[L’invité] Alain Juillet : « Nos investissements en Ukraine sont à fonds perdus »

photo-output

Dans votre salon, ce week-end, Alain Juillet. Dirigeant d'entreprises et ancien haut fonctionnaire, il a été directeur du renseignement au sein de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), haut responsable chargé de l'intelligence économique auprès de trois Premiers ministres (Jean-Pierre Raffarin, Dominique de Villepin et François Fillon). Il a, en outre, servi cinq ans comme officier au sein des commandos parachutistes dans le Service action du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), ancien nom de la DGSE. Alain Juillet évoque la guerre en Ukraine, le rôle de la France mais aussi la reconstruction qui, selon lui, va nous échapper aux profit des Américains. Il nous livre le point de vue de l'homme de renseignement qu'il a longtemps été, c'est-à-dire sous l'angle du réalisme : « Je raisonne sur les faits, pas sur les idées », nous dit-il. Ainsi, pour Alain Juillet, il est évident que les Américains et les Russes finiront par trouver une solution pour arrêter le conflit. L'Europe et Zelensky n'auront alors plus qu'à subir la décision qui aura été prise par les deux super grands... Réalisme, aussi, lorsque Alain Juillet affirme que le couple franco-allemand est mort, tout simplement parce que les intérêts de la France et de l'Allemagne divergent.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

43 commentaires

  1. Propos intéressants mais un bémol et un constat. Les pays du nord (je comprends les baltes et polonais) ont choisi les USA pour leur défense car il n’ont pas confiance en l’Europe et détestent les russes à cause du communisme. Ces pays n’ont pas compris que l’URSS n’existait plus depuis plus de 30 ans. Selon ce raisonnement, la France devrait détester les allemands et les anglais…C’est grave si les baltes n’arrivent pas à dépasser leurs émotions. Quand on a un voisin puissant comme la Russie, on essaie de rester en bon terme avec lui. On ne se jette pas dans les bras d’un autre puissant à 10000 km dont la protection ne dure que le temps où elle le sert. Quant aux dirigeants français et le fait de se faire « avoir » par les allemands, par les USA …par tous ; soit ils aiment ça , soit il travaillent pour des intérêts étrangers.

  2. Je crois aussi que c’est a fonds perdus pour toute l’Europe, mais que faire, en même temps je ne me vois pas me balader avec une carte d’identité russe en poche, comme le font les Ukrainiens des zones occupées par les russes. Une fois l’Ukraine conquise, la Moldavie suivra dans la foulée, car les Russes sont déjà là, quant aux pays baltes, la presence de OTAN n’empêchera pas Poutine de prendre le risque de les attaquer pour assouvir ses rêves d’empire, La Russie a attaqué tous ses voisins sans exception un jour ou l’autre et contrairement aux États-Unis, un autre va-t-en en guerre, la Russie annexe les territoires conquis comme avec la Finlande, la Géorgie, Ukraine et bien d’autres.

    • Vous n’êtes pas encore « russifié!
      Par contre, l’hystérie anti-Pouine actuelle, soigneusement élaborée et entretenue, peut avoir des conséquences désastreuses. Et on peut se demander, lorque l’on n’est ni pro, ni anti-russe, si le véritable danger n’est pas Zélensky, qui tient là le rôle de sa vie, quitte à déclencher un conflit mondial!

    • pardon mais c’est très vite « oublier » ce qu’ont fait les USA depuis qu’ils se sont battus entre eux durant leurs « guerre de cesserions » ! … toutes les autres « guerres » au prétexte de leurs « humanité » n’a été que pour profiter au maximum des ressources des zones convoitées et non pour permettres aux peuples de devenir « souverains » …
      Non pas que la Russie soit plus respectable mais c’est « bonnet blanc et blanc bonnet » …
      Allez vous renseigner sur ce qui se passe en Ukraine depuis que zelensky a été « parachuté » dans son rôle de « président de l’Ukraine » … et peut-être qu’après, vous arrêterez de vous faire le perroquet de « sachants-philosophes » qui sont des « va-en-guerre » irresponsables car pratiquement sûres de ne pas être impactés par les conséquences de ce fracas dans lequel les mondialistes veulent plonger l’Europe et la Russie ! …
      La « diplomatie » à la sauce « macron-vonderlayen » est qu’un venin totalement mortel pour les peuples et leurs souverainetés …
      Stop très très rapidement à l’UE et à l’OTAN …

    • Vous vous projetez dans l’avenir avec vos lunettes qui datent de l’ex URSS. Depuis 30 ans la Russie a-t-elle été une menace pour les pays d’Europe? Alors que les baltes discriminent les russophones qui vivent dans ces pays en leur imposant des contraintes supplémentaires pour avoir les même droits que les autres. La Russie n’a rien dit. Mais cela ne compte pas. Pour vous et la majorité des occidentaux, les russes sont forcément des ennemis quoi qu’ils fassent. Les milliards de perdu ne sont riens. Le plus grave c’est que l’UE a montré au monde entier sa soumission aux USA, et la nullité de sa parole (cf: accords de Minsk). Quant à la Moldavie, respectez le choix des russophones de Transnitrie. Contrairement aux occidentaux ce sont des peuples qui ne mettent pas les genoux à terre et qui allument des bougies à chaque indignation. Non, ce sont des gens qui ont le courage de résister pour leur identité.

