Nicolas Molinari, gendarme tué en Nouvelle-Calédonie : « Il aimait vraiment son métier »

© Compte Instagram 36 quai des Orfèvres
© Compte Instagram 36 quai des Orfèvres

Cinq morts, dont deux gendarmes, en Nouvelle-Calédonie. Après quatre jours d’émeutes particulièrement violentes, la situation reste très tendue, dans le Pacifique. Ce jeudi 16 mai, encore, trois policiers ont été blessés par balle à Nouméa, dont deux grièvement. Parmi ces victimes, le visage de Nicolas Molinari, gendarme de 22 ans décédé après une blessure par balle à la tête, a ému de nombreux Français.

Blessé d'une balle à la tête

C’est l’image d’un visage juvénile, heureux et rieur. Dans une courte vidéo partagée par ses amis sur les réseaux sociaux, Nicolas Molinari, surnommé « Momo », apparaît souriant et fier de son uniforme. « C’était quelqu’un de joyeux. Il avait toujours la banane et il était toujours motivé », confirme auprès de BV l’un de ses camarades de promotion de l’école des sous-officiers de gendarmerie de Montluçon. « Toujours avec le sourire et explosant de bonheur, pas un moment passé à ses côtés ne pouvait être un mauvais souvenir », ajoute un autre de ses amis sur Facebook.

Ce 15 mai, Nicolas Molinari et son escadron de gendarmerie mobile se trouvaient déployés à Plum, à une trentaine de kilomètres de Nouméa, théâtre de violences entre indépendantistes et forces de l’ordre. « Il est mort après une nuit de protection dans un endroit particulièrement dangereux », a détaillé, mercredi, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin au Sénat. « Les "vieux", comme on dit chez vous en Nouvelle-Calédonie, sont venus parler aux gendarmes, [Nicolas Molinari] a alors retiré son casque et il s’est fait tirer dessus en plein front. » Transporté au au régiment d’infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie, puis à l’hôpital de Nouméa, le jeune homme décède des suites de ses blessures à 23h46, heure locale. Il laisse derrière lui le souvenir d’un gendarme épanoui et investi.

« Il était heureux de faire ce métier. » Auprès de BV, l’un de ses proches revient sur la brève carrière de ce jeune sous-officier. « Il a commencé en 2020 comme gendarme volontaire », résume cet ami. Après une première formation à l’école de gendarmerie de Montluçon, Nicolas Molinari est affecté à la brigade de proximité de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), puis au peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Romans-sur-Isère (Drôme). Deux ans plus tard, il est admis au concours des sous-officiers. « C’est là que je l’ai rencontré, se souvient l’un de ses camarades de promotion. Nous étions dans la même chambre. Rapidement, nous nous sommes bien entendus. Pendant toute la formation, nous avons bien rigolé et sommes rapidement devenus amis. » « Nicolas, par son sourire et sa façon d’être, arrivait à remonter le moral de toute la compagnie », complète cet ami, une pointe d’émotion dans la voix.

« Notre héros »

À sa sortie d’école, Nicolas Molinari, un jeune homme « sportif », selon ses proches - il pratiquait la musculation et les arts martiaux -, fait le choix de la gendarmerie mobile et intègre le tout récent escadron de gendarmerie mobile 211/1 à Melun, unité spécialisée dans le maintien de l’ordre. « Il en était très fier. Il me disait qu’il n’y avait pas beaucoup de métiers qui permettent de voyager », précise l’un de ses amis. « Il a été déployé en Nouvelle-Calédonie à la fin de l’automne, nous raconte l’un de ses frères d’armes. Je crois qu’il devait rentrer la semaine prochaine. On s’écrivait tous les jours. Hier encore, on échangeait par messages. » « J’aimerais qu’on se souvienne de lui comme quelqu’un de joyeux, un garçon qui aimait vraiment son métier », conclut l’un de ses proches interrogé par BV.

Depuis l’annonce de la mort du jeune sous-officier, les hommages affluent. « Un homme est mort, qui portait l’uniforme de la République. Un homme est mort, abattu sauvagement, alors même qu’il servait son pays. Un homme est mort, qui avait toute la vie devant lui », a réagi, sur X, Gabriel Attal/ Le Premier ministre adresse ses « pensées » à sa famille et ses frères d’armes et ajoute : « La gendarmerie a perdu un homme, mais c’est toute la France qui en porte le deuil. » Des amis et anonymes prennent également sur les réseaux sociaux en hommage au jeune gendarme. « Il a donné sa vie pour que l’un de nous ne la perde pas. Vous êtes notre héros », écrit ainsi un Calédonien. Et un autre abonde : « La Nouvelle-Calédonie se souviendra du combat de Momo. » « Un gars en or. Toujours le sourire, toujours bon délire. Je continuerai à honorer sa mémoire en continuant ce qu’il a commencé à la gendarmerie », complète un de ses amis. Une cagnotte a été ouverte « pour l’accompagner dans son dernier voyage ». En 24 heures, près de 50.000 euros ont déjà été récoltés.

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Je suis sur place, je vis tout ça dans la consternation et suis écoeurée de la mort de ce jeune homme…les émeutiers n’ont de respect pour rien, ont tout pillé, saccagé, brûlé…mêmes les cabinets médicaux…leur mouvement la ccat avait pourtant prévenu qu’en cas de corps électoral élargi ils enverraient des milliers de jeunes…le Haussaire n’a pas pris la mesure de ces menaces…voilà le résultat ! Pourtant tous le même passeport et 10 ans de résidence pour pouvoir voter aux élections locales…c’est quand même raisonnable non ? Mais les politiciens locaux indépendantistes (qui tiennent le gouvernement et le congrès) ont peur de perdre leurs privilèges.

  2. En Nouvelle Calédonie le peuple autochtone , là depuis 2000 ans dit au nouveaux venus depuis 150 ans , dégagez , vous n’êtes pas chez vous , avec bien entendu le chapelet d’insultes racistes qui vont avec .
    En France les nouveaux venus , depuis quelques mois ou quelques années , disent aux blancs qui sont là depuis 2000 ans , dégagez vous n’êtes pas chez vous , avec l’aide de la gauche islamo-gauchiste .

  3. Pourquoi macron n’envoie pas la légion étrangère pour instauré les loi de la République et dire au chinois et autres qu’ils arrête leurs ingérence

  4. Pourquoi n’ont-ils pas l’ordre de tirer dans le tas ? ce type d’ordre devrait être général pour toutes les forces de polices. Je sais que certains vont hurler, mais qu’ils se mettent à la place des familles. De plus, sur le plan sécuritaire comme sur celui des coûts ce séparait tout bénéfice.

  5. Trop d’insécurité en France dans l’hexagone comme dans les DOMTOM. Trop de laxisme accumulé depuis des années, trop de lois stupides de règlement idiots, de gestion de crise digne du burlesque trop de compassion pour les truands et autres malfaisants. Mais surtout des actions cocasses du type surprise du chef comme l’aide à la reprise des chaussettes. Des subventions à tout va à des organismes qui militent contre l’État, tde l’argent gaspillé dans une administration pléthorique et trop peu de dynamisme et de volonté de prendre en compte l’intérêt des français. La France est généreuse sauf avec ceux qui contribuent par leur travail – rémunéré ou pas – au développement du pays et l’empêchent ainsi de ne pas sombrer.

  6. Qu’en pense Lionel Jospin? Les accords de Nouméa, complétant les accords de Matignon et signés le 5 mai 1998, furent contraignants pour le gouvernement français en instituant des transferts de compétences déclarés comme irréversibles en faveur des Kanaks. Ainsi bénéficiaires de la souveraineté sur le Caillou, en dépit de trois (!) référendums successifs en leur défaveur, il est logique qu’ils se révoltent à l’annonce d’une modification électorale susceptible d’accentuer leur minorité. Le jeune Molinari en est mort assassiné. J’attends toujours les excuses, ou au moins les regrets, de Jospin, seul survivant après le décès de Rocard.

