Emmanuel Macron vient d'annoncer la création d'un Conseil de pour l'énergie : il le présidera vendredi en compagnie, entre autres, d'Élisabeth Borne, d'Agnès Pannier-Runacher et de Bruno Le Maire. BFM TV, qui relaie l'information, rappelle que le Conseil de était initialement destiné aux sujets... de défense. Belle lapalissade qui n'est pas si absurde qu'il y paraît.

En 2017, Emmanuel Macron, chez qui tout est posture, et qui considérait l'armée comme l'un de ses nombreux jouets, avait remonté les Champs-Élysées en command-car, peu avant de pousser le général de Villiers à la démission. Une anecdote - racontée par Philippe de Villiers aux deux journalistes auteurs de l'ouvrage Le Traître et le Néant (Fayard) - montre à quel point le président de la République n'a rien compris de la notion de service. Il avait fait venir Villiers à la Lanterne pour lui proposer de rester un peu plus longtemps. En échange, il lui promettait un gros poste, avec du fric, à son départ de l'institution militaire. Ce boniment de VRP avait achevé d'écœurer le CEMA de l'époque. Il faut dire qu'on n'était, alors, pas « en guerre ».

Cette « guerre » sans vrais massacres, dont rêvent les politiciens faiblards, allait arriver avec le Covid-19 : l'occasion était belle pour faire naître un régime coercitif, un régime de guerre pour dire le vrai, avec ses collabos (les vieux, les contrôleurs de la SNCF, les macronistes, les hypocondriaques), ses résistants (les méchants complotistes), ses enfants traumatisés, son économie à genoux... tout y était. Il ne manquait plus qu'un Conseil de défense : chose faite dès 2020 ! Sauf que, cette fois, les généraux étaient des médecins, dirigeant une armée de « soignants » devenus héros.

Il y eut un grand nombre de Conseils de défense, pendant cette période d'horrible pandémie. Il y en eut même sur l'écologie, puisque « notre maison brûle et que nous regardons ailleurs », on connaît ça très bien. Al Gore, ancien vice-président américain devenu activiste écologiste, annonçait déjà, en 2009, qu'il y avait « 75 % de chances que la calotte polaire ait disparu pendant les mois d'été, d'ici 5 à 7 ans ». Il fallait bien un Conseil de défense pour acheter des serpillières.

Hélas, les meilleures choses ont une fin. Le 23 février 2022, le Covid fauchait encore des vies par milliers. Le 24, Vladimir Poutine, vivante incarnation du mal, envahissait l'Ukraine, vivante incarnation du bien, mettant ainsi un terme aux masques, aux restrictions et au « quoi qu'il en coûte ». Sauf que, cette fois, on avait une guerre. Une vraie. Ni une, ni deux, la France a pris des mesures : se couper le gaz et l'électricité dès l'hiver 2022 afin d'asphyxier l'économie russe. Habile. Ne pouvant se battre contre la Russie, ne voulant pas risquer de désobéir aux États-Unis, la France se déclara donc la guerre à elle-même.

Voilà donc qu'on nous annonce un Conseil de défense sur l'énergie. Les précédents Conseils, du temps du Covid, nous ont laissés un goût amer : il faut désormais entendre le mot défense, non comme on dit « défense de la patrie », mais plutôt comme on dit « défense de fumer ». Un Conseil où on nous défend de faire des choses, faute de pouvoir nous défendre tout court. J'espère que vous avez pris des pulls et mis du butane à la cave : quelque chose me dit que « nous sommes en guerre ».

5455 vues

30 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

44 commentaires

  1. Il faut absolument trouver des moyens légaux pour faire cesser ces abus de pouvoir. Aux députés d’opposition de s’atteler à la besogne!

  2. Merci, M. Florac !
    Vous êtes vraiment l’un des meilleurs rédacteurs de BV !
    Le style satyrique qui démontre clairement la nullité crasse de nos gouvernants…
    Chapeau !

