En février, plus de 100.000 personnes en situation irrégulière ont été arrêtées à la frontière sud des États-Unis. Dans une interview accordée à ABC, mardi 16 mars, le président américain Joe Biden a demandé aux migrants de rester chez eux, relate RFI.

Dans un communiqué, le ministre de la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, ne cache pas son inquiétude : « Nous sommes en voie d’avoir plus de personnes à la frontière sud-ouest que nous n’en avons eu au cours des vingt dernières années… La situation est difficile, nous travaillons sans relâche pour y faire face. »

La pression migratoire à la frontière s’est accrue et les structures d’accueil avec le Mexique sont déjà débordées par l’accueil de mineurs non accompagnés.

 

« Ne quittez pas votre village, votre ville ou votre communauté »

L’arrivée massive de migrants à la frontière est exploitée par les républicains qui accusent Joe Biden d’avoir provoqué un appel d’air en promettant un accueil plus généreux que son prédécesseur. Mardi 16 mars au soir, sur ABC, le président américain Joe Biden a lancé un appel aux migrants : « Je peux vous le dire clairement : ne venez pas. Nous sommes dans un processus de mise en place. Ne quittez pas votre village, votre ville ou votre communauté. »

Contraint par la réalité, Joe Biden a prévenu que « les migrants qui franchissaient illégalement la frontière étaient renvoyés chez eux ». Cette crise migratoire risque de compliquer la tâche des élus démocrates qui voulaient déposer un projet de loi au plus vite pour permettre à onze millions de clandestins d’accéder à la nationalité américaine.

Pour les républicains, Joe Biden est responsable de cette situation : en promettant un accueil plus généreux que Donald Trump, il a en d’avoir provoqué un appel d’air.

17 mars 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.