Lettre ouverte à mes chers évêques pro-Macron !

« Qu’est-ce que le populisme ? C’est prétendre répondre par des solutions simples à des questions complexes », tweete Monseigneur Pascal Wintzer. Ce digne prélat de Dieu n’a pas peur de simplifier pour décrire le populisme en l’accusant de simplification…

Avec lui, on peut citer Monseigneur Pierre d’Ornellas – que j’ai déjà égratigné dans ces colonnes lorqu’il a voulu éradiquer la présence du Christ Roi à Rennes, provoquant des troubles et tensions dans toute la paroisse – qui vante les mérites de l’Union européenne et de l’accueil de l’étranger, ainsi que le discours de Monseigneur Marc Stenger qui nous glorifie d’un superbe tweet luttant contre la haine, le repli sur soi, le mensonge et la peur : c’est beau comme un discours de François Hollande !

Bossuet disait : « Dieu rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ! » Ces prêtres, normalement à la pointe de la lutte contre les ravages de l’avortement, les progrès de la commercialisation de l’être humain et contre les coups de boutoir de l’euthanasie à la porte de notre système juridique, veulent voter pour justement le représentant libertaire absolu, Emmanuel Macron.

Invoquant, résistants d’une guerre terminée depuis 70 ans, la lutte contre le fascisme, ils ne voient pas que le FN, s’il n’est pas un parti essentiellement catholique, est une des solutions apportées aux catholiques et aux chrétiens dans leurs combats.

Pourquoi ? L’Union européenne n’est pas qu’une simple union économique : elle est avant tout œuvre juridique. Le but de cette œuvre est d’unifier les justices de chaque pays membre pour permettre une meilleure circulation des flux, capitaux, biens et personnes. Si le commerce n’est pas néfaste par essence, l’Union européenne, elle, est soutenue par la Cour européenne des droits de l’homme qui juge et condamne les États contre les particuliers. Allons plus loin : cette Cour a le pouvoir de condamner une décision rendue au nom du peuple français au bénéfice d’un particulier pour tout ce qui concerne les droits fondamentaux.

Vous comprenez, dès lors, que tout retour sur le mariage gay sera considéré comme une violation des droits fondamentaux des homosexuels. Idem pour l’avortement, et on attend rapidement l’arrivée du droit fondamental de mourir dans la dignité.

Le seul moyen, pour les catholiques, de pouvoir mener leurs combats essentiels pour la société est donc bien de sortir de l’Union européenne pour que nous puissions retrouver notre souveraineté juridique.

Le programme du FN est le seul qui, fondamentalement, permettra l’application et surtout le développement des idées et idéaux chrétiens. Certains évêques de France, vantant l’humanité et l’ouverture comme de vulgaires hippies, sans prendre en compte les intérêts de leur paroisse, sont coupables de trahison envers leurs ouailles et les âmes dont ils ont la responsabilité.

La France a toujours eu une tradition d’accueil, de partage du pain sur le modèle de Jésus, certes ! Et elle n’a pas attendu l’Union européenne pour le faire ! Mais elle a aussi une mission de protéger la chrétienté, en tant que fille aînée de l’Église, et de protéger l’homme contre lui-même… En appelant à voter Macron, ces prêtres jureurs viennent une fois de plus de sacrifier leurs moutons aux loups… En voila de biens mauvais bergers !

À lire aussi

Livre “Le Miroir sans retour”, de Reynald Secher : la Révolution à travers les yeux d’un traître !

Reynald Secher revient sur une fascinante période de notre histoire qui hante encore aujou…