[Migrations] Pour le patron de Frontex, murs et frontières ne servent à rien

migrants mur submersion migratoire

« Soyons clairs : rien ne peut empêcher des gens de traverser une frontière, ni mur, ni clôture, ni mer, ni rivière. » Cette déclaration ne provient pas d’une ONG pro-migrante, mais du patron de Frontex lui-même, Hans Leijtens. Le contexte en éclaire l’énormité : son interview est parue dans le média allemand Welt am Sonntag. Alors qu’en Allemagne les électeurs sont sensibles aux propositions anti-immigration de l’AfD, alors que même à gauche l’iconoclaste BSW se lance sur ce thème, il s’agit de leur faire passer un message simple: rien ne sert de voter pour les « extrêmes », les migrations sont une fatalité.

Néerlandais, Hans Leijtens a été commandant de la Police militaire royale, directeur général de l'administration fiscale, gouverneur de la Résidence. On l’a nommé à la tête de Frontex il y a un an pour remplacer le Français Fabrice Leggeri, poussé à la démission parce qu’ayant une conception trop musclée de sa mission. On a manifestement trouvé le remplaçant idéal. Immigrationniste dans l’âme, il achèvera de faire de Frontex une agence humanitaire spécialisée dans le repêchage de migrants.

Utilité d'une sentinelle

Dans sa lapalissade (sans jeu de mot), selon quoi aucun obstacle construit ou naturel n’arrête personne, Hans Leijtens feint d’ignorer que d’une part l’obstacle limite, ralentit, et que d’autre part il gagne en efficacité s’il y a un homme armé dessus ou derrière. Peut-être que ça ne suffira pas: « Si le Seigneur ne protège pas la cité, elle veille en vain, la sentinelle », dit le psaume 126. Cela ne signifie pas qu’il ne faut ni murailles, ni gardes.

Un exemple ? Bill Clinton fit construire en 1996 « une barrière infranchissable de 14 kilomètres », qui divisa presque par cinq les interpellations à la frontière… (Le Monde). Quand Trump a lancé le projet d’un long mur entre les Etats-Unis et le Mexique, les Démocrates et les bonnes consciences ont joué les effarouchés ; mais il y avait tellement besoin d’un mur que Joe Biden en a repris la construction il y a quelques mois - dans un silence gêné.

Le mur, le pape et le migrant

Les peuples ne demandent pas des murs par plaisir. Le début de la grande fortification de l’Europe, au Moyen-Âge, répond à une insécurité : on construit des mottes castrales pour faire face aux raids sarrasins et vikings. De nos jours cette demande de protection est jugée comme un repli sur soi, une frilosité, une peur de l’autre. L’Européen doit se convaincre que l’envahissement est désirable.

C’est tout juste si les murs, dans la théologie du pape François, obsédé par la question, ne sont pas un obstacle à la grâce. Lui, est plus pont : « Le défi de la réalité requiert la capacité de dialoguer, de construire des ponts au lieu de murs » (2015) (et déjà en 2014, et encore en 2016, 2021…). Dans les faits, le Vatican ressemble plus au château Saint-Ange, fortifié, qu’au pont du même nom. Il est l’Etat le mieux gardé au monde (200 gendarmes et 135 gardes suisses pour un territoire de 44 hectares) ; sa politique migratoire est des plus strictes (avec une immigration de travail qui n’aboutit jamais à aucune naturalisation). Les murs, c'est péché, mais le Souverain Pontife s'y sent à l'abri.

Eloge de la frontière… russo-finlandaise

Pour Hans Leijtens, « des expressions comme "stopper des gens" et "fermer les frontières" ne sont pas un discours tenable ». Que propose-t-il ? Là, il est assez à droite : des procédures d'asile directement aux frontières extérieures européennes, des expulsions rapides des demandeurs d'asile déboutés et des accords avec des pays, par exemple en Afrique. Mais tout cela n’a de sens qu’avec des frontières faisant leur office.

D’ailleurs, quand il s’agit de protéger la frontière de la Finlande avec la Russie, Frontex envoie gardes-frontières et véhicules, à la grande joie de Hans Leijtens: « La sécurité des frontières extérieures de la Finlande est une question de préoccupation collective européenne. » Le patron de Frontex sait et croit que les frontières ont une utilité et une efficacité, dès lors qu’on le décide. Ça ne rend que plus détestable sa déclaration adressée aux électeurs allemands.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

38 commentaires

  1. Prenons le patron de Frontex , Hans Leijtens, au mot. Si les frontières ne servent à rien, alors Frontex également et lui en premier. A une époque où l’on demande aux citoyens de réaliser des économies (chose qu’ils font ne pouvant faire autrement), la première des choses à faire serait de mettre au chômage tous ces responsables qui avouent leur inefficacité.

  2. Il a raison aucune barriere ne peut arrêter un flux migratoire, il suffit juste d’enlever tout ce qui peut susciter l’intérêt pour cette migration; il ne restera que ceux dont la motivation vaut le coup d’être étudiée!

  3. voilà un Monsieur particulièrement malhonnête qui ne comprends un  » mur » ou une  » frontière » que si la menace est Russe, sinon çà ne sert à rien ! Il faudrait vraiment cesser de mettre en place des individus qui nous prennent régulièrement pour des demeurés chroniques !

  4. Le Patron de Frontex se moque de l’invasion de la France par les illegaux, souvent musulmans, protégés par la Nupes et les ONG marchandes d’esclaves modernes*
    De plus le Patron de Ftontex reste bien protégé dans son quartier chic parisien (pour combien de temps ?), et a les moyens financiers pour protéger ses filles s’il en a.
    Encore un fonctionnaire bobo-parigot qui n’a aucune idée de l’invasion qui menace la République Française, et les français/es, obnubilé qu’il est par des colonnes de chiffres qui ne reflètent pas la réalité d’une France parsemée de territoires perdus de la République !
    * Ce que font ces ONG et leurs complices, est un crime contre l’humanité.

  5. La Commission tient le portefeuille et veut accueillir plus de migrants car l’économie prime sur les Peuples. Donc les murs ne servent à rien. On ne peut même pas diminuer l’attractivité de la France en privilégiant un peu la préférence nationale, les mondialistes, la gauche sont contre.

  6. Le patron de Frontex est psychologiquement perturbé. Il est comme ce salarié mis au placard qui prend conscience que le poste qu’il occupe n’est d’aucune utilité. Il se contente « d’observer les trains passer » . Macron se dévoile de plus en plus et confirme ce que nous dénonçons depuis des années. Il travaille à rendre la France insignifiante, totalement soumise à Bruxelles. Il trahit délibérément les français jusqu’à approuver des textes qui rendent la France entièrement sous emprise de l’Union. Il nous parle de souveraineté, d’identité français mais agit, pour une fois, à l’encontre de ces idées. Un sournois profond. Nous ne sommes pas juristes mais croire que son attitude serait justiciable n’est pas infondé. Nous le soulignons, Macron trahit les français, la France. Les agriculteurs sont dans le pire désarroi, il prend la fuite sachant qu’Attal a les mains liées par les consignes qu’il a laissées, faire trainer, user les patiences en laissant « la mayonnaise revendicative se déchainer » ce qui entrainera la désapprobation des français pour enfin accorder des miettes. Le tour est joué. C’est ce qui est prévisible si les agriculteurs laissent du mou et tombent dans le piège des dégradations.

    • B R A V O ! ! ! Si seulement tous les Français avaient le même raisonnement que vous. Macron est un malade mental pervers et sournois au service de la finance et qui rêve de devenir PRÉSIDENT de l’UE, main dans la main avec URSULA et d’autres qui veulent phagocyter la France. Le roi se promène pendant que le peuple se révolte…

  7. Et le patron de FRONTEX il sert à beaucoup moins que rien : il est toxique ; le 9 juin on le vire : votons pour Marion ou pour Jordan

    • Ne pas confondre Marion et Jordan. Jordan est sous la domination de MLP qui a déjà viré de bord plusieurs fois (exemple l’islam est compatible avec la république, priorité et non préférence nationale etc …)

    • Dommage que ses deux-là ne soient pas sur une même liste, ils feraient un tabac. Mais malheureusement leurs sponsors respectifs se le refusent par ego mal placé et intelligence en berne.

      • Un seul point à retenir : élection à UN tour ET à la proportionnelle donc chacun marque des points sur la gauche les macronistes et les LR. Pr ailleurs, s’ils ne sont pas d’accord sur tout, il y a de nombreuses possibilités de convergeance mais Marine ne veut rien entendre, elle veut sa revanche alors que Eric Z a proposé à de multiples occasion une alliance qui pourrait respecter la sensibilité de chacun comme le pratique la gauche assimilant socialistes, communistes, écologistes et autres partis découvrant à maréee basse. Mais plutôt que gagner le RN préfère l’indépendance qui tue !

    • Oui mais malheureusement, ils n’auront pas un succès foudroyant. Les gaulliste habitués à la trahison se détourneront de ces seuls français qui ne pensent qu’à la France.

      • A Nets_Master, Domipa, Vimal : évitons les chicayas stériles . Marion et jordan sont le camp national et chacun choisira dans le respect patriotique dû aux autres patriotes. Dans le pays profond des alliances entre militants se dessinent déjà dans la perspective des municipales. Et, pour les européennes le système proportionnel permettra une juste répartition des sièges entre les deux mouvances patriotes. D’autant que les électorats ne sont pas totalement identiques et le score additionnel sera meilleur.

  8. Et si on prenait exemple sur ce qu’avait réalisé la RDA , le mur de Berlin et le rideau de fer , il me semble que leur franchissement était assez compliqué.Ensuite un mur administratif comme nous savons faire en France devrait dissuader les impétrants

  9. Ce Hollandais devrait savoir que chez lui pour se protéger de l’eau envahissante ils construisent des murs appelés digues. Encore un menteur qui s’engraisse.

  10. Il faut bien comprendre que l’UE veut nous faire rentrer dans le crâne qu’il faut accepter une immigration massive. Une population atomisée, dispersée, sans valeur commune pourra être instrumentalisée à leur gré. C’est ça qu’il veulent en UE. Et pourtant, les français veulent rester dans l’UE croyant qu’ils peuvent la réformer…erreur fatale. Nous rentrons dans un système qui abolit nos libertés sous couvert de bienpensance et de sécurité. La seule liberté possible c’est de sortir de l’UE.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois