Le 2 septembre dernier, Youness, 26 ans, ex-musulman converti au judaïsme, a été victime d’une agression antisémite, à Aubervilliers, par trois hommes munis d’armes blanches. L’un d’eux, un Marocain sans papiers, a été condamné à un an de prison. Le caractère antisémite a été reconnu par le tribunal.

« Nous, les juifs, on les tue »

Le jeune homme raconte son agression dans les colonnes du Parisien. il est tout d’abord interpellé par trois hommes dans le quartier des Quatre-Chemins . « L’un, plus menaçant, l’interpelle en arabe : “Sale juif ! Donne ton argent !” “Nous, les juifs, on les tue” ». Ses agresseurs ont repéré à son cou « une petite étoile de David et la lettre hébraïque haï [NDLR : « vie »] ». Ils n’hésitent pas à le menacer, armés de couteaux, cutter et tesson de bouteille.

Les trois assaillants lui dérobent son collier mais aussi sa sacoche contenant argent, papiers et téléphone. Ils s’enfuient, rapporte Le Parisien.
La victime part alors à la poursuite de ses agresseurs afin de récupérer ses médailles et ses papiers. Il perd leur trace puis se réfugie dans un fast-food où il reconnaît l’un d’eux. « Je me suis retrouvé nez à nez avec un de mes agresseurs. Je l’ai alors agrippé. J’ai demandé autour de moi d’appeler la car j’avais été volé », confie-t-il au Parisien.

Un sans-papiers marocain déjà interpellé pour quatre agressions au couteau

L’un des agresseurs de Youness est interpellé. Il s’agit d’un clandestin marocain de 21 ans, qui « avait déjà été interpellé pour quatre agressions au couteau ».
Le tribunal de Bobigny a requalifié l’« agression avec circonstances aggravantes » en « agression en raison de la ». Les juges ont donc reconnu le caractère antisémite des violences. Ce lundi, Mohamed a été condamné à un an de prison ferme auquel s’ajoute la révocation de deux sursis de six mois.

L’unité médico-judiciaire (UMJ) qui a examiné Youness a établi une incapacité totale de travail (ITT) de dix jours en raison du traumatisme psychologique subi. « Je pensais que grâce à mon faciès, à ma culture d’origine, ce genre de chose ne pourrait pas m’arriver. La était un sentiment que je ne connaissais pas », explique-t-il. Désormais, il ne porte plus son étoile de David et souhaite quitter Aubervilliers.

8 septembre 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Mieux vaut en rire (ou pas) : dealers, frustration, déconfinement…

Chaque semaine, Boulevard Voltaire sélectionne dans l’actualité des infos insolites et ext…