L'affaire a déclenché une vague d'émotion et de réprobation dont on espère qu'elle ne s'arrêtera plus. Le visage innocent de cette jeune fille blonde, qui aurait pu être notre sœur ou notre fille, contraste atrocement avec la longue liste des sévices qu'elle a subis avant de mourir. Quatre suspects, dont deux sont incriminés pour le moment, ont été arrêtés. Tous sont algériens, certains au moins clandestins.

On apprenait d'ailleurs, dans la soirée d'hier, que Dahbia B., la principale suspecte, faisait l'objet d'une depuis le 21 août. L'affaire s'annonçait donc délicate pour Gérald ... mais c'était mal le connaître. Invité, ce 18 octobre, sur l'antenne de RTL, le ministre de l'Intérieur, qui, dans une démocratie ordinaire, aurait démissionné séance tenante, a payé une tournée générale d'excuses. Pour lui, bien sûr, mais pas seulement. Évidemment, le ministère de l'Intérieur est au-dessus de tout soupçon : la jeune Dahbia B. n'avait pas de casier et elle faisait l'objet d'une émise « il y a un mois » (plutôt deux, en fait, si on compte bien). Jusque-là, du classique. On sait ce que les pays du Maghreb ont à faire des .

Plus surprenante est la conclusion de Gérald au sujet de la meurtrière présumée : elle aurait subi des violences conjugales. OK. Pas de démonstration à ce stade, on laisse l'auditeur tirer ses propres conclusions. Mais bon : mine de rien, le ministre de l'Intérieur commence à détourner l'attention. Victime de violences conjugales, la suspecte, qui a reconnu en garde à vue une série d'atrocités que l'on épargnera au lecteur, ne peut donc pas être un monstre. Le coupable, en bout de chaîne, ce n'est pas elle, c'est l'homme qui lui a fait subir des « violences faites aux femmes ». On est rassurés. Le viol, la torture, l'asphyxie, l'égorgement ? La conséquence du traumatisme de cette femme, probablement. Et puis voilà.

Je ne sais pas si le meurtre de donnera lieu à une énième séance de peluches-bougies-plus jamais ça ou si les Français, lassés d'être massacrés dans l'indifférence générale, vont se lever face à la barbarie. Ce dont je suis certain, c'est que l'accusation d'instrumentalisation faite à l'encontre de la droite, non seulement ne tient pas, mais peut, bien davantage, être faite au gouvernement. Utiliser le meurtre d'une petite fille par des clandestins pour poser la question de l'immigration, ce n'est pas tiré par les cheveux. Utiliser ce même acte sordide pour remettre sur le tapis la question des violences conjugales et dédouaner par avance une meurtrière présumée, c'est de la vraie, de la sale récupération. Décidément, rien n'est trop énorme pour les ambitions de Gérald Darmanin. La dignité et le respect du deuil de la famille de veulent que mon propos s'arrête ici, mais chacun pourra porter, « en responsabilité », son propre jugement sur ce monsieur

7653 vues

18 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. La France qui est incapable d’expulser se plie en quatre pour aller chercher des djihadistes… aujourdh’ui quinze femmes ennemies de la France ! Cherchez l’erreur et le machiavélisme de nos gouvernants ! Enfin quand je dis gouvernants vous me comprenez …

  2. Mais bien sûr, c’est à cause des violences conjugales… Est-ce que toutes les femmes battues vont violer et égorger les enfants de leurs voisins ? On peut redouter que ce monstre sera déclaré irresponsable, végétera quelques années en hôpital psychiatrique, aux frais des contribuables, bien sûr, y compris des parents de Lola, puis sera relâché dans la nature…

  3. Que pouvons-nous attendre de ces personnages qui n’ont que « les valeurs de la république » à la bouche, alors qu’ils n’en ont aucune … de valeur ? Peu leur importe que nos enfants soient en danger, même en rentrant de l’école, les leurs doivent avoir des chauffeurs et des gardes-du-corps !

  4. A bas la dignité, à bas l’indifférence, et faites bien attention aux termes utilisés dans votre courrier, c’est encore vous qu’on va accuser de semer la haine.

  5. « le ministre de l’Intérieur, qui, dans une démocratie ordinaire, aurait démissionné séance tenante, » Dans une démocratie tout court.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter