Prendre une bonne résolution est, en ces temps de relativisme sacralisé, un exercice qui pourrait vite devenir clivant. Pour rajouter au désordre ambiant, voici une liste de propositions personnalisées où tous peuvent piocher librement. Oui, ça va être aussi naïf qu’une lettre au père Noël.

Au vieux personnel politique, l’ex-Président, les ministres, fonctionnaires et parlementaires qui ont imposé Lisbonne contre la volonté du peuple en 2008, qu’ils décident unanimement de remettre tous leurs mandats, toutes leurs fonctions et qu’ils abandonnent définitivement toute influence politique, assumant la honte d’avoir trahi le peuple et tué la démocratie.

Aux juges qui préfèrent les prévenus aux victimes, à ceux qui bafouent l’équité par idéologie, à ceux qui pensent qu’un mur des cons est compatible avec la fonction de magistrat et à ceux qui sont persuadés qu’une république de juges serait un progrès, qu’ils désertent leurs charges eux aussi.

Au pouvoir en place, Président, ministres, parlementaires et autres relais, eux qui ont si bien démontré leurs visées totalitaires après leur « coup d’État électoral » et les lois et dispositions liberticides qu’ils ont instaurées, qu’ils comprennent qu’une partie suffisante du corps social ne veut plus se soumettre et qu’il sera assez déterminé pour faire échouer ce funeste projet. Qu’ils cessent de prendre la population, l’économie et les générations futures en otages en usant et abusant d’une crise sanitaire qu’ils ont si mal gérée.

Aux gauchistes de tout poil, socialistes, insoumis de carnaval, communistes, racialistes, anticapitalistes, indigénistes, homosexualistes – et la liste n’est pas close -, que vous réalisiez enfin l’étendue des dégâts que vous avez causés avec les outils de votre idéologie mortifère : votre universalisme soigneusement orienté, votre égalitarisme inepte, votre insupportable sectarisme et votre impérialisme éducatif et culturel. Puis que vous cessiez d’être de gauche : la nation n’en a plus les moyens.

Aux écologistes politiques qui préfèrent délocaliser la pollution en Chine avec des panneaux solaires et, en même temps, rouvrir des centrales à charbon pour compenser la fermeture de réacteurs nucléaires, ou encore qui se pâment devant des PMA sans père ou des GPA ou des gamins qui changeraient de sexe parce que c’est dans l’air du temps, que vous cessiez vos leçons de morale, compreniez (enfin !) les enjeux et deveniez cohérents.

Aux libéraux incapables de voir l’impasse d’un libéralisme sans frein qui se borne à une lecture économique du monde et le conduit ainsi à sa perte, que vous parveniez enfin à distinguer un moyen d’une fin.

Aux conservateurs de pacotille, que vous obteniez pour vos étrennes assez de courage pour faire mentir G. K. Chesterton (« L’affaire des progressistes est de continuer à commettre des erreurs. L’affaire des conservateurs est d’éviter que les erreurs ne soient corrigées »).

Aux arrogants médias, faiseurs de rois qui hésitez entre la soumission au pouvoir la plus servile et la souveraineté absolue, que vous deveniez respectueux de la vérité, du débat et du bien commun.

Je sais, je rêve. Je n’ai pourtant consommé aucune substance illicite, que du chocolat : un euphorisant légal !

7 février 2021

À lire aussi

Livre : Comment devenir plus catholique… en s’inspirant des évangéliques, de Pierre Jova et Henrik Lindell

Les évangéliques sont un bouc émissaire à la mode. …