Il est 10 heures, le ciel est maussade, mais les manifestants sont souriants et enthousiastes. Ce samedi 15 octobre, une manifestation réunissant une centaine de personnes en opposition au futur CADA (centre d’accueil pour demandeurs d’asile) à Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique) se tenait devant la mairie. La mairie de Saint-Brevin a en effet vendu une parcelle de terrain en bord de mer à un promoteur chargé de construire un centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Ce centre sera loué par une association, Aurore.

Rassemblés à l’initiative du collectif apolitique pour la préservation de la Pierre attelée, les manifestants ont bon espoir d’être entendus par le maire de Saint-Brevin qui compte quelque 13.500 habitants. « Nous avons découvert en février dernier qu'en catimini, la mairie de Saint-Brevin-les-Pins avait décidé d'installer un CADA au sein même de la petite école de la Pierre attelée, au sein même de la forêt domaniale protégée de notre petit quartier », explique un membre du collectif qui a organisé et animé la manifestation et préfère rester anonyme. De l’autre côté de la place, les opposants à la manifestation sont venus nombreux également, rassemblés par le collectif des Brévinois atterrés, œuvrant pour l’accueil des . Les objections des opposants au projet sont nombreuses mais tiennent essentiellement à l’emplacement du site. Située en bord de mer, au lieu-dit de la Pierre attelée, la parcelle de terrain concernée fait partie d'un espace protégé jouxtant une école. La construction, a priori interdite par la loi sur l’urbanisme, a pu être autorisée du fait de la vocation « médico-sociale » du projet.

Le collectif est composé de riverains opposés à la dégradation du site naturel et de parents d’élèves craignant de voir s’installer une population issue de l’ dans le voisinage de l’école de leurs enfants. On y rencontre également des Brévinois outrés par les propos du maire qui refuse que les demandeurs d'asile s'installent « de l’autre côté de la 2x2 voies ». Il tient à « leur offrir un lieu hyper agréable, à proximité de la mer ». Peu importe si bien des habitants n’ont pas les moyens de s’offrir une telle situation. Le collectif précise que la parcelle a été cédée par la mairie à un prix dérisoire par rapport au prix du marché (environ 100 euros du mètre carré).

Si les partisans du projet font mention d’une future population composée majoritairement de familles, les membres du collectif subodorent qu’il n’en sera pas ainsi. Et pour cause : les plans de construction prévoient une majorité de studios individuels. Par ailleurs, ces s'ajouteraient à un autre centre d'accueil déjà opérationnel sur la commune de Saint Brévin. Les contre-manifestants affirment ainsi qu'« un centre d’accueil existe déjà depuis quelques années et aucune conséquence néfaste n’est à déplorer ».

Une Parisienne venue chercher le calme dans cette petite ville balnéaire constate l'absence de familles : « J’habite à proximité du centre d’accueil déjà existant et je n’y vois tous les jours que des jeunes hommes ! » Elle s'oppose elle aussi à l'ouverture du nouveau centre de migrants.

Vers 11 h 30, une poignée de gendarmes se précipite vers un groupe d’antifas dont l’un porte une cagoule. Il n'y aura pas d'interpellation. Mais peu après, ces mêmes individus provoquent les manifestants qui restent calmes, même lorsque la contre-manifestation se met à scander en cœur « Fachos ! Fachos ! »

Vers midi, alors que « les Brévinois atterrés » se sont dispersés, quelques membres du collectif sont reçus par l’adjoint à la sécurité et l’adjoint à la voirie. Les deux émissaires de la mairie affirment qu'ils ont entendu les revendications et promettent de les porter à la connaissance du maire. Pour quel résultat ? Déjà sollicité à de nombreuses reprises à ce sujet, le maire de Saint-Brévin-les-Pins a déjà refusé toute entrevue ou discussion. L’équipe municipale souligne aussi qu'elle n’a pas le pouvoir d’arrêter les travaux, la décision revenant au sous-préfet. Perçue par les manifestants comme une avancée mais non comme une victoire, cette entrevue n’empêchera pas les protestataires de poursuivre la lutte active : d’ici quelques semaines, une occupation du site est prévue.

Les manifestants ont promis « de ne rien lâcher ». Outre l’occupation envisagée, une pétition à l’attention du maire rassemble déjà 700 signatures. De nombreuses réclamations sont aussi envoyées directement au préfet. Cela suffira-t-il ?

5052 vues

16 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Qui peut encore croire que ces immigrés issus d’une culture différente à la notre s’adapteront ? Sauf rares exceptions, heureusement il y en a, ils n’ont pas à la base les codes nécessaires, en quelque sorte c’est « génétique « ! Comment expliquer que certains jeunes issus de l’immigration algérienne ou sud saharienne, alors que leurs parents en leur temps ont fait l’effort de « vivre à la Française «  revendiquent leur identité première «  sèment le chaos. Rien ne les empêche de repartir dans leur pays d’origine,

  2. 66,69% des voix exprimees l’ont ete en faveur de Macron dans cette commune au second tour des presidentielles.
    Ils l’ont voulu. Ils les ont maintenant.
    Déplorer les effets des causes que l’on chérit…

  3. Quelle dangereuse bande de raciste ! J’en vois même un qui tient à la main un bâton contondant .

  4. Il faut prendre des mesures fortes ! Je n’irai pas à dire qu’il faut murer les entrées du bâtiments, mais …
    Rejeter ce qui peut nous mettre en danger pendant qu’il en est encore temps.
    Signer une pétition ne fera rien. Elle va seulement ralentir les choses mais pas les arrêter.
    Il faut faire les choses par nous même vu que l’état a baissé les bras.

