Le 26 mai 2020, le lance un grand plan pour la filière automobile, soit 8 milliards d’euros, « pour faire de la une des premières nations productrice et consommatrice de véhicules propres au monde dans les dix prochaines années ». Les Français sont donc priés de mettre à la casse leur voiture à essence et, entre deux confinements et trois vaccins, de battre leur coulpe s’il osent encore rouler au diesel.

Puisque, pour arrêter de polluer, il suffit de changer de voiture, voilà une solution simple qui consiste à « inciter tous les Français, même les plus modestes, à se doter d’un véhicule propre, moins polluant et moins émetteur de gaz à effet de serre ». Pour les y aider, l’État failli offre à l’achat d’un véhicule électrique une prime qui peut atteindre plusieurs milliers d'euros.

Pas plus que sur les mesures sanitaires et autres farces du « village Bons réflexes » les Français n’ont été incités à s’interroger sur la réalité de ces affirmations. Prenez vos sous, bonnes gens, et circulez ! Les voitures électriques, c’est la panacée. On ne discute pas les dogmes.

Sauf que… sauf qu’un peu partout dans le monde, des études ont été menées pour tenter de savoir si, vraiment, les véhicules électriques émettent réellement moins de gaz carbonique que les voitures thermiques. Entre 2010 et 2019, pas moins de 85 études ont été réalisées, nous dit Reporterre.net, et si elles aboutissent à un consensus, c’est sur le fait que « produire un véhicule électrique demande beaucoup plus d’énergie, et émet deux fois plus de gaz à effet de serre que de produire un véhicule thermique, du fait de la production de sa batterie et de sa motorisation ».

S’il est vrai que les petites voitures « pourraient » être moins polluantes « à partir de 30.000 ou 40.000 kilomètres parcourus — ayant dès lors "compensé" leur fabrication », c’est à la condition que la production des batteries n’utilise « aucune électricité d’origine fossile, ce qui n’est pas encore la norme, mais pourrait le devenir dans un futur proche ». C’est fort douteux, sachant que celles-ci sont très majoritairement produites en Asie dans des usines tournant au charbon. D’ailleurs, nos voisins allemands ont établi que « la Volkswagen électrique émet moins d’équivalent CO2 qu’une thermique, mais pas si sa batterie est produite en Chine (avec du charbon). Si elle est produite en Europe, elle ne rivalise avec la voiture à essence qu’à partir de 137.000 à 207.000 km. » Si la batterie n’est pas morte avant…

On notera que ces études ne s’intéressent d’ailleurs qu’à la production des batteries et pas à leur recyclage. Le a dit aux Français : pas de souci, « 80 % des batteries sont recyclables » . Mais elles ne sont pas recyclées.

Mais il y a pire, encore : on découvre chaque jour que la construction des voitures électriques, par la consommation de lithium, aluminium, cuivre, cobalt, etc., qu'elle nécessite, est la cause de gigantesques pollutions minières. Et ce qui fait la fortune du secteur minier, « l’un des plus pollueurs au monde », transforme la vie des populations des régions productrices en véritable enfer.

Exploités, dépossédés pour permettre aux Occidentaux de maintenir leur mode de vie dispendieux, les esclaves du bout du monde commencent à se rebeller. On apprend ainsi par Courrier international (relayant un article de Tempo) que Walhi, la plus influente ONG environnementale indonésienne, « demande à Tesla de suspendre son projet d’investissement dans l’extraction de nickel, destiné aux batteries de ses voitures électriques ». Walhi écrit : « L’industrie du nickel et sa chaîne d’approvisionnement ont causé des dommages environnementaux à grande échelle, ont marginalisé des peuples autochtones et ont violé la loi. »
Comme en Argentine, comme au Gabon, comme… comme…

9732 vues

17 août 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

54 commentaires

  1. Tous les gens connaissant le sujet affirment que la voiture électrique est plus polluante, plus énergivore, plus dangereuse et moins autonome que la voiture diesel.
    – polluante : l’article vient de le démontrer.
    – énergivore : une batterie est un réservoir d’énergie qui fuit en permanence (surtout quand il gèle)
    – dangereuse : faux contact et/ou court-circuit peuvent générer des incendies y compris au niveau des rotors.
    – autonome : on est tributaire en permanence d’une énergie qu’on peut difficilement stocker et de celui qui nous la fournit.

  2. Si tu as les moyens de te payer une bagnole aussi chère pourquoi je dois te payer la prime que tu touche alors que je n’ai pas les moyens de me payer une thermique récente d’occasion ?????.?

  3. A ces bagnoles de bobos, il faut aussi parler des bicyclettes à assistance électrique, quel joli nom, pour ces vélos, dont les utilisateurs ont souvent l’air de grenouilles sur une boite d’allumettes tant ils ne savent pas se servir de leur machine, et sont de véritables dangers pour la circulation.

  4.  » Pour les y aider, l’État failli offre à l’achat d’un véhicule électrique une prime qui peut atteindre plusieurs milliers d’euros. » Toujours l’achat de votes. A crédit mais avec nos sous.

  5. Merci madame pour cet article clair et révélateur d’un obscurantisme forcené de nos gouvernants (en particulier ceux de Bruxelles). Quant aux « écologistes » aucune réaction!!
    les « Grüne » se sont battus bec et ongles contre le nucléaire en Allemagne et ont répandu leur idéologie sur toute l’Europe. Mais quand , partout, le usines à charbon réouvrent pas un mot. Comprenne qui pourra!

  6. Sur long trajet, hors courts déplacements en agglomération, la voiture électrique est une aberration. Faites le (très simple- calcul des besoins (production électrique, transport de l’électricité, batteries, stations de recharge) pour faire rouler le parc automobile français : C’est irréalisable et si cela l’était ce serait un enfer, et pas seulement pour l’écologie.
    Le zéro émission des voitures électriques est un mensonge éhonté. La suppression du moteur thermique des autos c’est de facto la suppression de l’auto pour des millions d’automobilistes.

  7. D’un côté pénurie énergétique (fabriquée), de l’autre volonté débile du tout électrique…
    Nous avons toujours appris qu’il ne fallait pas mettre tous ces oeufs dans le même panier !
    Et quand ils parviendront à ce tout électrique nous verrons bien le nouveau choix : rouler ou se chauffer, quant au prix de cette énergie unique osons imaginer son prix…
    Tout est mauvais dans ces projets, polution à la fabrication, polution des batteries, destructions des ressources rares, esclavagisme minier, etc, etc…
    L’avenir qui nous est proposé n’est pas très lumineux

  8. Les écolos ne pense qu’à leur compte en banque et surtout pas à la vie des population qui subie l’extraction des métaux pour les batteries ! ils sont donc des esclavagistes par procurations !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter