« Au moment de la fondation du et de sa séparation d’avec l’Inde, le fondateur Ali Jinnah, dans son discours d’ouverture, a garanti la liberté religieuse et la liberté de pensée à tous les citoyens », rappelle dans une vidéo. Enfin libre et réfugiée au Canada avec son mari et ses enfants, la chrétienne pakistanaise a été jointe par le directeur de l’AED en Italie, Alessandro Monteduro. Lors de cette interview poignante, elle raconte sa douleur d’être séparée de sa famille pendant dix ans à cause de fausses accusations. Asia Bibi a demandé à Imran Khan de modifier la loi sur le blasphème.

« Aujourd’hui, certains groupes utilisent les lois existantes et je lance un appel au Premier ministre du Pakistan, en particulier pour les victimes de la loi sur le blasphème et pour les filles converties de force, afin de protéger et de défendre les minorités qui sont aussi pakistanaises. En tant que victime, je donne mon exemple : j’ai beaucoup souffert et connu de nombreuses difficultés ; aujourd’hui, je suis libre et j’espère que cette loi pourra être soumise à des modifications qui interdisent tous ses abus. ».

Devenue symbole malgré elle de la persécution antichrétienne dans le monde, Asia Bibi a également cité le drame de nombreuses mineures pakistanaises actuellement kidnappées, converties et mariées de force et qui obtiennent rarement justice.

À l’évocation, par l’, des jeunes filles Huma Younus et Maira Shahbaz, victimes d’abus, dont la fondation défend les causes grâce à une campagne de sensibilisation constante dans les médias, Asia Bibi lance ce cri du cœur : « Je sais que ces filles sont persécutées et je lance un appel au Premier ministre du Pakistan Imran Khan : aidez nos filles, s’il vous plaît, car aucune d’entre elles ne doit souffrir ! »

Le cœur endeuillé par la persécution de tant de chrétiens, mais d’une foi joyeuse et enthousiaste, la Pakistanaise libérée offre, par cette occasion, un témoignage édifiant de force d’âme.

À lire aussi

Avec la crise sanitaire : la revanche de la France périphérique

Aux élus locaux de saisir cette chance pour valoriser leurs atouts... …