  3. « il le présidera vendredi en compagnie, entre autres, d’Élisabeth Borne, d’Agnès Pannier-Runacher et de Bruno Le Maire. » On est sauvés!
    « Ne pouvant se battre contre la Russie, ne voulant pas risquer de désobéir aux États-Unis, la France se déclara donc la guerre à elle-même. » Bienvenue au Royaume d’Ubu.

  4. Bonjour.
    Le nombre de centrales nucléaire à l’arrêt en ce moment, est bien comme dit bien souvent ici, dû à l’improvisation et la courte vue des politiques depuis quelques décennies, certains comme moi diront la chasse aux voix. Macron ferme Fessenheim et devait dans sa grande maitrise de notre avenir, ou plutôt du sien, en fermer 12 autres dans les années à venir. EDF à donc pris cette mesure en considération pour les « gros entretiens » des futures fermetures, et n’as donc pas pris les mesures nécessaires pour cela. Le personnel pour ces entretiens n’a donc pas été prévu. On manque donc maintenant de métier genre soudeurs, tuyauteurs etc.
    Voyez la vidéo du PDG d’EDF devant la mine déconfite de la ministre, vous comprendrez mieux le pourquoi de cette situation.
    Salutations.

  5. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une méthode de contournement de la démocratie parlementaire. Méthodes obscures et même classifiées, décisions arbitraires et probablement imposées par le président. C’est une forme de dictature.

  6. Ce qui pourrait arriver avec ce conseil de « défense » (contre qui ?).
    Pénurie d’électricité : les potentialités totalitaires des compteurs Linky
    La faillite du parc nucléaire français et la guerre en Ukraine annoncent pour cet hiver de probables pénuries d’électricité.
    Depuis plus de 20 ans, et même lorsque les réacteurs nucléaires fonctionnent correctement, la France est massivement importatrice d’électricité auprès de ses voisins et en particulier l’Allemagne. Confrontée à la crise du gaz russe, cette dernière ne pourra pas nous alimenter cet hiver, et ce, alors que la production nucléaire d’EDF sera très basse.
    C’est alors que les compteurs Linky vont pouvoir entrer en jeu en réduisant ou en coupant automatiquement la consommation des ménages…
    Les coupures seront opérées à distance de manière obligatoire et arbitraire. Et il y aura encore pire avec la « tarification dynamique », avec les risques de voir sa facture littéralement exploser par le biais de cette tarification.
    Or cette dernière peut à tout instant être imposée à tous par l’exécutif : comme pour la Covid, tout est question d’opportunité et, nous l’avons signalé, cela pourra être le cas très bientôt et peut-être même dès cet hiver. Le système Linky peut permettre, sans l’avouer bien sûr, de ne restreindre et sanctionner que certaines catégories de la population, par exemple les banlieues ou les zones rurales, tout en exemptant les quartiers huppés.
    Les compteurs Linky donnent en effet à l’exécutif des possibilités totalitaires terrifiantes, et bien naïf qui veut prétendre qu’elles ne seront jamais utilisées.

    Soyons lucides : toutes les horreurs permises par les nouvelles technologies – compteurs communicants, caméras à reconnaissance faciale, QR codes, etc – seront tôt ou tard utilisées et détournées de leurs prétextes initiaux pour en faire des outils de répression, laissant bien loin derrière le Big brother de Georges Orwell.

  7. Mr Macron a trouvé la martingale pour gouverner la France : la peur. Il faut maintenir les Français dans l’anxiété et l’angoisse, afin de leur faire avaler les manipulations et les mensonges dont il est un orfèvre.
    Et ça marche ! Il a réussi à être réélu en nous brandissant sous le nez la ´´ guerre en Ukraine ´´ afin de masquer ses turpitudes innombrables. Il se veut donc chef de guerre, mais il n’est qu’un soldat d’opérette. Dernière stupidité en date: la volonté de faire plier la Russie par des ´´ sanctions économiques ´´ … Dixit l’ineffable Lemaire. Bravo ! La Russie n’a pas attendu pour se tourner vers d’autres partenaires, et croule sous les rentrées d’argent ! Voyez le niveau du rouble…
    Qui donc sera ´´ sanctionné ´´ ? Réponse : NOUS !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter