On peut dire que, dans cette énième affaire de meurtre gratuit, on n’avait rien vu venir. Le touriste allemand qui se promenait, en ce soir de décembre, en compagnie de sa femme, sur le pont de Bir-Hakeim, n’a rien vu venir non plus, d’ailleurs. À quoi pensait, d’ailleurs, ce pauvre jeune homme de 23 ans, au moment où ce terroriste l’a froidement poignardé, en criant « Allahou akbar » ? On se perd en conjectures. « C’est pas le boug, il a fait une dinguerie », diront les jeunes Français, sur les réseaux sociaux, dans les jours qui viendront. Une affaire tristement banale, comme il en arrive tous les jours en France. Tous les jours ou presque.

« Français né en France », comme dit la presse, de parents non musulmans, réfugiés en France pour échapper aux islamistes de Téhéran, cet homme s’appelait Armand. En lien avec des terroristes dangereux, il avait été condamné, en 2018, à cinq ans de prison, dont un avec sursis, pour un projet d’attentat terroriste. Il n’en avait fait donc que quatre (sans énorme surprise). Depuis sa sortie de prison en 2020, il était suivi par des psychiatres, mais Le Monde nous révèle, ce week-end, que le personnel de santé qui le prenait en charge a été « leurré » par son comportement en apparence tout à fait normal. Encore une fois, on n’avait rien vu venir. Après sa « déradicalisation éclair », tout le monde (à commencer par ses parents) avait envie de croire que ça allait mieux.

Ah ! si seulement nous cessions d’être aveugles, si nous arrêtions d’accepter ces discours stupides (« il était français comme vous et moi », « il était pourtant suivi pour sa déradicalisation ») et si nous acceptions de prendre certaines mesures, a minima d’éloignement définitif de la société. Amis lecteurs, on va vous dire qu’on ne peut rien faire, que c’est comme ça. On irait presque jusqu’à dire que c’est le « vivre ensemble », alors que nous mourons et qu’ils tuent, et qu’à aucun moment il n’est question de vivre, ni d’être ensemble. La gauche essaie de dévier l’analyse, pourtant parfaitement intuitive, que n’importe qui peut faire aujourd’hui. Côté LFI, on parle du suivi psychiatrique et du fait que les structures d’accueil ne sont pas assez nombreuses. On imagine que Renaissance ne voudra pas être en reste et que Darmanin va devoir mettre le paquet sur le complot d’ultra-droite. Il va falloir en inventer, des bataillons de SS, pour tenter de cacher au peuple de France ce qu’il voit parfaitement : il y a, en France, des Français de papiers qui tuent au nom d'Allah. Les motifs sont divers, c’est peut-être d’ailleurs tout ce qu’il y a de « divers », dans ces faits qui sont tout sauf anodins.

Que ce soit un lycéen qui se fait poignarder parce que son assassin n’aime pas les Blancs ou un touriste étranger qui se fait poignarder parce que son assassin défend la Palestine ou encore un prof qui se fait égorger parce que son assassin n’aime pas la France, toutes ces excuses peinent à convaincre. C’est du flan. Il y a deux guerres contre nous sur notre propre sol : une contre les Français de souche, une contre les valeurs de l’Occident (quoi que l’on pense par ailleurs de ces « valeurs », ce n’est pas la question pour le moment). Les assassins, eux, sont toujours les mêmes : ils ont moins de trente ans, sont issus de l’immigration musulmane (maghrébine, subsaharienne - ou persane, donc, dans ce cas précis), ils ont un casier judiciaire et un couteau. Certains sont même, c’est le cas d’Armand R.-M., notre terroriste du jour, capables de faire croire qu’ils ont changé. Et nous, où en sommes-nous ? Avons-nous décidé de rester du gibier ?

11702 vues

03 décembre 2023 à 21:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

109 commentaires

  1. « On n’avait rien vu venir ». Quelle faute de goût de la part d’Armand, ce Français né en France qui ne connaît pas les codes de la bienséance.
    Il aurait quand même pu prévenir !

  2. Fiché S, radicalisé, malade mental, déjà condamné, libéré, se balade avec un couteau et un marteau , « rien à dire dans l’état de droit » selon Véran (dont on se demande s’il a un esprit) + Plan Vigipirate = on n’a rien vu venir. La presse aux ordres continue d’enfoncer le clou: « c’est tout la faute aux psychiatres ». Le gouvernement n’y est pour rien. Ouais ouais ouais. J’aimerais rencontrer un gars qui croit VRAIMENT ça. Un. Pour voir à quoi ça ressemble.

  3. « Les structures d’accueil ne sont pas assez nombreuses » C’est juste, mais dans ces structures il y a de la main d’œuvre à embaucher pour: construire des structures qui doivent être des prisons bien étanches. Utilisons donc cette main d’œuvre , s’il veulent être à l’aise dans ces lieux qu’ils les rendent eux même accueillant mais je doute fort de leur bonne volonté, le fouet devra rester à porté de main. Et puis pour nourrir toute cette faune réinstituons ce qui se faisait naguère: pension payé par eux même , leur famille ou qui ils voudrons du moment que la société ne paie plus pour les condamnés. Les moyens beaucoup se les sont procurés par les trafics: drogue, proxénétisme, armes,…
    La société n’en peu plus de payer: police, justice, prisons que les condamnés paient eux même tous les frais liés à leur condamnation jusqu’à la fin de leurs peines, perpète si nécessaire.

  4. Mais que faudra -t-il pour que le gouvernement cesse de tenir des propos aussi inutiles que lénifiants et passe du verbe à l’action ? Je crois que tous les français en ont assez de ces palabres qui donnent bonne conscience à ceux qui les tiennent. Faudra-t-il que le ministre de l’intérieur soit atteint dans sa chaire ? Que la victime soit un proche de Macron ou de l’un de ses followers ?
    Et maintenant on nous insalive de troubles psychiatriques qui protègent de toute condamnation sérieuse . Pourquoi , un malade mental , un fou … reste malade , voire fou après avoir été relâché!
    Du courage , c’est ce qu’il manque au pouvoir qui ne veut pas s’attirer les foudres d’un électorat conquis de façon parfois inavouable . Du courage pour répondre à nos détracteurs mais le gouvernement n’en a pas , il a peur !
    Le Déni est sa seule trouvaille . il lui évite d’écouter et d’entendre la révolte qui gronde

  5. Contrairement à tous ce que veulent nous faire croire les mondialistes, il n’y a que l’assimilation qui permettra de vivre en société. Or, nos élites ne pensent que par le modèle Anglo-Saxon d’intégration. Intégrer permet juste de délivrer un certificat d’appartenance à un pays, pas à une nation. La France est la plus vieille nation Européenne. Elle s’est construite sur un héritage gréco-romain et s’est bâtie sur la culture judéo-chrétienne. Toute autre culture ennemie de la notre se doit d’être prohibée. Or la religion musulmane, n’en déplaise à ses contemplateurs a dans ses veines de vouloir éradiquer le judéo-christianisme. Pour ceux qui en douteraient, relire « Voyage d’outre tombe » de notre grand Chateaubriand.

  6. La vie, en France, est devenue une grande loterie où seuls les assassins ont une chance de s’en sortir. Même si on ne veut pas jouer, il ne faut pas tirer un mauvais numéro, c’est tout !

Les commentaires sont fermés.