Oui, les candidats à la rament peu ou prou dans la quête des parrainages. J’entends les promesses confirmées par la signature du parrain et validées par le Conseil constitutionnel, lequel divulgue désormais les enregistrements deux fois par semaine, et ce, jusqu’au 4 mars, date de clôture, en indiquant les noms des parrains. 313 est le total validé, ce 2 février, pour les 15 candidats déclarés.

Le seul qui n’a pas encore officialisé sa candidature est, à ce jour, le favori ! En effet, enregistre 105 signatures, bien plus que tous ses adversaires.

Paradoxe pittoresque, c’est Anne Hidalgo, la sous-sondée, qui mène pour l’instant le train, avec 48 soutiens ! Elle est suivie par Roussel, le communiste, pour 30. Ce qui prouve qu’il est plus confortable et moins dommageable pour un élu de choisir un prétendant de gauche, en dépit de la couleur générale de la en bleu.

Facétie de ce jeu démocratique tricolore unique, ou humour franchouillard, le sympathique et pittoresque Jean Lassalle écope de 15, nonobstant son silence dans les médias.

Valérie Pécresse, dotée de 34, vient en quatrième position, distançant tous les suivants. Zemmour fait égalité avec Mélenchon avec 14, quand affiche 2 confirmations !

La queue du peloton est la Taubira, qui porte un zéro au dossard, mais ce n’est que normal, étant donné son entrée tardive bien que bruyante dans cette course à l’Élysée…

Rappel : la clef pour être confirmé à la candidature est 500 signatures émanant de 30 départements ou collectivités d’outre-mer différents avec un quota maximum de 50 par unité territoriale. Il est clair qu’obtenir le sésame, d’ici un mois, pour certains des prétendants ne sera pas aisé, même pour celle que les placent encore au second tour. Cette course aux parrainages est un véritable loto, car si l’on fait le ratio validation/promesses en prenant en compte les chiffres actuels, il faudrait, par exemple, plus de 14.200 promesses à Zemmour pour obtenir les 500 signatures validées !

La suite du feuilleton est donc à suivre avec attention et intérêt...

5267 vues

2 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Je crois que si « Z » n’obtient pas ses signatures on va connaître une vague houleuse de mécontents qui risque de faire tanguer les institutions. En effet, vu l’engouement visible que suscite ce candidat, il est à craindre des mouvements contestataires d’ampleur. Des maires seraient-ils assez poltrons pour prendre le risque d’assister en direct par leur faute à la fin de la démocratie en lui refusant leurs parrainages ?

  2. Et si le Conseil constitutionnel, après la rencontre discrète entre son Président et DARD-MALIN, ne validait 500 parrainages que pour le sortant qui n’a nul besoin de se déclarer avant la date limite puisqu’il serait le seul candidat. Il sera alors certain d’être élu dès le premier tour, fût-ce avec quelques milliers de votants.

  3. Le but est de ‘navoir que Macron comme candidat… Cele nous ùontrera au n,ombre de vceux qui iront voter combien il a de soutiens… mais alors que se passera-t-il aux législatives ???? Bref on est mal… Hollande a bien verouillé et c’était pour lui mais ça a loupé….

  4. La loi Hollande qui rend les parrainages publiques est antidémocratique, les maires n’ont pas la liberté d’expression risquant trop financièrement, leurs subventions et donc leur mairie

  5. Plus grave qu’un manque de courage, l’inertie de certains maires témoigne peut être d’une certaine connivence avec le Pouvoir en place… ou d’un magistral désinterêt de l’avenir du Pays….

  6. Pas d’inquiétude, si Macron se présente il ne prendra jamais le risque très grand que MLP ou E. Zemmour en soient écartés par non obtention des signatures, les signatures seront là, je ne sais pas comment mais elles seront là.

  7. Bien belle foutaise anti-démocratique. L’ anonymat ( à minima!) remettrait de l’ ordre dans tout ceci et ramènerait des électeurs vers les urnes. Diminuer le nombre ( 200 ?) et rétablir l’ universalité de l’ origine des promesses s’impose ! ( Exit les 30 départements différents !) Un élu est un élu, oui ou non? Ou bien on applique les mêmes règles à l’ Assemblée Nationale = un ratio entre députés votants une Loi entre Province et zone urbaine….Prendre en compte autant de voix de chaque côté.

  8. Si Lepen et Zemmour n’obtiennent pas les 500 signatures, sabotage de la campagne électorale, manifs et blocage des bureaux de vote le jour des élections.

  9. Macron n’a pas voulu modifier car sa l’arrangerait de ne pas avoir Marin e et Zemmour face à lui .
    C’est de la triche bien organisée.

  10. La diffusion du nom du parrain et de son parrainage est encore une « mine » posée par le destructeur Hollande.
    Qu’est-ce qu’il n’a pas bouzillé ?

  11. Démonstration est faite que tous les maux de la France ont en une seule cause : le mode de scrutin, lequel verrouille tout le système depuis 50 ans et falsifie le réel. Ainsi Madame Hidalgo a ses parrainages, alors qu’elle fait 2% de l’électorat. …
    In fine, tous nos maux ont une solution simple : un mode de scrutin authentiquement démocratique. Une question à poser à Madame Pécresse, mais on connaît sa réponse : « Ce ne serait pas gouvernable ». Ce serait surtout l’effacement de son parti.

Les commentaires sont fermés.