vit peut-être ses dernières heures. Comment le parti représentant la « droite parlementaire », la seule légitime, la seule fréquentable, pourrait-il survivre à un tel échec, qui le place techniquement en état de cessation de paiement ?

Ce n’est ni une claque ni une gifle, mais une grosse, très grosse, énorme fessée. Le mépris, voire le dégoût affichés par pour tout ce qui constitue l’ADN de la droite lui a coûté très cher, et à double titre.

Réussir à faire descendre un parti de gouvernement plus bas encore (4,79 %) que ce que le très médiocre Benoît Hamon avait fait pour le PS (6,37 %) est une véritable prouesse. Cela deviendra sans aucun doute un cas d’école dans tous les instituts de sciences politiques de France et du monde occidental. Même à Versailles, où habite discrètement , la candidate a obtenu 14,04 %, derrière Éric Zemmour (18,48 %).

Combien de députés sortants vont désormais accepter de porter la marque absolue de la lose, alors même que l'étiquette est la condition sine qua non pour obtenir un financement public (1,50 € par voix obtenue au premier tour des législatives et par an) pour les cinq ans à venir ?

S’afficher aux législatives, la marque de l’infamie ?

Non seulement est parvenue à dissoudre la droite, mais elle a aussi réussi à la ruiner définitivement. LR, endetté à hauteur de 19 millions d’euros avant la campagne (selon le dernier bilan connu, celui de 2020), s'ajoute un minimum de 7 millions d’euros de dettes supplémentaires, pour le résultat calamiteux que l’on connaît !

Or, soyons sérieux : l’appel à l’aide improvisé de Valérie Pécresse devant le siège de LR, lundi 11 avril au matin, les yeux rougis, un bout de papier froissé dans la main, ne donnera rien. N’est pas Sarkozy qui veut.

En 2013, le « Sarkothon » avait permis de collecter plus de 11 millions d’euros en deux mois afin de renflouer l’UMP, après l'invalidation des comptes de campagne du candidat Sarkozy. Le succès de cet appel aux dons, qui n’était pourtant pas gagné d’avance, était au moins rationnel : Nicolas Sarkozy, c’était tout de même 16,8 millions d’électeurs au second tour. L’UMP incarnait le premier parti d’opposition de France, loin devant le FN d’alors.

Valérie Pécresse, elle, lance un appel à l’aide à dix fois moins d’électeurs. Elle ne propose rien en échange des dons, et surtout pas de s’opposer à Macron, puisqu’elle a dit qu’elle voterait pour lui au second tour ! Pas un seul de ses adversaires de la primaire ne lui proposera de partager le fardeau de la dette personnelle qui pèse désormais sur ses épaules : 5 millions d’euros.

n’a plus rien à vendre, même pas son âme, il n’y en a plus

La suite est écrite : si ne disparaît pas du fait de son indiscernable positionnement politique, c’est sa dette qui l’emportera dans la tombe. Le parti ne peut même pas sauver les meubles en vendant son siège, comme le PS lors du naufrage de 2017 (les socialistes ont récupéré un magot de 45,5 millions d’euros en larguant Solférino). Le siège de LR, rue de Vaugirard, a en effet déjà été vendu en 2019 à un fonds d’investissement allemand ! Déjà pour éponger des dettes… LR n’est plus qu’un locataire qui risque l’expulsion.

Les huissiers sonnent déjà à la porte du QG de campagne de Valérie, rue Torricelli, dans le 17e, avec des monceaux de factures impayées sur les bras.

6721 vues

11 avril 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

54 commentaires

  1. Je suis heureuse d’avoir quitté les Républicains il y a quelques années, j’aurais trop honte. Je suis membre de Reconquête, dont l’aventure continue !

  2. Et connais t’on le nom de la banque qui a prêté l’argent de la campagne ? par ce que ce Mozart de la finance aurait mieux fait de prêter au RN.
    Répondez moi je suis vraiment curieux et je souhaite que ce soit pas la mienne le débit agricole

  3. Les LR ont préférer mourir que de voter « extrême droite » : plus bête que ça tu meurs. Mais c’est déjà fait

  4. Qu’elle paye
    Je souhaite qu’elle même rembourse son prêt, elle le peut. Je méprise au plus haut point tous gamellards donneurs de leçons, aux convictions portefeuilles, et qui prétendent gouverner sans être capables de gérer pour eux-mêmes. Et je suis fort aise de leur plantage. Et le PC, et Melanchon, et EELV et le PS qui rejoignent Macron après l’avoir voué aux gémonies.
    Normal pour pour le MEDEF qui continuera de s’enrichir sur le dos du peuple. A vomir.

  5. Quelle HONTE pour ce parti qui se dit « gaulliste » !!!! Disparaissez Madame Valérie et je ne comprends toujours pas comment on vous a adoubé après quitté le parti !!! Mystère !!!!

  6. J’ai lu par ailleurs que J Lassalle avait fait un chèque aux petits partis en dessous de 5 %….Qu’est il vraiment venu faire dans cette élection ? Pour quel objectif réel ? emmerder quel Parti en 1er ? Le chat basque dans un jeu de quilles !!!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter