NFP : Préparez-vous au pire si vous êtes… riche, pauvre, fan de CNews, etc.

Capture d'écran
Capture d'écran

Avec 187 députés, le Nouveau Front populaire est bien loin de la majorité absolue à l’Assemblée nationale, mais il a la prétention de gouverner la France. Et vite. Jean-Luc Mélenchon, quelques minutes après la fin du scrutin, dimanche soir, ne s’en est pas caché. « Le Président a le devoir d’appeler le NFP à gouverner, lançait-il. Celui-ci y est prêt ! » Emmanuel Macron, quelle que soit la configuration retenue, devra tenir compte de l’influence de Mélenchon et des exigences du NFP, comme de son noyau dur La France insoumise. Ridiculisés à l’Assemblée avant sa dissolution, démonétisés par leurs frasques et leurs débordements débraillés, les députés LFI reviennent donc en force, avec un programme ambitieux... ou effarant : tout ce qui suit peut être vérifié dans ledit programme (en lien). Ce lundi matin, une majorité des Français se réveille inquiète. Elle n’a pas tort.

Attendez-vous au pire si vous êtes… riche

Si vous avez acquis quelques moyens par votre travail, Mélenchon pense à vous très fort. Vous serez rattrapé par la progressivité accrue de l’impôt sur le revenu NFP, à 14 tranches. Dans les tranches aisées, le gouvernement Mélenchon se servira généreusement, ponctionnant jusqu’à… 90 % de vos revenus !

Vous vous dites peut-être que les nombreuses niches fiscales vous offriront un répit ? Nenni ! Le NFP prône la disparition d’un grand nombre de niches fiscales jugées « inefficaces, injustes et polluantes ». Vous êtes tenté par la Bourse, pour investir en favorisant l’économie ? Le NFP a prévu le renforcement de la taxe sur les transactions financières, sans parler de la taxe sur les superprofits. Reste l’héritage, pour ceux dont les parents ont travaillé toute une vie en espérant que cela profite à leur progéniture. Mais, là encore, Mélenchon vous attend : le NFP veut refondre le dispositif actuel pour ponctionner davantage les plus gros héritages. L’exil ? Attention à l’exit tax ! Ça va barder.

… si vous êtes pauvre

Vos moyens ne vous permettent pas d’habiter un loft place de la République à Paris ou de passer la moitié de l’année en Afrique du Nord comme Dominique Strauss-Kahn ? Il vous reste une de ces charmantes banlieues d’immigration qui n’ont plus de françaises que le nom. Le NFP est prêt à ouvrir, plus généreusement encore, les portes de la France au « métissage », comme il dit. Aucune mesure contre les OQTF non exécutées ni contre l’immigration légale et illégale. Le NFP veut faciliter l’accès aux visas, régulariser les clandestins et adoucir encore le Pacte asile et immigration. Dans les quartiers bien éloignés du domicile de Mélenchon, les Français les moins chanceux se débrouilleront donc pour survivre face au trafic de drogue, aux agressions, vols, viols, tirs à balles, etc. Une conversion à l'islam leur procurera peut-être les consolations qu'ils méritent...

… si vous regardez CNews

Vous appréciez la grille et le ton de CNews ou vous regardez Cyril Hanouna de temps en temps sur C8 ? Sortez vos enregistreurs d’urgence, car ce sera peut-être bientôt un souvenir. La France insoumise hier et le NFP aujourd’hui ne cherchent nullement à masquer leur opposition au renouvellement des licences d’exploitation de ces deux chaînes, aujourd’hui détenues par Vincent Bolloré. Ce qui entraînerait un changement radical des programmes, des visages et surtout de la ligne éditoriale. On se souvient du procès stalinien - pardon : de la commission d’enquête - organisé dans l’enceinte de l’Assemblée nationale sous la houlette du procureur - pardon : du rapporteur - LFI Aurélien Saintoul. Sophie Taillé-Polian, députée écologiste du Val-de-Marne, la dame qui avait lancé une pétition pour que l’Arcom ne renouvelle pas les autorisations de diffusion de CNews et C8, déclarait alors : « Le pluralisme n’est pas respecté et les fake news y sont légion. » On se souvient aussi de l'aveu de Vincent Bolloré, le 13 mars : un retrait de fréquence serait à la fois un problème d’équilibre pour un groupe qui veut « porter la culture française à l’international » et un problème pour « la liberté d’expression ». Pas de quoi stopper l’envie de censure de l’extrême gauche qui nourrit à l’égard de CNews et de Bolloré une haine recuite, irrationnelle, et une implacable envie de revanche.

… si vous êtes agriculteur

Membres éminents de la NUPES, les Verts et leur égérie Marine Tondelier ne comptent faire aucun cadeau à nos agriculteurs. Saturés par les promesses d'Emmanuel Macron et de Gabriel Attal, les paysans ont provisoirement remisé leurs tracteurs sous les hangars mais ne sont dupes de rien, surtout pas des projets écolo-NFP. Parmi les quelques mesures incontournables citées dimanche soir par Mélenchon figure la « gestion de l’eau », une préoccupation qui sent bon la mobilisation à Sainte-Soline, qui avait fait des dizaines de blessés parmi les CRS. Autant parler d’un matraquage pour les agriculteurs et autres détenteurs de piscines. Le NFP veut, bien sûr, arrêter immédiatement l’installation des « méga-bassines », pourtant indispensables aux agriculteurs pour irriguer afin de nourrir les Français. Il veut encore interdire aux agriculteurs le glyphosate, pourtant autorisé en Europe après des années de procès et d’études. Un festival !

... si vous êtes propriétaire

Loyers plafonnés, suppression de la loi anti-squat, interdiction des expulsions des mauvais payeurs sauf à proposer un autre logement… Un conseil : vendez !

... si vous êtes contribuable

Pour le NFP, l’État français a les moyens. La plate-forme de gauche veut donc embaucher dans les services publics, créer et donc financer un congé menstruel, mettre en place « un plan d’éradication des violences à l’encontre des personnes LGBTQI » ou encore financer un commissariat de plus, à l’Égalité. Évidemment, la grande générosité du parti tous azimuts a un coût : « Avec le Nouveau Front populaire, le déficit public s'alourdirait de près de 160 milliards d'euros par an, explique, sur son site, l’association spécialiste des politiques publiques iFRAP, qui a fait le calcul. Le risque ? Qu'un gouvernement qui appliquerait un tel programme soit très vite sanctionné par les investisseurs alors que la France a déjà besoin, pour se financer, d'emprunter 300 milliards d'euros par an sur les marchés financiers. »

Mais qu’importe le réel pourvu qu’on ait l’oseille ! De quoi faire la fête encore quelques nuits en saccageant consciencieusement nos grandes villes. Il faut bien manifester l’enthousiasme « populaire » qui accompagne le relatif succès de Jean-Luc Mélenchon. Comme l’écrit Gabrielle Cluzel, sur Twitter : « Ils perdent, ils cassent tout. Ils gagnent, ils cassent tout. » Et ce n’est qu’un début !

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

60 commentaires

      • Vous avez raison les militaires se sont engagés pour la gamelle… Et certains vous explique qu’ils ne sont pas français ( c’est ce que m’ont dit des camarades de régiment de ma fille). N’oublions pas la mutinerie sur un navire français, les soldats ont refusé de tirer car en face c’était des frères. De nombreux cadres de l’armée sont partis prématurément car dégoutés… Alors n’attendez rien de cette institution… Ni d’aucune autre d’ailleurs…. Nous sommes le pays de la gamelle ou le oisif gagné plus que le travailleur. ..

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois