Rien de tel que de s’appeler Macron, car “makron”, en grec, voulant dire grand, il est impossible de ne pas faire les choses grandement ! 

À commencer par conquérir sa prof de français, jolie femme de 24 ans son aînée. À 15 ans, il faut avoir une sacrée soif de pouvoir pour devenir le maître du cœur de celle qui représente l’autorité, inversant ou effaçant le rapport de force établi par la entre le maître et l’élève.

Sans parler de l’audace nécessaire pour passer outre les interdits mythologiques érigés par le complexe d’Œdipe, pour bousculer la pesanteur sociale d’une ville de province des années 90, pour supporter la culpabilité d’arracher une femme à son mari et à ses enfants.

Étonnantes, aussi, ces paroles prononcées le jour de son départ du ministère des Finances où notre Président déclare qu’il faut savoir “prendre la mer” quand on est trop à l’étroit : il fallait entendre prendre la “mère”, cette fois-ci le pouvoir, en trahissant le “père” qui l’a fait ministre… Œdipe, quand tu nous tiens !

Il ne fallait pas, non plus, avoir froid aux yeux pour intituler son parti “En Marche !”, arborant ainsi fièrement les deux initiales “E et M” d’Emmanuel Macron ! Et pour faire définitivement table rase avec Œdipe, quoi de plus cocasse que d’être en marche quand on incarne avec autant de bravade celui “qui a le pied enflé” !

Et ce n’est pas fini.

Héraut de la finance, des intérêts économiques mondialisés, des libertaires “boboïdes” béats en quête de jouissances faciles, voici que le candidat venu du diable vauvert intitule avec un sourire désarmant son livre programme “Révolution” !
Et puis, au soir de son élection, notre homme s’érige devant une moderne pyramide de verre, incarnant solennellement un pharaon bien vivant, trônant devant un tombeau transparent d’où la et les sarcophages ont été chassés.

Le voici encore qui proclame sans vergogne, devant une presse et un peuple médusés, vouloir être un président de la jupitérien. La mythologie, fondement important de notre civilisation, est décidément très présente chez cet esprit cultivé qui a bien compris les ressorts du pouvoir et des rapports de force.

Enfin, dernier signe envoyé de l’Élysée (encore la mythologie !), la photo officielle de celui qui préside aux destinés. Au centre de la représentation, bravant la lourdeur et l’ennui de la solennelle symétrie par un regard perçant et deux bras prêts à l’action, entouré de symboles – notamment le roman de Stendhal, Le Rouge et le Noir -, Emmanuel Macron, alias Julien Sorel, archétype de la soif d’amour et d’action, qui comme notre héros a séduit la femme mariée et éduqué ses enfants, autrement dit qui a conquis la France et veut rééduquer, “révolutionner” les Français !

Visibles également sur le nouveau “Loubet”, du nom du premier Président qui décida d’afficher le portrait du chef d’État dans tous les lieux officiels, l’horloge du “maître du temps” et les mémoires de Charles , accentuant s’il le fallait les ambitions du chef.

Mais un chef pour quoi faire ? Inutile d’aller chercher la réponse dans le programme du candidat vainqueur : “Un Girondin ministre n’est pas un ministre girondin”, comme l’a justement affirmé Mirabeau.

Les prochaines circonstances imprévisibles et dramatiques qui ne manqueront pas d’advenir, tellement les problèmes se sont accumulés tout au long de ces quarante dernières années à cause de faux-fuyants, laissent toute latitude à un caractère capable de s’affranchir des règles et de ceux qui l’ont fait roi pour retrouver et créer les fondements de la France.
Place à l’.

1 juillet 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Attentats : ces larmes de crocodile paralysent l’émergence d’un vrai débat !

Ce que l’on fait pour les individus, il faut d’urgence le faire pour ce corps social franç…