Accueil Editoriaux Petit miracle sur France Télévisions
Editoriaux - Religion - Télévision - 5 mai 2020

Petit miracle sur France Télévisions

Hasard du calendrier ? Dimension providentielle ? Si la diffusion de cette émission (à revoir en replay) tournée en octobre dernier était prévue au printemps, personne ne s’attendait à ce qu’elle sorte ce lundi 4 mai, en pleine période de confinement. Avec ce « Secrets d’Histoire » consacré à sainte Thérèse de Lisieux, un message d’espérance bienvenu de la part de en ces temps troublés. « L’expérience de la souffrance de sainte Thérèse et son souci des autres sont un témoignage important dans l’épreuve que traverse notre pays », confie Antoine de Meaux, rédacteur en chef de l’émission, ajoutant que la sainte « nous propose des solutions à prendre en compte dans les débats actuels ». Pour Hélène Mongin, biographe intervenant dans ce reportage, « Thérèse vient nous rendre visite pendant ce confinement. Elle était cloîtrée, est morte d’étouffement dans des symptômes comparables au Covid, à un moment où tout le monde se pose beaucoup de questions, elle rejoint le monde entier, croyants comme incroyants. »

Retraçant l’enfance de « la sainte la plus aimée du monde », son entrée au carmel et la ferveur populaire qui s’en est suivie dans le monde entier, n’a pas manqué d’expliquer à ses 2.450.000 téléspectateurs que « cette sainte si proche et si humaine nous rappelle qu’il n’y a pas de plus bel idéal sur Terre que de vouloir vivre d’amour ». D’Alençon à Lisieux et à Bayeux, en passant par Rome, le reportage retrace fidèlement la vie intérieure et la force d’âme de « notre Thérèse », comme l’appelle l’animateur préféré des Français. « Elle propose une voie toute simple, la sainteté à la portée de tous. »

Si Antoine de Meaux témoigne de « l’extraordinaire chance » d’avoir été admis à l’intérieur du carmel de Lisieux par les sœurs « qui ont accueilli toute l’équipe du tournage de façon sympathique et joyeuse », il souligne l’intérêt de l’émission : rappeler en quoi « le passé féconde le présent » et « comment il peut nous inspirer dans notre réflexion ». Évoquant les « racines vivantes », « l’aspect noble de la télévision » qui permet de rejoindre différents publics à travers la dimension missionnaire de Thérèse (dans ce reportage, tous se pressent aux pieds de la sainte, d’Édith Piaf à Natasha St-Pier, de Jean-Paul II à François Mitterrand), il ajoute que « Secrets d’Histoire » doit nous aider à « nous rendre compte des trésors du patrimoine de notre culture française, et sainte Thérèse fait partie de ces monuments ! »

Au lendemain de sa diffusion, les commentaires enthousiastes et nombreux fleurissent sur les réseaux : « Belle émission et quel respect, des mots très précis et justes pour parler de la foi. Cela fait du bien à entendre à la télé ! » ; « Très bon moment, que ça fait du bien de regarder une si belle émission » ; « Une très belle émission, réalisée avec intelligence, pour que chacun s’y retrouve ! » ; « C’était superbe, émission très belle en ces temps troublés et invitant à l’espérance, merci à Stéphane Bern ».

Par les temps qui courent, une intervention télévisée qui éclaire plus qu’elle embrume méritait d’être soulignée. À quelque chose malheur est bon puisqu’en réponse à cette crise, un élan missionnaire semble renaître de ce confinement et prouver que nous avons encore besoin de verticalité. Et si, n’en déplaise à M. Castaner, foi et dévotion populaires avaient encore de beaux jours devant elles ?

À lire aussi

Parents, soyons indulgents

« On ne peut pas être travailleur – parent – professeur en même temps… C’est impossible, s…