L’Ukraine moderne : une création des bolcheviques

kiev

Les lecteurs de Boulevard Voltaire qui possèdent encore de vieux dictionnaires datant du début du siècle passé peuvent constater, en examinant la carte de la Russie tsariste, que l’Ukraine n’existe pas, à cette époque. L’Ukraine est une création artificielle des bolcheviques, regroupement de territoires russes de longue date à l’est et au sud ou conquis plus récemment sur les Polonais à l’Ouest.

Le Russie naît vers 880, c’est la Rus de Kiev, car cette ville en devient rapidement la capitale. La Russie kiévienne est christianisée vers l’an 1000 et adopte l’alphabet cyrillique, une adaptation du grec à la langue slave. Cette Rus atteint son apogée au milieu du XIe siècle avant de se désintégrer en une multitude de principautés qui seront défaites, les unes après les autres, par les Mongols. Les vainqueurs n’occupent pas vraiment les territoires conquis et ravagés mais les principautés, devenues vassales, doivent payer un tribut. La ville de Kiev est détruite en 1240.

La Moscovie voit le jour en 1276. Elle annexe progressivement les principautés voisines et repousse les Mongols, ce qui lui permet de s’étendre vers le nord et l’est. Parallèlement, les Polonais et les Lituaniens prennent le contrôle du nord-ouest de l’actuel territoire ukrainien et Kiev est annexée par la Pologne en 1362. Grâce à une série de conquêtes la Russie s’étend vers l’Asie centrale et, dans sa partie européenne, repousse ses frontières vers l’ouest jusqu’au fleuve Dniepr (qui traverse Kiev). La Crimée, vassale de l’Empire ottoman, est conquise par les Russes en 1783.

À la fin du XVIIIe siècle, la Russie s’étend à nouveau à l’ouest, lors du partage de la Pologne avec la Prusse et l’Empire autrichien. Le territoire de l’actuelle Ukraine est alors divisé entre la Russie, à l’est, qui en possède la plus grande partie et l’Empire autrichien, à l’ouest.

Une Ukraine indépendante n’apparaît qu’en 1917, sur un territoire restreint, avant de disparaître en 1921, l’ex-partie autrichienne étant attribuée à la Pologne. Lénine crée alors la république socialiste d’Ukraine sur une portion de la Russie, république qui sera agrandie par Staline en 1945 avec le retour de la zone auparavant cédée à la Pologne et par Khrouchtchev en 1954 avec le don de la Crimée.

Lors de la dissolution de l’URSS, la question des frontières ou la fédéralisation aurait dû être étudiée pour un pays créé de façon artificielle, comme l’Ukraine. Il y a dans ce pays clairement deux blocs antagonistes : les populations de l’ouest qui ont été influencées par la Pologne et l’Autriche-Hongrie et qui regardent vers l’Occident, et l’Est russophone, opposé à l’Union européenne et à l’OTAN, que l’actuel pouvoir kiévien veut ukrainiser. Il n’y a pas que dans les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk que l’on veut couper les ponts avec ceux qui sont parfois qualifiés d’ukro-nazis. C’est aussi l’envie de la majorité de la population d’un territoire que l’on appelle Novorossia, s’étendant de l’est de l’Ukraine à la Transnistrie moldave.

Bernard Waymel
Bernard Waymel
Proviseur à la retraite

Vos commentaires

30 commentaires

  1. Je poursuis: en accordant la noblesse aux officiers. En même temps, elle a rétabli le servage, dont les paysans s’étaient débarrassé en combattant l’oppresseur polonais. C’était Catherine, l’admiratrice des lumières françaises!

  2. Vous oubliez la période de l’hetmanat. L’Ukraine avait alors l’armée la plus forte de la région, et à battu l’armée polonaise, permettant aux Russes de se libérer. L’Herman à signé un accord avec le Tsar (Pereyaslav), et ce dernier s’engageait à laisser à l’Ukraine son indépendance en politique intérieure. C’est Catherine qui a mis la main sur l’Ukraine parce qu’elle couchait avec l’hetman. Elle a utilisé l’armée ukrainienne pour chasser les Turcs de Crimée, et Russisécette armée en accordant la

  3. Merci pour ce cour d’histoire, la Russie est chez elle en Ukraine mais ce sont les derniers envahisseurs car les polonais et les lituaniens en furent aussi « propriétaires » il y a longtemps !!!
    Ah d’ici qu’un jour les grecs nous réclament Marseille, on en serait enfin débarrassée !!!!!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois