Le fondateur de l'ONG BarakaCity, dissoute fin octobre par le gouvernement, a été condamné, vendredi 12 mars, à dix mois de prison avec sursis. Idriss Sihamedi a été reconnu coupable d'avoir harcelé en ligne Zohra Bitan, chroniqueuse de la radio RMC. Il devra également s'acquitter d'une amende de 5.000 euros, relate France Info.

133 tweets visant Zohra Bitan

Idriss Sihamedi, de son vrai nom Driss Yemmou, avait publié, en septembre 2020, 133 tweets visant Zohra Bitan. L’homme l'accusait de « déverser sa haine sur les femmes musulmanes ». La chroniqueuse de RMC avait déclaré, au sujet d’une youtubeuse voilée, que ce choix était celui d’« une idéologie d'où découlent d'innombrables inégalités femmes-hommes ».

Sur Twitter, Idriss Sihamedi avait, par la suite, invectivé la chroniqueuse et ses deux fils et était allé jusqu’à publier une photographie de la boîte aux lettres de la famille ainsi qu'un courrier en recommandé volé.

Injures racistes envers Zineb El Rhazoui

Dans une autre affaire, la semaine dernière, le fondateur de BarakaCity a été condamné par le tribunal de Paris à 3.000 euros d'amende pour injures racistes envers l'ancienne journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui.

Nous ignorons à cette heure s'il fera appel de cette condamnation.

3909 vues

13 mars 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.