Selon L'Est républicain, dans la nuit du 20 au 21 mars, à 1 h 30, les pompiers sont intervenus dans le quartier des Planchettes, à Verdun (Meuse), pour un des locaux de la mission locale ainsi que pour trois voitures en feu. Mais à leur arrivée, « une dizaine d’individus les attendaient pierres à la main ».

Des individus « encagoulés particulièrement menaçants »

Il leur est impossible d’intervenir en présence d'indvidus « encagoulés particulièrement menaçants », qui s’en sont déjà pris à la police arrivée peu avant.

Tous se replient en attendant l’arrivée de renforts venus de Bar-le-Duc et de Metz. Pour le lieutenant Gaussot, qui dirige les opérations des pompiers, « pas question de mettre le personnel en danger : l’objectif, c’est zéro blessé ».

À 3 h 30, une quinzaine de policiers aidés par les gendarmes du PSIG sécurisent les lieux afin que la quinzaine de pompiers puisse s’attaquer au sinistre.

Représailles à la suite d'opérations anti-drogue

Pour Samuel Hazard, le maire de Verdun, il s’agit de « représailles » car, depuis quelques jours, « des opérations sont organisées avec les forces de l’ordre pour vider des caves squattées » par les dealers. « Nous voulons rétablir l’état de droit ! »

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin évoque les jets de cocktail Molotov sur les et « condamne très fermement » ces « violences inacceptables » qui sont « la conséquence de la menée ces derniers mois pour harceler les trafiquants de drogue et démanteler chaque point de deal identifié ».

7706 vues

20 mars 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.