Accueil Discours Le pape François en visite éclair à l’Europe
Discours - Editoriaux - Histoire - Religion - 25 novembre 2014

Le pape François en visite éclair à l’Europe

S’il continue à ce rythme, on va l’appeler le pape François Express : ce fut la plus courte visite d’un pape en terre française, hier à Strasbourg, devant les institutions européennes, le Parlement européen et son illustre inconnu sur les bords de l’Ill, le Conseil de l’Europe. 3 h 50 chrono annoncées, deux discours convenus, une centaine de mains serrées, une visite très institutionnelle en somme, en regard de celle plus prophétique de Jean-Paul II en 1988, restée dans toutes les mémoires. Un an jour pour jour avant la chute du mur de Berlin, Jean-Paul II au même endroit avait convié tous les citoyens européens à « se donner et à ne reconnaître pour loi que ce qui est objectivement juste et bon ».

« Le pape, combien de divisions ? » avait ironisé Staline au moment de la guerre froide. On ne répétera sans doute jamais assez combien Jean-Paul II nous manque cruellement en ces temps incertains… Lui qui faisait de chacun de ses voyages un moment exceptionnel, comme lors de cette messe au Bourget en 1980 où il lança la célèbre apostrophe “France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ?” Il voyageait au grand vent, l’évêque en blanc venu de Cracovie, et avait consacré en 1988… quatre journées à sa visite à l’Alsace et aux institutions européennes. À sa descente d’avion, le président de la République en personne était venu l’accueillir, et pas une vague Ségolène commise d’office, se demandant encore ce qu’elle était venue faire hier à Strasbourg aux côté d’un Harlem Désir tout aussi incongru…

Outre le nom alsacien (Strasbourg-Entzheim) de son aéroport, qu’aura retenu le pape François de son trop bref séjour strasbourgeois ? Je n’oublierai jamais Jean-Paul II s’adressant en… alsacien à la foule rassemblée place de la Cathédrale. « Que l’Alsace reste fidèle à l’héritage reçu et maintienne vivante sa générosité […] Vous, les Alsaciens, restez attentifs à vos traditions. » Ce sera difficile, mais il nous aura au moins prévenus… Jean-Paul II répétera ce message le lendemain au mont Sainte-Odile (patronne de l’Alsace), avant de rappeler à l’ordre le Conseil de l’Europe et le Parlement européen sur « l’ardente obligation » de préserver la dimension spirituelle de l’identité européenne.

Le pape François n’a pas dit autre chose hier, en s’adressant directement à l’Europe « Où est ta vigueur ? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton Histoire et l’a rendue grande ? »

À lire aussi

Coronavirus : « …et si on rendait l’Alsace-Lorraine aux Allemands, au gué, au gué… » ?

Alors oui, sans aucune hésitation, Monsieur le Premier Ministre, confiez l’Alsace et la Lo…