Un homme, un touriste allemand, est mort, samedi soir 2 décembre, à Paris, sous les coups de couteau d’un islamiste, « français », s’empressent de clamer les médias. Un Français naturalisé avec sa famille en provenance d’Iran en 2002. Un autre homme est mort à Nantes dans des circonstances troubles entourant un match. D’un coup de couteau, lui aussi. Signe d'une civilisation assassinée, pas moins de 120 coups de couteau s’abattent, chaque jour, au pays de Montaigne et La Boétie sur… n’importe qui.

Mais c'est bientôt Noël. On peut compter sur le gouvernement particulièrement inefficace sur le plan sécuritaire d'Élisabeth Borne et Gérald Darmanin pour… enrober sa faillite d’un papier cadeau communicationnel. Ainsi, ce dimanche soir, à Matignon, une réunion au sommet réunissait le Président Macron, le Premier ministre Élisabeth Borne, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le garde des Sceaux qui vient d’échapper à une condamnation de la Cour de justice de la République, Éric Dupond-Moretti, et même le ministre de la Santé Aurélien Rousseau. On a aussi convoqué le directeur de la sécurité intérieure, pour faire bonne mesure. Il faut calmer les Français qui n’en peuvent plus et rejoignent les rangs de Le Pen, de Marion Maréchal et Éric Zemmour en gros bataillons, comme le montrent les sondages. Alors, on mobilise et on le fait savoir.

Des infirmiers costauds

Résultat ? Darmanin, sur le plateau de TF1, accouche d’une souris décisionnelle. Et d’une ligne de fuite grosse comme un asile d’aliénés. Pour lui, de nombreux terroristes cumulent en réalité des pathologies psychotiques avec une pratique de l’islam radical. Darmanin s’est donc entendu avec le Premier ministre, dit-il, pour travailler sur une obligation de soins psychiatriques. Face au couteau, le psy. On se pince. Et il accuse Marine Le Pen, coupable de n’avoir pas voté en 2021 une mesure qui prévoyait dans le cadre de la loi antiterroriste un suivi des sortants de prison sur une longue durée. Donc, vingt policiers pour une surveillance continue (le nombre nécessaire) plus une escouade de policiers supplémentaires ou d’infirmiers costauds pour contraindre l'islamiste fou à prendre ses médicaments. Et aussi un coach pour lui apprendre à remercier le contribuable ? Fallait-il réunir tant de ministres pour accoucher d’une mesure politicienne aussi bas de gamme ?

Dans cette affaire comme à chaque fois, il y a le vrai et le faux débat. Darmanin a choisi aussitôt le faux, celui qui envahit les ondes : le meurtrier était-il fou ? Quel était son degré de folie ? La folie a-t-elle précédé le coup de couteau ou le coup de couteau témoigne-t-il en lui-même de la folie de celui qui le tenait ? Que faire face aux fous ? Mais voilà. L’homme n’était pas assez fou pour oublier de hurler « Allah akhbar » et d'évoquer la Palestine. Ce profil, malheureusement, est bien connu des Français qui comptent les morts et les égorgements avec un rythme qui ne cesse plus désormais d’accélérer.

Autre débat, la prison. Ce charmant « Français » a passé quatre ans en prison pour projet terroriste, aux frais des Français : la prison ne l’a pas guéri, manifestement. Comment, pourquoi ? Mais la prison française est depuis longtemps l’école de l’islamisme. Elle n’a pas de pouvoir sur les convictions religieuses et n’est pas faite pour cela. Par ailleurs, les récidives sont légion.

Troisième faux débat, le suivi policier. A-t-il été suffisamment suivi à sa sortie de taule ? S’il l’avait été davantage, le touriste allemand poursuivrait ses vacances à Paris, estiment certains observateurs. Mais la France compte plus de 8.000 fichés S pour islamisme, selon les propos du ministre de l’Intérieur lui-même en 2020. Suivre chacun d’eux à la trace jour et nuit, samedi et week-end compris, nécessite 160.000 policiers dédiés à cette seule fonction. Par ailleurs, la porte reste largement ouverte à l'arrivée de nouveaux fous islamistes.

Le couteau fait la loi

« Quand le sage montre la lune, le fou regarde le doigt », dit le proverbe chinois.

Le débat va donc rouler dans l'étroite gouttière des mesurettes, du cas par cas, de l’accompagnement et du suivi. On passera à côté du fleuve de l’évidence. La France n’intègre plus les populations musulmanes qui entrent chez elle dans des proportions et des quantités qui les rendent inintégrables. L’assimilation est confiée aux islamistes qui, eux, convainquent et gagnent du terrain dans l’aveuglement général. Égorgements, meurtres par balle, la France avance vers le chiffre de 300 victimes du terrorisme islamiste depuis 2012. Rien ne permet d'espérer que ce chiffre baisse, et sûrement pas l'arrivée des psychiatres, indépendamment du respect qu'on peut avoir envers la profession.

Le couteau fait la loi. Et pourtant, traditionnellement, en France, on ne tue pas au couteau. On use du coup de gueule, du coup de poing ou du coup de feu, pas du coup de couteau. Le couteau est l’arme du changement de population, c’est évident pour les Français : le gouvernement et les élites aveugles et sourdes font semblant de ne pas voir, comme les enfants se cachent sous une serviette. Au sommet de l’État, on décidera donc de multiplier les suivis et les soins psychiatriques. Et on ouvrira un peu plus largement encore les portes à une immigration incontrôlée, venue d’Afghanistan (le pays détenteur du record de demandes d’asile en 2022) ou d’ailleurs. Il faut sauver la doxa officielle qui vit des temps difficile. Coûte que coûte.

9162 vues

03 décembre 2023 à 21:32

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

85 commentaires

  1. On en reste sans voix et l’estomac tout retourné quand on entend Darmanin avançait de tels propos « ce geste relève de la psychiatrie » , mais il se fiche de notre « faciès » , cet illusionniste de la place Beauvau, encore un tour de passe-passe !!! avant même que ce meurtrier soit examiné dans le cadre de l’enquête notre ministre de l’intérieur élucubre sa propre version , quitte à refaire machine arrière comme il l’avait fait lors de « l’attaque des longs couteaux britanniques » devant la commission parlementaire. Mais çà ne prend plus cher monsieur le ministre (je serai tenté de dire de l’extérieur) car plus modéré et conciliant lors de ses déplacements et surtout dans le pays de ses ancêtres.

  2. Rien d’étonnant avec le chef que nous avons à la tête de l’Etat… Il le dit, le proclame sur la scène internationale ! Avec la Méthode Macron, Israël mettrait dix ans pour se débarrasser du Hamas. Dieu merci pour Israël, ce n’est pas Macron qui est à la tête de ce Pays ! Imaginez le tableau ! Mais pendant qu’il donne des leçons aux autres, il est à la tête de la France où il ne fait strictement rien pour empêcher les Français de tomber presque journellement sous les coups de couteaux… Rien pour freiner l’arrivée de nouveaux adeptes de cet ustensile sur notre sol. Rien pour réformer les conditions d’obtention de la nationalité. Ce droit du sol qui fait que l’on accorde toujours la qualité de Français à des gens qui ne veulent que nous exterminer…

    1. Donc, selon Macron, ISRAEL va mettre 10 ans pour éradiquer le Hamas mais qu’en sait-il ? c’est mal connaître la capacité des ISRAËLIENS alors que s’ils ne font rien, c’est éternellement qu’ils devront subir cette organisation terroriste. On comprend mieux pourquoi Macron n’entreprend rien car il sait qu’il n’a pas la carrure pour gérer ça sans l’Armée mais comme il ne veut pas faire appel à l’Armée, il condamne la France et son peuple à disparaître pour être remplacés par l’envahisseur. Le peuple devra donc faire appel à l’ARMEE avant que ce redoutable scénario n’arrive.

  3. Comme déjà dit, les actes que commettent ces individus ne sont pas des actes de déséquilibrés mais de FANATIQUES. Ils ne sont pas plus fous que vous et moi ce qui signifie que les soins psychiatriques et la prison ne changeront absolument rien à leur idéologie. En conséquence, il faut que Macron nous débarrasse rapidement de ces millions de fanatiques avant que le pire n’arrive.

    1. Le problème est que Macron est lui-même un fanatique (de l’Europe, de l’immigration, etc…), son déni du réel est évident.
      N’attendez rien de lui.

  4. Oui, il faut être fou pour tuer une personne qui ne vous a en rien menacée. Oui, il faut être fou pour croire que cet assaillant a agi sur un coup de folie. Un terroriste sort du cadre normal de l’état de droit car c’est un ennemi de la nation. Ce sont donc des mesures particulières qui doivent être menées pour mettre un terme à tous ces agresseurs. Tout le reste n’est que bavardage inutile.

  5. Il parait que notre célèbre baguette (pain) est née du fait que les hommes avaient toujours un couteau en poche pour couper leur pain et qu’ils s’en servaient aussi pour se battre. Les couteaux ont été interdits et la baguette est née. Plus besoin de couteau pour couper le pain.

  6. Il faut responsabiliser et sanctionner les médecins qui donnent le feu vert pour la liberté des…malades psy. Ils ont des assurances pour leur responsabilité professionnelle. Quant aux traitements pour maladies psychiatriques, certains gouvernants en aurait bien besoin à défaut d’être internés d’office.

  7. Darmanin a raison d’en appeler aux psychiatres, la priorité pour eux étant de traiter le gouvernement et les politiques de gauche.

  8. Monsieur Darmanin, je fais comme vous….Je vous jure que le jour où il y a un autre Crépol dans un autre genre de lieu, mettons une croisière de boomers électeurs de Macron, et bien les coupables n’aurons pas ma haine….

  9. C’est très curieux ce qui amène les personnes psychiatrisées à tuer au nom d’une idéologie, combien y-a-t-il de mort du à un fou au nom du christianisme, de hindouisme , du moins en France. Parce que l’hindouisme, en Inde, tue beaucoup, chrétiens et musulman sans distinction.

Les commentaires sont fermés.