Editoriaux - International - Politique - Religion - 19 avril 2019

Notre-Dame : ce qui se dit à l’international en général… et chez les musulmans en particulier

Sans surprise, les réactions internationales à l’incendie de Notre-Dame de Paris sont unanimes. Dans la sphère « occidentale », tout du moins. Donald Trump : « C’est horrible de regarder l’incendie massif », tout en appelant les pompiers à « agir rapidement ». Merci du conseil : personne, en France, n’y aurait songé avant lui. Barack Obama, comme toujours un brin plus finaud : « Notre-Dame est l’un des plus grands trésors au monde. […] C’est dans notre nature de se lamenter quand nous voyons l’histoire perdue. Mais c’est aussi dans notre nature de reconstruire pour demain, aussi fort que nous le pouvons. »

Idem pour Angela Merkel et Justin Trudeau, d’Allemagne et du Canada, qui évoquent leur « douleur » et leur « cœur brisé ». Du côté espagnol, le Premier ministre Pedro Sánchez indique : « Nous suivons avec inquiétude les informations nous arrivant de Paris sur l’incendie de Notre-Dame, l’une des plus belles cathédrales du monde. Une triste nouvelle pour notre histoire et notre patrimoine culturel universel. »

Dans le même registre, Vladimir Poutine relève le niveau en tenant ce bâtiment pour autre que patrimonial : « Notre-Dame est un symbole historique de la France, un trésor inestimable de la culture européenne et mondiale et l’un des lieux de culte chrétiens les plus importants. La tragédie qui s’est déroulée cette nuit à Paris est une douleur dans le cœur des Russes. »

Cette liste n’a évidemment rien d’exhaustif, mais on peut y déceler au moins un bémol, celui de la Chine. Certes, le président Xi Jinping a fait part de ses « condoléances ». Mais, dans le même temps, le quotidien nationaliste Global Times, journal donné pour « indépendant », mais qui permet souvent à Pékin de dire ce que, justement, il ne peut dire officiellement. Soit ceci : « Les gens du tiers-monde pourraient se dire : pourquoi le monde n’a-t-il pas éprouvé la même pitié pour l’ancienne ville de Damas qui a été ravagée par les bombes ? » Et selon le site Weibo, principal réseau social chinois – de fait inféodé au pouvoir –, cette remontrance : « Les Français et les Britanniques ont brûlé l’ancien Palais d’été. Je les hais. Aujourd’hui, Notre-Dame est également détruite. Je hais encore plus la France incapable de bien protéger son patrimoine. » Comme quoi les réserves quant à ce drame ne viennent pas forcément de là où on pouvait les attendre. Et il est un fait avéré qu’en 1860, ce joyau du patrimoine chinois a bel et bien été rasé par un corps expéditionnaire franco-anglais…

Égouts des réseaux asociaux obligent, les « islamo-gauchistes » sont de la fête. Dieu merci, les plus hautes autorités musulmanes du pays, recteur de la mosquée de Lyon en tête, font preuve d’une indéniable solidarité interreligieuse, au même titre que saphirnews et oumma.com, sites de référence de nos compatriotes français de confession musulmane.

Ainsi, pour l’UMF (Union des mosquées de France) : « Nous appelons les musulmans de France à élever des prières afin que Notre-Dame de Paris, haut lieu de spiritualité et grand symbole du patrimoine de notre pays, puisse être sauvée et protégée. À l’approche du mois sacré de ramadan, symbole de partage et de solidarité, l’UMF appelle les musulmans de France à profiter de ce mois béni afin d’apporter leur contribution à l’effort national pour la reconstruction et la restauration de Notre-Dame de Paris. »

De son côté, Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien, a ces mots : « Tristesse pour Notre-Dame, monument iconique dédié à notre Dieu unique qui nous rapproche tous. Une pensée pour le chef-d’œuvre littéraire ayant inspiré Victor Hugo, partiellement détruit après s’être tenu debout malgré 800 ans de guerres et de révolutions. Nos pensées vont à tous les Français et les catholiques. »

Tiens donc. C’est le seul représentant officiel à avoir cité le mot de « catholique ». Comme quoi…

À lire aussi

Élections européennes : les premiers enseignements

Emmanuel Macron entendait mobiliser afin de transformer cette élection en une sorte de réf…