Particularité insulaire et spécificité culturelle aidant, l’île de Beauté a longtemps été préservée de l’ensauvagement. Pourtant, dès 2015, des pompiers étaient caillassés dans les Jardins de l’Empereur à Ajaccio, du jamais-vu, tandis que, deux ans plus tard, des Maghrébins « marqués par une adhésion forte à la pratique de la religion musulmane » entendaient « privatiser » la plage de Sisco, interdisant de fait aux Corses de venir s’y baigner. D’où une bagarre générale ayant suscité l’émoi des médias parisiens.

Aujourd’hui, la violence est encore montée d’un cran, le 5 janvier, avec l’agression d’un jeune Corse, sur un parking de Furiani, par « plusieurs hommes d’origine maghrébine ». La riposte ne s'est pas fait attendre. La manifestation organisée ce 13 janvier, à Bastia, dans le quartier de Paese Novu, a rassemblé plusieurs centaines de personnes.

Parmi les formations politiques ayant appelé à défiler, deux organisations appartenant à la mouvance « nationaliste », Core in Fronte (Le Cœur en avant) et le PNC (Parti de la nation corse). Pour la première, cette agression témoigne « d’une fragmentation communautaire de la société corse ». Pour la seconde, il s’agit d’une « banlieurisation » d’une société corse « menacée dans son existence et dans les valeurs et codes culturels qu’elle porte ». À cet égard, le cri de ralliement, « Racailles fora » (Dehors les racailles), est sans équivoque.

Une autre voix

Mais plus important est sûrement le rôle d’un autre mouvement, Palatinu, fondé fin 2021 par Nicolas Battini, issu d’une longue lignée nationaliste. Pour résumer la politique de ce nouveau-né de la galaxie « nationaliste », on dira qu’il s’agit là d’une sorte de « néonationalisme » corse ayant rompu, d’abord avec la lutte armée, puis avec l’indépendantisme ; ce qui ne l’empêche pas de revendiquer haut et fort ses visées autonomistes.

« Nous avons rompu avec les anciens nationalistes devenus des bourgeois de gauche et qui qualifient désormais "d’extrême droite" toute forme de revendications identitaires, explique Nicolas Battini. Rendez-vous compte que la mairie de Bastia a adopté la théorie du genre, l’écriture inclusive et organisé la première Gay Pride de Corse. Certes, elle a rassemblé à peine plus d’une centaine de personnes, surtout des Pinsuts [continentaux, NDLR] en vacances, mais le symbole est alarmant. »

Cette mouvance dénonce d'autres influences, venues d'outre-Atlantique. « La Corse est en voie d’américanisation rampante, ajoute Battini. Ajaccio, Bastia ou Porto-Vecchio ont maintenant leurs banlieues, leurs ronds-points, leurs centres commerciaux. Hormis leurs cœurs historiques, ce ne sont plus de véritables villes. Et même les jeunes Corses de souche arborent des casquettes new-yorkaises… »

Corses aux élections locales, Français aux nationales !

D’où ce paradoxe : si le vote autonomiste est désormais majoritaire aux élections locales, les Corses plébiscitent les partis patriotes à l’échelon national. Ainsi Éric Zemmour a-t-il emporté 12,8 % des suffrages en Corse lors du premier tour des présidentielles, contre 7,2 % sur le continent, tandis que Marine Le Pen totalise 58 % des voix lors du second tour de ce même scrutin.

Ce que nous confirme Marie-Pierre Cesari, représentante locale de Reconquête : « Nous (les Corses) avons longtemps cru que nous serions à l’abri de la vague migratoire. D’autant que les nouveaux arrivés, des Marocains pour la plupart, faisaient autrefois tout pour s’assimiler à nos mœurs, ce qui n’est pas le cas de la deuxième ou de la troisième génération. Résultat, nous battons aujourd’hui des records de trafic de drogue, avec l’insécurité grandissante qui va avec. Nos enfants n’osent plus sortir dans la rue le soir, ce qui aurait été naguère inimaginable. Pire encore, nous battons maintenant d’autres records, ceux de la faible natalité. Les Corses n’ont jamais fait aussi peu d’enfants. Quel pays vais-je léguer aux miens ? »

Et la même de déplorer le manque d’ancrage du Rassemblement national dans l’île : au contraire du continent, le maillage militant zemmourien y est beaucoup plus fort. Il est vrai que la Corse a toujours été l’angle mort d’un parti lepéniste qui, par tradition jacobine et républicaine, a souvent considéré d’un mauvais œil ces particularismes insulaires.

Pour Marie-Pierre Cesari, « Marion Maréchal est favorable à l’autonomie corse alors que Marine Le Pen est contre. Pourquoi ces deux partis n’arrivent-ils pas à s’entendre contre l’adversaire commun ? » Ce bréviaire ne semble pas tout à fait être à l’ordre du jour, malgré un pacte de non-agression tacite à l’approche des prochaines élections européennes. On rétorque alors à cette dame que les nationalistes corses de toutes obédiences et sensibilités n’ont jamais réussi à s’entendre non plus. Ce qu’elle admet volontiers. Comment demander aux clans corses ce qu'on ne peut obtenir des tribus gauloises ?

8256 vues

15 janvier 2024 à 19:52

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

24 commentaires

  1. Une suggestion: comme dans les îles des Bahamas, acclimatez vos cochons à la plage de Sisco; préalable à l’irruption d’une horde de sangliers préalablement dressés dans une mosquée. Pour le reste, ces merveilleux Corses maîtrisent à la perfection les voies d’exécution, faite-leur confiance.

  2. Les Corses sont des « crocodiles » ; grandes gueule p’tites pattes . Je pensais qu’ils allaient régler ce problème eux même . Pensez vous ! Brasser de l’air c’est tout ce dont ils sont capables . Que de l’esbroufe .

  3. Je m’aperçois que j’avais une idée fausse de la situation en Corse. Finalement, là-bas c’est comme ici. Les premiers arrivants s’étant bien comportés, il n’y avait pas lieu de se méfier.
    Et à force de laisser faire…

    1. Je ne sais pas quel est votre âge, mais personnellement il y a 75 ans que je sais que ces arrivants se comportent mal. Et croyez quelqu’un qui les a vécus

  4. Qu’ils sortent leurs fusils à pompe et chevrotines et tout le monde sera tranquille, et puis on n’en parlera pas trop !!! Et puis pourquoi ont ils accepté autant de marocains ? C’est pas facile d’aller en Corse… un contrôle au port est facile pourtant ???

  5. pourquoi le FN puis RN n’ont pas d’ancrages rappelez vous on a empêcher Marine d’atterrir en Corse elle a du faire demi-tour en 2017.

    1. Macron et les précédents leur avaient dit : » Je vous ai compris ». Et l’histoire s’est renouvelée.

  6. Au moins les Corses ont le sens du patriotisme. Napoléon avait déclaré qu’on ne matera jamais les Corses. Leurs réactions sont logiques et légitimes et les envahisseurs vont le sentir passer sans aucun doute. Ce n’est qu’un début, première sommation.

  7. Les corses savent régler beaucoup de problèmes tout seuls , ils n’attendent rien des élus . Il faudrait parfois s’en inspirer ici .

    1. oui mais ce qui peut s’accepter à l’échelle insulaire, deviendrait une guerre civile à l’échelle d’un pays Madame ! imaginez qu’il y ait  » règlement de compte » à chaque agression en France ! Il faut savoir raison garder – Néanmoins la seule chose dont il faut s’inspirer c’est de ne plus JAMAIS baisser le regard et se laisser intimider – avoir une attitude offensive quoi qu’il arrive, mais comme vous le savez çà demande un peu de …. courage.

      1. Mais on ne peut plus laisser tuer nos enfants et violées nos femmes et nos filles sans rien faire alors tôt ou tard il faudra nous défendre .

      2. Pour faire une guerre civile il faut une conviction et du courage. Deux denrées absentes sur la marchés de France depuis des lustres.

  8. J’adore cette publicité pour les alarmes où le voleur est un blanc cinquantenaire et la famille et les vigiles des gens populaires comme leurs quartiers…

    1. On imagine que le publicitaire n’avait pas le choix sans cela il lui serait arrivé pas mal de bricoles.

    1. Ils ne vous cachent rien. Ouvrez les yeux et vous serez édifiés. Médias et magistrats ne servent à rien dans ces types d’informations.

Les commentaires sont fermés.