Nicolas Dupont-Aignan : « 1er mai : le gouvernement est faible face à l’extrême gauche et accable les gilets jaunes »

Nicolas Dupont-Aignan revient sur la manifestation du 1er mai à Paris, émaillée par des scènes de violence. Il dénonce, en particulier, « les manipulations permanentes du gouvernement ».

Condamnez-vous les violences qui ont eu lieu hier, à Paris ?

Oui, bien sûr ! Je commence à en avoir assez de ce gouvernement qui n’est pas capable de faire régner l’ordre face aux anarchistes d’extrême gauche. Il accable les gilets jaunes. Chaque week-end, c’est la même manipulation. Le gouvernement laisse des voitures brûler et les télévisions montrent ces images en boucle. Le gouvernement dit : « Les méchants gilets jaunes, les méchants opposants sont contre nous. »

Ces violences sont-elles, pour vous, le fruit d’une manipulation du gouvernement et des politiques ?

C’est un laisser-aller. Lorsque ce sont l’extrême gauche et les anarchistes qui agissent, il y a toujours beaucoup de faiblesse. Je ne comprends pas cette faiblesse. Ils ont été capables d’arrêter les Black Blocs lors de l’Euro 2016 et, aujourd’hui, ils en sont incapables. Je pense qu’il faut être très ferme vis-à-vis de l’extrême gauche. En France, on ne dissout jamais les organisations d’extrême gauche. On les laisse perdurer. Ils empestent la vie politique. M. Poutou s’est félicité de ces violences. C’est ahurissant !

Continuez-vous d’apporter votre soutien au mouvement des gilets jaunes ?

Je soutiens, bien évidemment, les gilets jaunes pacifiques. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux sont à la maison. Ils ne manifestent plus et ont bien raison. La première manifestation qu’il faut, c’est le bulletin de vote. Je dis aux gilets jaunes « Ne perdez pas votre temps à vous mêler aux gens de l’extrême gauche qui ne font que perturber et ne rentrez pas dans le piège du gouvernement, allez manifester le 26 mai en allant voter ». C’est le seul moyen d’empêcher la poursuite de l’action du gouvernement. Je crois en la démocratie. J’ai dit « Ne tombez pas dans le piège de ces manifestations violentes qui ne visent qu’à discréditer la simple volonté de dignité dans le travail ».

Y a-t-il une forme de course à l’échalote à celui qui « récupérera » le mouvement des gilets jaunes ?

Non, ce n’est pas la question. Personne ne peut récupérer un mouvement transpartisan. Benjamin Cauchy est dans notre liste parce qu’il est tout simplement gaulliste.
Je veux qu’en France, le travail et le mérite soient récompensés et que l’ordre règne. Ce gouvernement se nourrit du désordre, des divisions des Français et des manipulations médiatiques. Je suis absolument convaincu que les Français ne seront pas dupes. J’étais, aujourd’hui, dans les Pyrénées-Atlantiques et je peux vous dire que les Français sont très lucides sur les manipulations permanentes du gouvernement.

À lire aussi

Nicolas Dupont-Aignan : « Au lieu d’écouter Greta Thunberg, je suis allé voter contre le CETA »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleJournée particulière à l’Assemblée natio…