  5. La machine est lancée il va être difficile de l’arrêter, le centre se fera les « antifas » Nantais y veilleront, bon courage aux Brévinois.

  6. Il faut les renvoyer dans leurs pays si non c’est la mort de nos villes et bloquer tous ceux qui arrivent journellement.
    ça ne peut pas continuer nous ne pouvons pas les faire vivre au frais des Français et mettre les Français dans l’insécurité.
    J’ai peur pour les jeunes générations .

  7. Soutien total aux manifestants ;
    Comment peut on encore encourager ces invasions vu l ‘ insécurité qui règne dans le pays ?
    Les privilèges dont bénéficient les migrants en rapport à l ‘ aide apportée aux Français est vraiment révoltante …

  8. Au risque de répéter des évidences. .. A St Brevin les pins, Présidentielle Macron 66% ! Législative LREM devant la NUPES … Malheureusement pour ceux (les rares) qui ont voté autrement, il s’agit maintenant d’assumer vos choix.

  9. Le grand remplacement à la macronienne ne serait-il pas du goût de tous les français ?
    Évidemment, comme dirait les médias islamo-gauchistes, c’est-à-dire une grande majorité d’entre eux, tous ces gens ne sont pas de bons français, mais… Attention v’là le mot qui tue, des « fachos » !

  10. C’est le plan de qui vous savez et de ses copains milliardaires:remplir d’étrangers les petits patelinss, soit-disant pour les revivifier.On nous a déjà parlé des projets pour Callac(22).Qu’attend-il,le grand manitou, pour revivifier en soutenant les habitants actuels,en leur offrant les infra-structures nécessaires?Il est vraiment aux ordres de l’UE! Résistance!!!Soutien aux Brévinois qui manifestent contre ce futur centre! Agissons, dans la mesure de nos moyens!Sinon,nous sommes tous f…us!Tous!

  11. En début d’année, j’avais comme mission de convaincre les maires de donner leur parrainage à Z. Lors de nos échanges, je leur disais, vous dites ne pas être concernés par l’immigration mais cela viendra. c’est venu ! Maintenant c’est tard, manifester contre une politique reconduite en mai me semble une attitude désuète. On ne peut pas vouloir le tout et son contraire.

  12. Callac , St Brévin , Macron ne sait plus où les mettre alors chez les ploucs ,ça se voit moins. Le droit d’asile est totalement dévoyé , on le sait , mais on continue de recevoir des gens dont les pays ne sont pas vraiment en guerre . Jusqu’à quand va durer cette mascarade ?
    Enfin les burkinis vont fleurir sur les plages , pendant ce temps là en Iran des femmes meurent pour avoir plus de liberté. Le maire de St Brévin a t il prévu l’ouverture d’un magasin où on y trouvera , hijab, qamis et abayas ? Une façon de redynamiser le commerce local ….

    1. Il est vrai qu’entre le 7ème et le 16ième Arrondissements ça fait tâche, alors qu’à la campagne où les Bobos ne vont jamais il reste nombre de bâtiments inutilisés que ces besogneux immigrés pourront remettre en état.

  13. Le remplacement n’a plus de limites. Le système a bout de souffle et espérant une reprise hypothétique après l’effondrement proche du dollar et de l’euro prépare l’armée de réserve payée le minimum et ignorant l’esprit des luttes. Les dommages collatéraux ( crimes, viols, saleté et desordre) ne touchent pas l’hyper classe. La seule chose qui compte : la rentabilité future.

  14. Désormais il ne faut pas que manifester ce pays n’est pas à vendre ! La réalité fait jour nous sommes à la dérive totale, il serait temps d’ouvrir les yeux, les discours ne suffisent plus l’illusion est terminée et je suis fatigué de payer les élucubrations d’une élite hors sol. Je rentre d’Espagne, pas de pénurie d’essence (le 95 à 1.39€), pas de problème d’énergie, etc…

  15. Il n’y avait pas de jeunes issus de la commune à qui l’on pouvait céder des terrains à 100€/m² pour qu’ils s’installent et les aider à démarrer dans la vie? Non. On marche sur la tête. On interdit à nos gamins de pouvoir accéder à la propriété et les fixer dans leur région natale et on multiplie les gestes à l’attention d’émigrés qui vont ne faire que coûter à la communauté. Les maires font n’importe quoi par idéologie.

  16. Les tours de passe-passe des politiques pour imposer leur bons vouloirs de l’Europe politico-financiere, circulez il n’y a rien à voir !! Sarkozy a trahi le vote des Français , depuis les autres sont des voyous !!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter