Caroline Artus a dû s’étrangler à la lecture du Point qui titrait, ce week-end, « Quand Bernard-Henri Lévy met Éric Zemmour knock-out ». L’auteur de l’article n’est pas vraiment un journaliste. Disons que c’est un gamin de 22 ans, étudiant à la Sorbonne-Paris 4 et qui prépare, selon Le Point, un mémoire de master 1 en littérature française sur « le rôle des intellectuels français pendant la guerre de Bosnie ». Un thème qui n’a pas grand-chose à voir avec Éric Zemmour, mais qui est familier à

Félix Le Roy, ce jeune étudiant, s’est donc lancé dans un long, bien long papier à la gloire de son idole. Précisons que le jeune homme écrit aussi dans La Règle du jeu, la revue de BHL. Voilà le décor planté.

Le Roy commence son papier en déclarant Zemmour comme son ennemi déclaré. Puis sa plume vole au secours de son BHL. Je cite : « Ce ne sont que des émotions. Je voudrais dire davantage, et mieux. Mais je suis tellement resté sans voix, effaré, que ces quelques mots ont au moins la valeur de leur sincérité et de leur spontanéité. Ce n’est pas une parole d’expert. C’est celle d’un homme qui croit qu’il faut, plus que jamais, brandir haut certaines idées majuscules : humanité, fraternité, universalité. Tout homme qui les défend mérite le respect. Bernard-Henri Lévy, par son esprit généreux, solidaire, face aux énormités dangereuses de son adversaire, a mis Éric Zemmour knock-out. Je vous laisse, et m’en vais relire Levinas, et quelques pages d’Ô vous, frères humains, d’Albert Cohen, pour me laver de cet épisode dégueulasse de fascisme décomplexé. »

Heureusement, de nombreux lecteurs du Point ont « moyennement » apprécié cette ode à BHL : « Blocage », écrit à « fachospère » : « J’ai arrêté la lecture ». Xyjm : « Un article primaire totalement partisan et de mauvaise foi. » « Le Circonspect » : « Est-ce un gag de la part du Point cet article provocateur ? »

Je donne à Jean-Yves Le Gallou le mot de la fin : « #Zemmour battu par BHL selon @LePoint : dont BHL est éditorialiste après avoir vendu l’entreprise familiale la #Becob à Pinault lui même propriétaire du Point. Vous suivez ? Le journalisme ? Des larbins payés par des milliardaires ! »

Jean-Yves Le Gallou se trompe sur un point : le jeune Le Roy n’est pas journaliste mais simplement un étudiant inféodé à Bernard-Henri Lévy. Décidément, les temps sont durs pour notre philosophe : non seulement, il est contraint, pour trouver encore de la lumière, d’aller débattre avec Zemmour, mais il recrute ses admirateurs en circuit court…

À lire aussi

Dijon : le temps des barbares…

On attendra encore longtemps une déclaration de guerre, non pas à un virus mourant mais à …