    • Le gouvernement et le congrès sont aux mains des indépendantistes…que tous ceux détenteurs du passeport français puissent voter aux élections locales c’est bien le moins, et 10 ans de résidence exigés pour ce faire, ça me paraît raisonnable. Le solde migratoire est déficitaire ici, plus personne ne veut venir, sont en pénurie de médecins, l’usine de nickel dans le nord est à l’arrêt…le nord tenu par les indépendantistes pourtant….je ne vois pas en quoi ce vote modifierait leur nombre…mais surtout leurs privilèges sans doute…qui veut venir en NC ? Il y a l’emploi local qui leur réservé aussi…l’économie est en berne…ils ne produisent rien, tout est importé et eux-mêmes c’est riz et poulet congelé..les seuls qui cultivent..ben..des blancs fraîchement arrivés (ou pas)….

  7. Faut-il attendre qu’un membre des forces de l’ordre soit tué pour prendre la mesure de leur mission , alors que dans le même temps des simulacres de procès (policiers mis en cause dans l’affaire Traoré) s’éternisent donnant libre cours à la vindicte communautaire , alimentée par les islamo gauchistes à prédominance woke ; mais aussi ce policier détenu en prévention dans l’affaire de Nanterre , toutes ces lamentations de la part de nos élites politiques sont d’une hypocrisie sans nom.

  8. Depuis les Gilets Jaunes, les forces de l’ordre n’ont plus de répit. Comme vous l’écrivez, oui, il faut vraiment aimer son métier. Pas à en mourir. Triste.

  9. Encore une fois un membre des forces de l’ordre perd la vie. La mort dans une opération de maintien de l’ordre semble encore plus injuste que celle qu’entraînerait une opération classique de police. Sommes-nous encore dans du maintien de l’ordre ? la question se pose. Le jeune gendarme a été tué alors qu’il avait retiré son casque pour palabrer. Il y avait là un signe d’apaisement, quand le chevalier retirait son casque c’était le même symbole. Mais il n’y a pas d’acte de chevalerie qui vaille face une certaine racaille, les codes de l’honneur, les codes guerriers n’existent pas. Surtout n’oublions pas ce garçon, les morts en service commandé sont vite oubliés par la société mais pas par leurs frères d’armes. Prions pour lui, sa famille et les policiers et gendarmes engagés en Calédonie.

  10. Au delà de notre respectueux salut à ces deux gendarmes et de nos sincères condoléances à leur famille, cette triste situation comporte une aussi triste morale :
    A force de faire le kakou devant l’ours russe au lieu de pratiquer la diplomatie sage et emprunte de pacifique neutralité qui eut été de mise dans le nid de guêpes ukrainien, à force de gesticuler bêtement et avec une arrogance belliqueuse provocatrice alors que nous ne produisons même plus l’armement nécessaire à notre propre défense, il fallait bien s’attendre à recevoir quelques coups de griffes en Afrique, Nouvelle Calédonie et ailleurs. Des coups de griffes dont nous sommes en partie responsables et qui vont faire mal à la France à travers ses victimes militaires ou civiles, mais aussi en raison de l’affaiblissement économique supplémentaire qui va en résulter.
    Il est plus que temps que la France reprenne son destin en main !

  11. ce jeune homme est tombé , par la faute de politiques inconséquents !!! qui n’ont pas su géré la crise que nous avons déjà connue il y a quelques années , avec michel Rocard : oh »tempora ! oh mores !!!! rien n’a été réellement résolu !!!! srg c

  12. Espérons que le lâche qui l’a assassiné sera vite et sévèrement condamné ! Paix à son âme.

  13. Paix à son âme et soutien indéfectible à ses proches qu’aucun mot de réconfort ne pourra apaiser dans la peine. Surtout pas les phrases creuses de nos gouvernants qui chaque jour doivent inventer de nouvelles formules tant nos forces de l’ordre sont touchées, gendarmes, policiers, gardiens de prisons. Arrêtez les paroles et enfin agissez mais pas aux Invalides. Et après ils s’étonnent que le RN monte !!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois