Alors que les pays occidentaux ne doivent leur croissance démographique qu’à un solde migratoire positif et que leurs taux de sont ceux de pays en déclin (seul Monaco est au-dessus de l’indice de renouvellement des générations, avec 2,5 enfants par femme), les pays d’Europe de l’Est affichent des taux record.

En effet, la partie orientale de notre continent, longtemps à l’agonie, connaît aujourd’hui une remontée importante de ses taux de , notamment en Russie (+34,3 % entre 2006 et 2016) et en Biélorussie (+30 %). Lituanie, Géorgie, Tchéquie, Slovénie et Lettonie font également la course en tête avec des taux d’augmentation record sur la même période (plus de 20 % en dix ans). Cependant, en raison du faible nombre de personnes nées à la fin de l’ère soviétique, dans les années 1990, les femmes en âge de donner naissance à un enfant sont actuellement relativement peu nombreuses. Ces pays connaissent, par conséquent, une diminution conjoncturelle de leur population. L’efficacité des politiques natalistes des dirigeants de ces pays prouve, néanmoins, aujourd’hui toute son efficacité.

Vladimir Poutine mène une intense campagne en faveur d’un modèle familial vertueux et mobilise l’État dans des proportions considérables afin de compléter une politique nataliste déjà très incitative. Il prévoit de créer de nouveaux mécanismes de soutien à la natalité, tels qu’une exemption de taxe de propriété pour les familles nombreuses.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a fait de la relance de la la priorité absolue de son gouvernement. Plusieurs mesures incitatives spectaculaires ont été prises par ces États.

L’administration de Minsk propose une multitude de mesures destinées à stimuler la et le nombre d'enfants par femme, faisant de la Biélorussie un des pays disposant d'une politique nataliste parmi les plus généreuses au monde.

En comparant les régions du monde, on constate que c’est en Europe de l’Est que les pays proposent les plus longs congés de maternité. En Bulgarie, les femmes ont droit à 32 semaines, 28 semaines en Slovaquie et 20 semaines en Russie… et jusqu’à un an en Bosnie-Herzégovine.

En prenant au sérieux le problème démographique, les pays de l’Est s’engagent assurément sur la voie du renouveau et de la prospérité, alors qu’en soignant ses problèmes démographiques au seul moyen de l’immigration, l’Europe de l’Ouest se prépare à un vieillissement puis à un effondrement d’ici vingt-cinq ou trente ans.

Arrêtons de soigner l'Europe sur le dos des autres ! Nous devons faire notre travail nous-mêmes…

3130 vues

22 février 2018

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.