Nouvelle-Calédonie ou Jeux olympiques, il va falloir choisir !

©Bastien Preuss/Wikimédia
©Bastien Preuss/Wikimédia

On apprend, ces jours-ci, que le gouvernement a sorti les grands moyens pour la Nouvelle-Calédonie en feu. Il faut dire que la situation le mérite : des enfants qui pillent, plus une pharmacie, plus une concession automobile et, selon le récent témoignage d'une auditrice d'Europe 1, les femmes terrées entre elles tandis que les hommes les défendent sur des barricades de fortune. On remarque, incidemment, qu'aucune parité, qu'aucun féminisme ne résiste à la guerre. Il n'y a pas de quoi en être fier ni honteux, mais c'est comme ça : en ce moment, du côté de Nouméa, on ne déconstruit aucun stéréotype de genre. Bref.

Alors, quels sont-ils, ces grands moyens ? L'état d'urgence, tout d'abord. Inconcevable en métropole pendant les émeutes, mais là, ça va. C'est comme pour la créolisation vue de gauche : formidable en France, horrible en Nouvelle-Calédonie. Bon. L'état d'urgence, donc. Ensuite ? Eh bien, ensuite, l'interdiction de TikTok. L'appli chinoise permettrait aux émeutiers de se coordonner. Et quoi d'autre ? Sachez qu'on vient d'envoyer l'armée : les forces armées en Nouvelle-Calédonie (FANC), apparemment. Ce sont des forces de souveraineté, dans le jargon militaire : des unités stationnées outre-mer de manière permanente en vue de maintenir une présence de l'État. Il y en a d'autres dans le Pacifique. Les vidéos, nombreuses sur les réseaux sociaux, de soldats français en gilet pare-balles dans les rues de ce qui est la France (même loin de Paris) donnent une curieuse impression. Il faut nous rendre à l'évidence : nous devenons le tiers-monde.

L'effort le plus significatif a été fait sur les renforts de gendarmerie. Mais à quel prix ? De source interne, il y a pour l'instant sept escadrons de gendarmerie mobile, en déséquilibre numérique évident face à la rage de destruction des émeutiers. Il devrait en arriver cinq de plus cette semaine, dont un de Guyane. L'objectif final serait d'arriver à seize. Fort bien.

Il y a toutefois un petit problème : bientôt, il va y avoir les JO, cet événement magnifique qui peut nous faire définitivement passer pour des jambons à la face du monde entier. Et pour les JO, aussi, il faut des gendarmes. Et le déséquilibre induit par la Nouvelle-Calédonie est tel que, pour gérer à la fois la préparation des JO et la protection de notre territoire ultramarin, on privera l'île de la Réunion de gendarmes mobiles jusqu'à la cérémonie de clôture. Désolé, les gars, c'est comme ça. C'est les JO, les gars, c'est pas de notre faute.

Le problème des sociétés décadentes est toujours le même : il finit par y avoir, dans le bateau France, comme hier sous l'Ancien Régime et avant-hier à Rome, plus de trous que de bouchons pour les colmater. Pour filer la métaphore, il y a maintenant sept ans que Macron donne des coups de hache dans la cale. Il est un peu tard pour avoir l'air surpris.

On ne sait pas quand la Nouvelle-Calédonie va s'apaiser. On ne sait même pas si elle va s'apaiser un jour - et il est peu probable que tout soit sous contrôle avant les JO. Il y a une vieille expression, pour ça : on déshabille Pierre pour habiller Paul. Et vous verrez que si ça se trouve, au moment des Jeux, Nouméa brûlera toujours, mais on affrétera des avions pour faire revenir précipitamment les gendarmes. Un grand écart de 18.000 km. Bravo, les gars !

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

61 commentaires

  1. Je crains fort que parti comme c’est, que les JO tournent au fiasco, sans parler des risques d’attentats. Croisons les doigts.

  2. On se marre sur YouTube de voir un mec qui coupe un arbre qui lui ravage la maison. Mais là, ça ne fait plus rigoler. Les nuls au pouvoir.

  3. Il n’a décidément pas de chance notre président. Son prédécesseur faisait tomber la pluie dès qu’il mettait le pied dehors, lui c’est la guigne qui lui tombe dessus régulièrement. J’espère qu’il n’aura pas la folle idée de vouloir porter la flamme des JO, il serait capable de mettre le feu sur tout son parcours.

  4.  » les JO, cet événement magnifique qui peut nous faire définitivement passer pour des jambons à la face du monde entier. » les JO, cet événement magnifique qui va nous faire définitivement passer pour des jambons à la face du monde entier.

  5. Mais que fait la France en Nouvelle Calédonie en 2024? Même le nickel elle n’est plus capable de l’exploiter de manière rentable. Les Kanaques, le peuple d’origine, représentent 41% de la population, les Caldoches (européens nés dans l’île) 24%, les Zoreilles (métropolitains de passage) forment le reste avec des communautés d’origines diverses notamment asiatiques.
    Donc cette terre est historiquement et mathématiquement Kanaque. Laissons la leur.

    • « Même le nickel elle n’est plus capable de l’exploiter de manière rentable » depuis qu’elle en a confié l’exploitation aux Kanaks après les accords de Matignon – Nouméa.

    • Oui, mais coupons toutes aides financière et sociale ! Ensuite les kanaks verront si les chinois sont aussi arrangeants que les français, voyez ce qui arrive aux ouïghours !

    • Ce que vous dites, n’est pas fondamentalement faux, mais alors si on part de ce principe il n’y aurait pas grand monde sur la planète qui serait chez lui. Cordialement.

  6. Est-ce que pour protéger les JO on va laisser tomber nos compatriotes du bout du monde? Quand on voit le déploiement pour protéger une flamme, on comprend qu’on ne peut pas être partout pour protéger des familles ou des commerces! Le ministre des cultes va se déplacer pour la synagogue, faut peut-être lui dire qu’il est aussi ministre de la religion catholique et que toutes les semaines une église ou un cimetière est vandalisé.

  7. Ils allaient vers l’indépendance négociée voulue par les Kanaks suivant une procédure, entre temps beaucoup de métro ont migre vers la Caledonnie, vie de rêve, vie pas chère Etc..ils sont devenu la majorité et ont voulu changer les règles a leurs avantages (a commencer par le vote) en appauvrissant les natifs, le gouvernement a suivi et change les règles avant d’arriver a l’indépendance. Coup de couteau dans le contrat, les Kanaks ont considéré perdre leur identité par un grand remplacement métro de toutes les couleurs et toutes les minorités. Le gouvernement est comme le scorpion qui traverse la rivière sur le dos de son ami, arrive au milieu de celle-ci, il lui enfonce le dard, métaphore interessante. Le chaos d’aujourd’hui prend sa source a l´Elysee. Macron voulait chasser l’ours Russe, il fini par chasser le Kanak plus en rapport avec la taille de son armee.

  8. Alors que le Titanic sombrait, l’orchestre continuait à jouer. Si l’on pouvait comprendre la raison du capitaine de ne pas ajouter à la panique, au moins pendant ce temps les chaloupes, certes en nombre insuffisant étaient mise à la mer. Là, le navire France sombre et l’on détourne les chaloupes pour faire la fête. Qui aura enfin le courage de mettre fin à ces enfantillages, faudra t’il que le peuple se révolte à son tour?

  9. Une fois arrivé dans les lieux comment et quels sont les moyens pour punir les fauteurs de troubles . C’est toujours la même chose les uns et les autres auront déjà fait leurs valises et ceux qui restent auront des alibis du type pas vus pas pris. Qui va encore payer les dégâts ?

  10. Si ce n’était pas de la France qu’il s’agit, on se moquerait, les rires fuseraient et on se dirait: ils l’ont voulu, tant pis pour eux. Mais voilà, cela fait des années que nous sommes nombreux à avoir mal pour notre France, des années qu’on soutient les hommes politiques honnêtes qui osent dire les choses. La presse ne fait plus son travail, mais est achetée et s’échinent à faire taire ceux qui osent dire les vérités. Les électeurs ont leur part de responsabilité, du moins ceux qui ne veulent pas voir la réalité. Quand la France sera détruite, ravagée, ruinée, ce sera encore ceux qui avaient raison, ceux qui alertaient à qui incombera l’effort de reconstruction. Et si tout cela n’était pas orchestré pour faire partir tous les profiteurs? La question mérite d’être posée.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois