Nicolas Normand a été ambassadeur de France au Mali, au Congo et au Sénégal. En exclusivité pour Boulevard Voltaire, il revient sur l'intervention militaire française menée par la France au Mali depuis 2013. Entre une mauvaise communication, un manque de volonté des autorités maliennes et une machine de propagande russe, Nicolas Normand raconte le récit d'un échec.

Le 16 juin, Nicolas Normand publie son ouvrage Le Grand Livre de l'Afrique. Chaos ou émergence au sud du Sahara ? aux Éditions Eyrolles.

4403 vues

12 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Ben oui , c’est un échec . Mais qui ne sera pas reconnu . Combien de nos soldats morts déjà ? Plus de 50 … Qu’allait-on faire dans cette galère ? Merci Hollande et Macron …

  2. Mali, une erreur d’Hollande, un échec de Macron.
    Quand les petits gestionnaires, sans sortir de leur bureau, décident, nous obtenons des catastrophes.
    Macron est un petit fonctionnaire en stage à l’Élysée

  3. Les maliens n’ont plus a se soucier de leur avenir , le groupe Wagner va redresser le pays , qu’ils demandent l’avis des ukrainiens .

  4. C’est un échec de la politique de la France notre armée a été envoyé au casse pipe pour es nèfles. D’autant que nos frontières accueillaient des milliers d’ islamistes.
    Nos militaires au Mali ne sont pas dans leur métier. Se battre en respectant les avis des ONG, les droits de l’ homme, combattre des civils en ne voulant pas tuer de civil est une aberration.

  5. Les Maliens méritent mieux que ce réflexe « renvoyons les de chez nous puisqu’ils ne veulent pas de nous chez eux » n’a aucun sens. Au demeurant il ne nous honore pas. Jeter un oeil sur les transferts d’argent de la diaspora malienne et sur les activités « parallèles » auxquelles elle pourrait se livrer oui.

  6. Ce n’est pas un échec mais une erreur magistrale de Hollande. Il faut ne rien connaître pour s’engager dans ce genre d’intervention – demandée par les Maliens et très justifiée de notre part, sans en fixer la durée. 2 ans, éventuellement renouvelables une fois ? Pourquoi les autorités maliennes se seraient elles impliquées une affaire dont la « mère patrie » se chargeait ? Immense territoire multiethnique, le Mali n’est pas viable en l’état. Et là c’est une question de courage politique…

  7. Il faut réexaminer nos accords de « coopération » avec les pays d’Afrique.
    Les pays qui ne supportent plus la présence de la France doivent reprendre leurs citoyens vivant dans notre pays au plus vite, en commençant par les délinquants et les chomeurs de longue durée, sans oublier les innombrables malades soignés gratuitement au détriment des Français.

  8. AHh , OK ! j’ai enfin pigé ! c’est le Soudan ! Moi qui ai appris en long/large/travers et par coeur à 8 ans, l’Afrique occidentale, sa géographie, son économie son histoire ( dans mes livres de classe), je ne comprenais pas – depuis une quinzaine d’année – quel était ce bout de désert sableux pour lequel l’armée française gaspillait ses recrues, son pognon et ses matériels..

  9. Il faut renvoyer tous les Maliens de France pour aller défendre leur pays et que la France se retire .
    Ils sont indépendant qu’ils se débrouillent seul .

  10. Les maliens n’ont rien à faire chez nous, qu’ils retournent dans leur pays combattre et travailler pour leur patrie.

  11. Ne perdons pas de vue que les africains ont toujours manifesté une « curieuse » forme de reconnaissance à ceux qui ont déployé des moyens pour tenter, à leur demande, de les sortir de la mélasse dont ils sont les uniques responsables.

  12. Tous ces pays africains ( anciennes colonies françaises ) ont demandé leur indépendance , ils l’ont eu , pourtant nous continuons à y injecter des milliards , à y envoyer notre armée ! Ils sont incapable de se prendre en main ils veulent tout comme en France mais ne veulent plus de Français sur leur sol !Par contre ils viennent en France pour vivre à ne rien faire que le « bordel » il font en France ce qu’ils font dans leur pays  » viols , meurtres, vols , casses …) Il est temps de mettre un ola

  13. Que fait on encore dans cette galere ? Mettons les choses au point. 1 Nous quittons a jamais le Mali et 2 retour au bercail pour les maliens vivant en France sur nos deniers : les Traore par exemple et ils sont nombreux a profiter de nos largesses .

  14. Ces pays africains semblent être un terrain de jeu de nos dirigeants en campagne électorale perpétuelle ! Ah l’image du guerrier … en chemise blanche et planqué dans son palais avec une horde de gardes d corps, de gendarmes, etc., pour assurer sa protection …
    Mais que va t’on faire dans ces pays qui se sont battus pour et ont obtenu leur indépendance. Qu’ils se débrouillent, ils sont adultes il me semble. Idem pour l’Algérie dont la France a assuré et financé le développement !

    1. « ils se sont battus pour leur indépendance »?? on leur a donné non ( DE GAULLE ) a partir de 1960. ne pas oublier que certains pays, n’étaient pas prêts a cette indépendance (GABON par exemple que je connais 1962/1964), c’était « les francais » qui tenaient les postes principaux

  15. C plutôt un échec malien, qu’on demande aux français malien de se battre pour le Mali, la Traoré en premier. La France devrait se retirer de là. Ils veulent les russes, grand bien leurs fassent.

  16. Le Mali a obtenu son indépendance le 22 septembre 1960.
    Personne n’a forcé l’ex « République Soudanaise » à devenir indépendante, c’est bien le choix qu’ont fait ces gens-là.
    Seulement voilà, il a toujours fallu que le gand frère apporte son aide… Ben tiens !
    Indépendance veut dire Indépendance, et non « une forme de dépendance ».
    Hollande a voulu jouer les chefs de guerre, et a emmener la France et son armée dans un conflit qui ne les concerne pas.
    La France n’a (plus) rien à faire au Mali !

    1. Et fait partie de la coopération islamique depuis 1969. L’erreur de vouloir aider un de ces 57 pays musulmans est là.

    2. les choses ne sont pas aussi simple. Il y a beaucoup d’intérêt cachés, dont les bénéfices sont distribués entre peu, et les pertes assumées par le contribuable.
      AREVA par exemple. Anne Lauvergeon et Édouard Philippe pourraient nous en parler longuement

      1. Je n’a jamais dit qu’elles sont simples. Mais si on ne les avait pas compliqué au cours des décennies, nous n’en serions pas là !
        Je vous invite à lire ce qu’a écrit Joel en réponse ici.
        Je maintiens, la France n’a rien à faire au Mali !

      2. J’ai travaillé pour Areva au Niger et pour une mine d’or au Mali. Niamey 2 super-marchés, Bamako 3 super-marchés et quelques stations Total. DTP Terrassement filiale de Bouygues est sous traitant pour quelques miniers des pays cités par l’ambassadeur. On écoule moins de produits français dans ces 2 pays que dans une ville de 5000 habitants en France. Aux chinois, canadiens, australiens les minerais et à nous les migrants.

  17. Comme beaucoup de défaites glorieuses , maîtrise militaire sur le terrain mais improvisation perpétuellement hasardeuse de nos politiques et le sortant des AE n’y est pas pour rien ayant joué avec 2 portefeuilles essentiels dans un telle aventure décidée à la va vite par Normal le petit, je n’évoque pas la calamiteuse période actuelle volontairement car trop de choses ont déjà été dites .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter