Imaginons un instant une vieille maison mal entretenue dont la plomberie délabrée cause des fuites d’eau partout, notamment dans les parties essentielles de la maison : la salle de bains, la cuisine, les toilettes.

Si on fait appel à un vrai plombier professionnel, la première chose qu’il fera sera, naturellement, de couper l’arrivée d’eau pour pouvoir réparer les dégâts en toute tranquillité, quitte à priver d’eau les occupants de la maison pendant tout le temps nécessaire.

Pourtant, certains pensent que ce serait une hérésie de priver les habitants du bien-être de l’eau courante, que cela pourrait provoquer émeutes, maladies de toutes sortes et que cela serait évidemment contraire à certaines valeurs de progrès.

Alors, ceux-là vont se pencher, avec force recours, à des experts divers et variés sur des solutions pour « colmater les brèches », pour rendre les fuites acceptables, pour persuader tout un chacun qu’il est possible et même inévitable de vivre avec ces désagréments.

Cependant, si l’eau continue d’arriver, si même la pression augmente, tous les bricolages d’amateurs s’avéreront inefficaces et toute la maison finira par être inondée !

Pourquoi cette parabole aquatique ? Pour illustrer ce qui se passe actuellement dans ce qu’il reste de la maison France. Il est évident que tant que le flux migratoire ne sera pas tari, et même inversé, toutes les mesurettes prises seront vaines pour contrer les conséquences de l’ massive : l’islamisme, le et l’insécurité.

Toujours cette même notion fondamentale : les trois causes principales sont le nombre, le nombre et le nombre, l’eau, l’eau et encore l’eau.

J’enfonce des portes ouvertes en racontant mes histoires, tout cela est connu, analysé, disséqué, commenté depuis des décennies. Mais il ne se passe toujours rien et, pire, les phénomènes s’amplifient avec la rapidité d’une traînée de poudre.

Il s’est même installé une sorte de fatalisme et de résignation : d’aucuns estiment qu’il faudra s’habituer à vivre avec la menace d’attentats, ces assassinats sauvages d’une lâcheté et d’une bestialité inouïes, qualifiés par certains de « faits divers ».

Selon moi, il n’y a que deux hypothèses : ou bien le gouvernement n’agit pas par lâcheté (la peur de mettre les « quartiers » à feu et à sang, et c’est pourtant déjà bien parti), ou bien c’est une volonté délibérée de finir la destruction de la maison France en l’inondant d’un nouveau peuplement qui viendra noyer notre vieille civilisation moribonde.

a bien décrit le profil psychique de en le qualifiant, ente autres, d’universaliste. C’est pourquoi la deuxième hypothèse est la bonne, selon moi.

Et pour revenir à ma parabole aquatique, je ne puis m’empêcher de penser aux personnages des Shadoks et au fameux Devin Plombier : ce personnage qui, avec son robinet magique, passait son temps à déboucher les éviers, réparer les fuites et prédire l’avenir.

Et pendant ce temps, les Shadoks pompaient, pompaient… Qui pourrait croire possible de rattraper un robinet qui fuit ? Macron, Devin Plombier des temps modernes, tente pourtant de nous faire croire à une telle sornette.

25 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.7 6 votes
Votre avis ?
24 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires