Editoriaux - Entretiens - Politique - Videos - 20 juin 2017

“Merci, chers lecteurs de Boulevard Voltaire, de toutes vos marques de sympathie !”

Après sa large victoire, Emmanuelle Ménard réagit au micro de Boulevard Voltaire. Elle en profite pour remercier tous les lecteurs qui l’ont soutenue : pour elle, le combat va prendre une autre forme, mais elle gardera un œil attentif sur Boulevard Voltaire !

Emmanuelle Ménard, quelle est votre première réaction au lendemain de cette large victoire dans la 6e circonscription de l’Hérault ?

Je suis ravie et surtout très fière de cette campagne que mon équipe a menée à mes côtés.
Je suis très fière, parce que ce fut une campagne sur le terrain à la rencontre des Biterrois. Nous sommes allés sur le terrain, sur le territoire du matin au soir. Nous nous sommes bagarrés, à la rencontre des commerçants, des artisans, le matin sur les marchés. Nous sommes allés convaincre, argumenter auprès des Biterrois, se bagarrer avec eux et essayer de les persuader de notre sincérité et de la sincérité notre démarche.
Apparemment, nous avons été efficaces.

Est-ce évident de passer du journalisme à la politique ?

Ce n’est pas si évident.
En même temps, quand on est journaliste, on est spectateur de l’action politique.
Il arrive un moment donné où il est temps de prendre ses responsabilités et de devenir acteur.
C’est pour cela que j’ai décidé de me lancer dans l’aventure des Législatives.
J’ai souhaité soutenir une action menée sur Béziers et sur le territoire bitterois depuis trois ans par l’équipe municipale en place.

Allez-vous siéger demain avec les élus du Front National ?

Je ne suis pas au Front National.
Je suis soutenue par le Front National, mais aussi par cinq autres partis dont le Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers, le RPF de Christian Vanneste, le SIEL et le CNIP qui a participé aux primaires de la droite et du centre, et bien entendu Debout La France de Nicolas Dupont-Aignan.
Pour moi, c’est très important.
Cela montre que l’union des droites fonctionne, en tout cas elle a fonctionné ici. Il n’y a pas de raison qu’elle ne fonctionne pas ailleurs.
J’aimerais évidemment siéger aux côtés du Front National, mais dans un groupe plus large qui regroupe des députés qui, comme moi, ne sont pas forcément au Front National.
J’aimerais œuvrer pour que nous puisse être efficaces à l’Assemblée.
Les députés du Front National ne sont pas suffisamment nombreux pour former un groupe aujourd’hui.
J’aimerais œuvrer pour cette union des droites. Je l’ai fait à Béziers. Nous avons poursuivi ce qui avait été entamé il y trois ans et j’aimerais pouvoir le poursuivre à l’Assemblée.
Nous pourrions, pourquoi pas tous ensemble, constituer un groupe qui sera plus efficace et qui aura plus de poids que des députés indépendants et isolés.

Quel sera votre dossier prioritaire ?

Au niveau national, il y en a deux qui me tiennent à cœur.
Je lutterai contre l’augmentation de la CSG.
J’ai vraiment été choquée et j’ai pu constater sur le terrain tous les jours que les retraités étaient extrêmement inquiets par cette mesure qui est prévue par le gouvernement Macron.
L’augmentation de la CSG va toucher non pas les retraités les plus aisés, mais les retraités à partir de 1200 euros par mois. 1200 euros par mois, c’est 50 euros de plus que le SMIC.
Ce n’est pas être aisé quand on touche 1200 euros par mois.
Je trouve cela inadmissible qu’ils soient les premiers visés, les premiers touchés par cette mesure.
La deuxième chose, c’est le dossier de la sécurité.
Cela touche tous les Français. La sécurité n’est pas seulement la lutte contre le terrorisme, mais c’est aussi l’insécurité au quotidien et donc la protection des Français au quotidien, et notamment la lutte contre les incivilités. C’est un dossier prioritaire.

Au niveau local, je serai très vigilante à la protection de nos viticulteurs et aussi des Biterrois.

J’ajouterais juste un petit message à l’attention des lecteurs de Boulevard Voltaire.
Vous m’avez beaucoup soutenu. J’ai reçu des messages très sympathiques. Je voulais vous remercier de tout cœur.
L’aventure ne s’arrête évidemment pas là!
Elle va s’arrêter un peu pour moi, parce que je serai dans d’autres combats. Je serai néanmoins toujours attentive à ce qui se passe sur Boulevard Voltaire.
Je vous remercie de tout le soutien que vous m’avez apporté.
Merci enfin à toute l’équipe de Boulevard Voltaire.

À lire aussi

Emmanuelle Ménard : « La loi Avia muselle la liberté d’opinion et d’expression, c’est inquiétant ! »

Qu’est-ce qu’un propos haineux ? Si vous l’avez compris, vous m’expliquerez. …