l’obstruction, c’est permettre d’alléger le travail parlementaire pour aller plus vite sur les vrais sujets.

4628 vues

30 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter