LR est-il encore un « parti de gouvernement » ?

ciotti

La question peut sembler provocatrice, mais on ne peut pas ne pas se la poser depuis que Rachida Dati a franchi le Rubicon. LR tient à ce label de qualité comme à la prunelle de ses yeux et au morceau de la vraie croix de Lorraine qui doit bien être détenu au fond d’un placard de la vieille maison. « Parti de gouvernement » : tout de suite cela en impose, un peu comme ces commerces qui affichent leur date de création ou le nombre de générations qui s'y sont succédé. Comme un titre de noblesse confirmé, l’estampille « parti de gouvernement » conférerait une sorte de droit du sang pour monter dans les carrosses de la République.

Combien de parlementaires LR ont été ministres ?

Mais une question toute bête, une colle si vous voulez : savez-vous combien des 62 députés LR et apparentés siégeant à l’Assemblée nationale ont détenu un maroquin ? Un seul. Son nom ? Nicolas Forissier, député de l’Indre, qui fut secrétaire d’État chargé de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, de mars 2004 à mai 2005 dans le gouvernement Raffarin. Malgré toutes les qualités indéniables de cet élu de terrain, on ne peut que reconnaître que cela fait quand même un peu léger. Au Sénat, la situation des effectifs est à peine meilleure : sur les 133 sénateurs LR et apparentés, seuls 4, dont évidemment Gérard Larcher, ont occupé un poste ministériel. À Strasbourg, sur les 7 députés LR, deux ont été ministres : Brice Hortefeux et Nadine Morano. Donc, au total, sur plus de 200 parlementaires issus de ce « parti de gouvernement », n’ont été membres d’un gouvernement que 7 personnes. Pour qui aime les statistiques, c'est moins de 3,5 %. Maigrelet, pour continuer à revendiquer ses quartiers de noblesse, surtout lorsqu'on s'en sert pour signifier que son concurrent sur sa droite, lui, ne les posséderait pas. Cela pose donc la question de la validité du fameux label, d’autant que ce parti (on ne compte pas les transfuges, que naguère Rachida Dati qualifiait de « traîtres », passés avec armes et bagages chez Macron) n’a pas été aux affaires de l’État depuis 2012 et que, deux fois de suite, il n’a pas été en mesure d’être présent au second tour de l’élection reine : la présidentielle. Tout cela, on le sait. Comme on sait que l’on va mourir mais on ne veut pas le croire.

LR : le destin du Parti radical ?

Alors, la suite ? Certes, on évoque le recours possible d’un Laurent Wauquiez. Il serait en quelque sorte le Grouchy qui sauvera de la déroute le dernier carré LR qui se bat bec et ongles sur deux fronts. Mais l’Histoire nous montre que la politique, comme la guerre, est une question non seulement de rapport de force (et ce rapport est pour le moins peu favorable aux LR) mais aussi de positionnement de cette force au bon endroit et au bon moment : le maréchal d'Empire de Grouchy arrive trop tard à Waterloo et c’est fichu.

Quel destin, alors, menace les LR ? Possiblement celui du Parti radical-socialiste qui domina la vie politique française sous la IIIe République et réussit à se maintenir dans le jeu politique sous la IVe. La comparaison tient d’autant plus la route qu’on ne peut dénier à LR son ancrage local qui, du reste, se reflète parfaitement dans le profil de nombre de ses députés (beaucoup d’élus locaux, connaissant bien les enjeux de leurs « territoires », des anciens maires, profil qui fait tant défaut au parti présidentiel mais aussi, pour l’instant, au RN). Or, si cet ancrage local est fondamental, il n’est pas suffisant pour aspirer à gouverner la France. Le parti LR risque ainsi de se retrouver dans la situation du Parti radical, dont la salle des portraits était pleine de vieilles gloires mais qui s’acheva dans les années 70 dans une scission avec, d’un côté, les radicaux valoisiens louchant à droite et, de l’autre, les radicaux de gauche.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

46 commentaires

  1. Non c’est un partis Macroniste et Européiste ! Aux service de Washington et d’Ursula Von Der Leyen ! Hervé de Néoules ! C’est pour cette raison que Valérie Pecresse la Traitresse a fait moins de 5 % des suffrages aux Présidentielle de 2022 ! Hervé de Néoules !

  2. LR paie la trahison de ses électeurs depuis 40 ans, avec des X. Bertrand, des R. Muselier, des Juppé, et même des Sarkozy qui outre sa Kärcher jamais vue a fait valider le traité de Lisbonne au mépris du refus clairement exprimé auparavant du traité de Mästricht. Et nous en voyons la suite avec l’eurolâtre Macron, pour lequel la disparition de la France comme nation est une nécessité. C’est même sa seule et unique conviction, le reste n’étant que du « en même temps » pour amuser la galerie. Que LR disparaisse de la scène politique aura le mérite de la clarifier un peu.

  3. Si les L.R veulent sortir la tête hors de l’eau ; il leurs faut absolument s’associer au R.N ou à E.Zemmour .Sinon « adieux berthe ! » . Ils finiront dans l’ombre .

  4. Ancrage local…? Jusqu’à quand ??? On verra bien en 2027… mais ils ont tellement trahi tout le monde… depuis 1976 !

  5. Nous avons la droite la plus stupide de la planète (c’est mode) ! A refuser toute espèce d’alliance par idéologie , elle va se retrouver à l’état embryonnaire . La gauche a eu et a moins de scrupules . Et dire que la chute a été provoquée par celle de Fillon pour 3 costumes, des pratiques assez courantes sauf pour lui et son manque de réalisme à se défendre !
    Depuis notre beau pays ne cesse de couler et l’orchestre continue à jouer … Il est difficile d’ignorer le rôle joué par un certain Sarkozy dans cette débâcle. Il n’a jamais avalé sa défaite au premier tour des primaires et encore moins la victoire de son collaborateur, qui pourtant avait contribué à le faire roi . Il n’aura donc de cesse que de détruire son ancien parti. La nomination de Dati en est un exemple supplémentaire. La porte est donc ouverte pour les extrêmes.

  6. Créé par Chirac comme machine de guerre, baptisé dans le vasque de la trahison par le même, le RPR, ancêtre des LR, ne s’est jamais remis de son péché originel et finira comme poussière. Normal pour un parti qui n’a jamais eu qu’une seule conviction : le pouvoir par tous les moyens.

  7. Le LR c’est fini. Et même s’il avait un espoir, le simple fait qu’il soit composé de gaullistes le rend nauséabond à mes yeux.

  8. Les LR devraient finir par comprendre que pour eux la messe est dite…on ne peut absolument plus compter sur eux pour redonner à la France un peu d’espoir ! Il faut sauter le pas et être vraiment à Droite, et ce ne sera jamais plus avec LR.

  9. Lr sont du Centre, tributaires du Centre pour assurer leur gamelle électorale. Dignes héritiers du RPR Ump en matière de traitrise.
    Ceci remonte à 1969 quand, Pompidou se fit élire grâce à ce magma otanien, européiste etc bref anti gaulliste. Il fit entrer la GB dans l’Ue.
    Ils ont fait croire qu’ils étaient de droite, seulement pendant les zélections.
    J’ai la liste cruelle de leurs carences et trahisons.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois