En nos temps informatisés, un nouveau virus apparaît. Il ne provoque ni boutons ni fièvre mais attaque insidieusement les esprits qui, atteints de déraisonnement, adhèrent à un dangereux renversement des valeurs. Son nom : vidéo virale. Son moyen de transmission : Internet. Sa dernière victime connue : .

La vidéo virale qui a réussi à pénétrer la Maison-Blanche montre une intervention des forces de l’ordre pour le moins surprenante. Tandis que deux policiers arrivent dans une rue de Washington pour disperser des groupes de qui commençaient à s’échauffer, une fille se met à danser le « nae-nae » – prononcer né-né – au son d’une chanson à succès. C’est alors qu’une des policières, ne voyant aucune marque de provocation dans cette attitude pourtant effrontée, se prend au jeu et la défie : si elle gagne la battle (mot anglais désignant un duel artistique ou sportif), la canaille et sa bande quitteront les lieux. Pari remporté : danseuse aguerrie, l’agent de pousse l’insolente à l’abandon.

Voilà une bien belle manière de résoudre les problèmes de trouble à l’ordre public, n’est-il pas ? D’ailleurs, le président des États-Unis en personne adresse ses félicitations : « Bel exemple d’une police qui sait s’amuser tout en nous protégeant ». La Toile complimente unanimement la policière : « Ça fait chaud au cœur », « cool », « sympa », peut-on lire un peu partout. Sauf ici même !

Et pour cause : en quoi bafouer la parole de l’autorité, ridiculiser le statut de policier, salir l’uniforme serait-il un modèle ? Quelle subversion ! Les policiers en sont réduits à user de stratagèmes, faire preuve de séduction, ménager hypocritement les délinquants ; ils doivent adopter le même comportement que les voyous pour que ces derniers daignent leur obéir. En vérité, force n’est plus à la loi.

Ce retournement de l’ordre établi présente tout de même un avantage : lorsque cette procédure aura cours en – ce qui ne saurait tarder car notre pays importe avec toujours plus de célérité les bonnes idées américaines -, nous pourrons échapper à moult contraventions en nous dandinant sur le nouvel air à la mode. Vous dansiez sur du yéyé ? Mettez-vous au nae-nae, ça fait sauter les PV !

Imaginez un feu orange trop mûr grillé : « Allez, Monsieur l’agent, on se fait une battle de nae-nae ; celui qui mène la danse n’a pas de contredanse ! » Grâce à de simples déhanchements, agrémentés de quelques levers de jambe, points retirés et amendes salées ne seront que mauvais souvenirs. Cerise sur le gâteau : les prochaines caméras piétons de notre police nationale immortaliseront ces scènes qui, une fois diffusées, feront de nous les futures stars du Web !

En tout cas, nae-nae ou pas, exécutera encore ses deux pas de danse favoris : tourner pas rond et marcher sur la tête !

4 novembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.