Pour son déconfinement, la Macronie a opté pour un véritable festival off. Et, pour une fois, le spectacle n’est pas assuré par la porte-parole Sibeth Ndiaye. a apporté sa pierre. Et le très sérieux , patron des députés LREM, a pris le relais.

Qu’ont-ils dit ? De banales vérités. Mais, quand cela sort de la bouche de représentants autorisés du macronisme, cela mérite d’être souligné. Ensuite, on n’ira pas jusqu’à parler, comme Le Monde, de « propos chocs »

Marlène Schiappa, donc. « Plus personne ne pense qu’ va être élue maire de Paris. » Ben oui, une évidence pour 90 % des gens. Une évidence depuis l’affaire Griveaux. Une évidence depuis sa gestion de l’épidémie. Une évidence depuis le premier tour et ses aveux sur la « mascarade » de sa campagne. Il paraît qu’il fallait dégriser quelques militants marcheurs.

Mais le vrai scandale – car il y a un scandale Buzyn -, ce n’est pas ces aveux internes de défaite anticipée avec tous les effets démobilisateurs qu’on imagine, car ceci est en fait relativement classique dans la vie politique. Souvenez-vous des LR qui lâchaient Fillon pour préparer leur intronisation dans le monde d’après. Le véritable scandale Buzyn est triple :
– primo, le seul fait qu’elle soit encore candidate, qu’elle n’ait pas eu la décence de se retirer, quelques semaines après la catastrophe sanitaire, après sa « mascarade » ;
– deuzio, notre, votre léthargie devant ce scandale énorme, notre passivité, notre incapacité à crier, descendre dans la rue pour lui dire de faire ses bagages ;
– tertio, le fait qu’Agnès Buzyn va tout de même recueillir autour de 20 % des suffrages des Parisiens, selon un sondage réalisé pour le Journal du dimanche et Sud Radio par IFOP-Fiducial.

Ainsi, la population parisienne, pourtant l’une des plus exposées à l’épidémie, continuera donc de déposer un bulletin « Buzyn » dans l’urne après tout ce qui est arrivé ? Est-ce si difficile de se déprendre de cette candidate-miroir d’une sociologie parisienne huppée et intellectuelle ? Mais dont l’incompétence fut patente et dangereuse ? Cela laisse songeur.

Gilles Le Gendre, lui, a l’esprit résolument tendu vers l’avenir. L’acte 2, 3, 4 du quinquennat ? On ne sait plus ? Le « se réinventer », quoi. Le remaniement. Et Gilles Le Gendre n’a pas peur de mettre les mains dans le cambouis : d’après ses « notes secrètes », révélées par Marianne, il verrait deux « favoris » pour remplacer à Matignon : l’ex-socialiste Jean-Yves Le Drian, qui « saura gérer la majorité » mais « appuiera peu l’élan que nous souhaitons donner », et le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, ex-LR, qui « porterait parfaitement la reconstruction » malgré un « faible charisme ». Ces plates vérités, comme celle de Marlène Schiappa, ont déclenché une tempête chez les députés LREM dont certains demandent la tête de leur chef. Tempête dans un flacon de gel hydroalcoolique.

Car, une fois de plus, le scandale n’est pas là, dans leur manque de charisme, leur façon très ancien monde de faire de la politique, leurs scènes de ménage dominicales dans le JDD ou sur leurs plateaux favoris, mais dans la crise sanitaire, économique, sociale qu’ils ont créée.

L’autre scandale – et là, les Français ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes -, c’est que le Premier ministre responsable de tout ça – crises et mascarade comprises – gagne 5 points de popularité, à 39 %, dépassant le Président ! À ce stade, une ovation de tous les Parisiens à 20 heures, sur leurs balcons, en son honneur, devrait être envisagée.

Peut-être les Français n’ont-ils pas encore pris conscience, par peur, que la crise politique sera inévitable.

À lire aussi

Sondages caniculaires : la personnalité politique préférée des Français n’est ni Castex ni Macron mais…

Il est devenu LA personnalité politique des Français... …