Romain Lopez (RN) explique, en exclusivité pour Boulevard Voltaire, les raisons de sa victoire à 62 %, avec une liste de rassemblement et un état d’esprit d’ouverture. Il revient aussi sur son parcours personnel.

 

Quelle est votre première réaction face à cette victoire ?

Je tiens tout d’abord à remercier les 62,5 % de Moissagais. Près de 3000 électeurs se sont portés sur notre candidature. Ils ont confirmé la dynamique de premier tour et de rassemblement. Nous sommes une liste diverse droite avec des gens de toutes les sensibilités politiques, RN, LR, ex-RPR UMP et quelques personnes de gauche. On s’est retrouvé dans ce scrutin avec des gens de toutes les tendances politiques qui ont voté pour notre liste, ce qui fait la force et la spécificité de cette liste et de cette victoire.

Quelles seront vos premières actions en tant que maire ?

Demain, je rencontre monsieur le maire pour la passation. Le maire sera officiellement désigné dans cinq jours en conseil municipal. Nous allons mettre à profit les deux mois d’été pour donner confiance aux personnels municipal qui en ont bien besoin. Ils sont la vitrine de . Nous allons donc tous les rencontrer et allons développer notre programme. La lutte contre les incivilités est pour nous le préalable à la restauration du bien-être, du dynamisme et de l’attractivité de . Ensuite, nous allons travailler sur les animations et les festivités. Nous sommes en période estivale. Nous devons donc attirer et fidéliser les touristes. Par conséquent, nous allons développer plusieurs activités, notamment le jet ski qui doit être en préparation pour la rentrée.
Nous allons rencontrer des associations et les acteurs économiques pour aborder la façon dont nous pouvons redynamiser notre commune.

Comment jugeriez-vous le premier bilan de cette campagne électorale ?

Dès le début, nous avons eu le souci du rassemblement. Nous n’avons jamais attaqué qui que ce soit. Nous ne sommes pas tombés dans les coups bas qu’ont développés nos concurrents. On nous a accusés de distribuer des tracts du Maréchal Pétain. Des fichiers de collectivité ont été utilisés pour mobiliser les électeurs. Plusieurs règles n’ont malheureusement pas été respectées.
Nous n’avons pas voulu rentrer dans ce jeu-là, car nous considérons que nos concurrents représentent aussi les Moissagais. On leur devait le respect dès le début.

Est-ce une base de lancement pour le Rassemblement dans la région ?

On est sur une liste d’intérêt communal. C’est effectivement la première fois qu’il y aura des élus RN, notamment un maire qui adhère à ce parti-là. On considère qu’il y a des bonnes volontés aussi bien au RN qu’à droite ou à gauche. Nous n’avons donc pas à exclure les Moissagais qui votent RN. Pour la première fois à Moissac, ils seront représentés demain dans une équipe majoritaire.

Que pouvez-vous nous dire sur votre parcours personnel ?

J’ai 31 ans et je n’ai jamais été élu. Je passe donc de simple administré à maire. C’est un changement de vie. Ce sont de lourdes responsabilités. Il va falloir être à la hauteur et se mettre au travail dès demain.

Quel sentiment avez-vous de passer d’administré à maire ?

Je vous le dirais dans les prochains jours, mais pour l’instant je n’ai pas encore été élu maire officiellement. On ne perçoit peut-être pas encore le poids de la charge. Je m’en apercevrai dans quelques jours. Je sais qu’il y a une attente colossale compte tenu de ce score historique. Il ne va pas falloir décevoir.