    • Je ne crois pas une minute que Poutine veuille envahir les autres pays et même aller au delà des régions directement frontalières avec la Russie .
      La Finlande n’est pas annexée et la Géorgie de Staline non plus , l’Ukraine des cosaques n’ayant jamais été annexée puisque faisant partie intégrante de la Russie.
      C’est comme si vous disiez que la Californie et le nouveau Mexique étaient mexicains ou hispaniques ! Quoi que !
      La seule époque où des pays précédemment indépendants ont été sous le joug de la Russie a été celle de la période des accords de Yalta , et dont tous les alliés cosignataires ont accepté les principes qui étaient de transformer en satellites de l’URSS ; la Pologne ,l’Allemagne dans sa partie est , la Tchécoslovaquie, la Roumanie , l’Albanie , les pays Baltes , la Hongrie , la Bulgarie , et dans une moindre mesure la Yougoslavie ! Je ne cite pas l’Ukraine qui a l’époque était une région autonome mais faisant partie intégrante de l’URSS !

    • « les Ukrainiens des zones occupées par les russes » Sur ce point précis vous devriez vous informer sérieusement. Tout ou presque confirme (carte électorale, langue, culture, histoire, soutient des milices sécessionnistes, témoignages des journalistes indépendants …. et référendum) que ces « ukrainiens » sont d’un « type » un peu particulier et plus russes qu’ukrainiens. Là est bien LE problème. La solution de ce problème aurait pu être pacifique si les Américains …, si Merkel et Hollande ….., si Zelensky …., si von der Layen ….., si Macron …., si l’OTAN …., n’avaient pas tout fait pour provoquer les Russes et Poutine et les pousser au pire. A « nous » maintenant de savoir si nous voulons une guerre mondiale nucléaire … dont la Chine sortira victorieuse.

  3. Monsieur Juillet voit juste en tout, sauf lorsqu’il se rallie, il est vrai du bout des lèvres, à la doxa politiquement correcte d’une Russie lancée dans la conquête de l’Ukraine le 22 février 2022. L’exégèse objective du conflit montre que « l’opération spéciale » de Poutine, partie avec seulement 120.000 hommes, ne visait qu’à récupérer le Donbass prorusse, dont les milices d’auto-défense, en guérilla depuis 2014, étaient sur le point d’être anéanties. Poutine ne pouvait rester les bras croisés. Il ne s’agit donc que d’une réaction de légitime défense de populations en danger.
    En fait, la cause lointaine du conflit remonte au tracé de la frontière lors de l’éclatement de l’Union Soviétique en 1991. Gorbatchev avait consenti à laisser le Donbass à l’Ukraine avec la promesse solennelle de lui accorder l’autonomie. Si cet engagement avait été tenu, il n’y aurait pas de guerre en Ukraine aujourd’hui.
    Par ailleurs, la comparaison avec la guerre d’Espagne de 1937 est tout à fait pertinente.

    • Oui les ukrainiens s’appétaient à attaquer le Dombass. Justement début 2022, Biden qui depuis son élection désignait systématiquement sans raison spécifique, la Russie comme ennemis public n°1, annonçait une attaque russe en Ukraine. Il pensaient d’une part, que les russes ne bougeraient pas du fait d’être « dénoncés » et d’autre part, justifiait l’attaque à venir de l’Ukraine (il fallait attaquer avant les russes etc.). Les russes n’avaient d’autre choix que d’attaquer. Je les ai trouvés même bien patients avec les occidentaux.

  4. Cette guerre, comme la plupart de celles qui l’ont précédée favorise, d’un côté, un souteneur qui tient la caisse, et de l’autre les cocus qui payent, y compris le propriétaire de la salle de bal.

  5. D’accord du premier au dernier mot ou, comment être réaliste et lucide. Quoi que fasse la France, elle restera ce traître qui a pactisé avec l’ennemi en début de guerre en voulant ménager les intérêts et les susceptibilités de l’un et de l’autre. Le « en même temps » c’est un travail d’équilibriste et de funambule un peu trop périlleux pour en faire une doctrine. Gouverner, c’est prévoir, mais c’est aussi choisir.

  6. On s’en doutait un peu; donner avec empressement et louvoyer ensuite , le retour sur investissement sera pour d’autres pays.

  7. Oui, sur la divergence des intérêts Franco-Allemand, pensons à reconstruire la France, pensons à remettre en marche l’économie de guerre, avant de penser à tirer profit de la reconstruction de l’ Ukraine.
    La Pologne serait un bien meilleur partenaire que l’Allemagne sur les gros projets d’armement : Future char lourd, Avion de masse d’attaque au sol…

  8. Certes il y a une grande divergence entre les deux pays, l’Allemagne cherche à conserver son industrie coûte que coûte quand la République de France cherche à gonfler sa Dette coûte que coûte.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois