Audio - Culture - Editoriaux - Entretiens - 18 janvier 2018

“Personne n’a jamais regardé Friends en se sentant oppressé par le patriarcat !”

Galettes des rois et des reines de l’AFP, Carmen, polémique sur la série Friends : le “révisionnisme” féministe ou progressiste qui consiste à “épingler” tous les aspects de notre vie ou de notre culture révèle “l’hystérisation” du néo-féminisme désireux d’imposer son idéologie, mais aussi à quel point “ces gens sont déconnectés”.

Charlotte d’Ornellas, qu’est-ce que c’est que cette galette des reines ?

L’AFP a fait une dépêche en parlant de la traditionnelle galette “des rois et des reines”. On a découvert l’existence des reines mages. Cela semble assez anecdotique et, de fait, c’est juste une petite dépêche de l’AFP. Cela pourrait être anecdotique, mais je pense que cela signe un peu l’hystérisation du féminisme depuis de longues années sur le fond, mais sur la forme depuis seulement quelques semaines. Tout le monde étouffe. Nous n’en pouvons plus de ce genre de phrases complètement absurdes.
La galette “des rois et des reines” ! C’était d’abord débile, parce que les reines mages n’existent pas, tout simplement. On comprend qu’ils ne sont pas dérangés de verser dans le révisionnisme, en l’occurrence ici biblique, mais aussi historique ou culturel, pour servir des intérêts parfaitement idéologiques.
Je trouvais assez amusant de réagir là-dessus, parce que cela montrait beaucoup plus que le simple mot rajouté sur cette dépêche.

Il y a une espèce de délire ambiant au sujet du féminisme. Même la série Friends a été attaquée pour délire transphobe, grossophobe et tous les phobes de la planète.

En l’occurrence, c’était un cas d’école de malhonnêteté. Slate s’est fait le relais d’un article de The Independent, un journal britannique. Il titrait « Les jeunes choqués par la série Friends ». Alors là, l’amalgame était largement autorisé, apparemment. En l’occurrence, “les jeunes” n’étaient que les quelques personnes interviewées.
C’est assez grotesque sur la forme. Friends est une série assez ancienne où il était déjà question de GPA, de transgenre et d’homosexualité. Il y avait donc déjà beaucoup d’efforts de faits pour coller à l’idéologie progressiste. Ce n’était effectivement pas oppressant dans la série parce que, par ailleurs, c’était amusant, que c’était un groupe de potes et que cela faisait rire tout le monde. C’était assez léger. Mais malgré ces efforts sur la forme, il en faut toujours plus, toujours plus loin.
Cette manière d’aller épingler tout ce qui a été fait, tout ce qui a fonctionné et tout ce que les gens ont aimé, c’est dire à quel point ils sont déconnectés. Personne n’a regardé Friends en se sentant oppressé par le patriarcat. En tout cas, je crois.

À lire aussi

Charlotte d’Ornellas : “Assimiler Éric Zemmour au tueur de Nouvelle-Zélande est insupportable !”

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLors d’un débat sur CNews, Yassine Belat…