L’épidémie de Covid 19, après deux années de pics épidémiques entrecoupés de pauses, semble dorénavant s’apparenter à une infection banale. Mais ce processus infectieux doit être différencié de la réaction politique démesurée qui s’est déployée dans nos contrées occidentales, à savoir le : alors même que le Covid viral se banalise, le Covid politique ne semble pas près de s’arrêter, la privation persistante de vie professionnelle des soignants non vaccinés en témoigne.

Je fais l’hypothèse que ce covidisme, plus généralement ce sanitarisme, est l’aboutissement d’un système politique radicalement nouveau qui tisse sa toile depuis maintenant plusieurs décennies dans nos contrées occidentales. Il est le point d’acmé de la grande déconstruction amorcée dans la seconde moitié du XXe siècle, sous l’impulsion de philosophes tels que Derrida, Foucault…

Dans ce demi-siècle de rejet et de déconstruction, nos spécifications culturelles ont été contestées, malmenées et progressivement remplacées… par le nihilisme, le vide (Lipovetsky). Et sa traduction politique s’est tout naturellement rétractée sur l’économisme : tout se vaut, tout bien est interchangeable, échangeable, monétisable, l’économie et la monnaie devenant l’ultima ratio de cette politique des fragments et des miettes idéologiques, celles des idées chrétiennes devenues folles : le royaume de l’indifférenciation, de la mêmitude (Jean-Louis Harouel) qui, au nom de l’anti-discrimination, feint la diversité pour mieux l’éradiquer.

Mais tout vide se doit d’être comblé : il ne s’agira pas, ici, du Grand Remplacement culturel, conceptualisé par Renaud Camus, mais du remplacement de cet « instinct de conservation culturelle » par le retour en force des instincts primitifs de « conservation physique », sous deux formes distinctes : le néo-écologisme, instinct de conservation de notre extériorité physique (la nature), et le sanitarisme, instinct de conservation de notre intériorité physique (notre santé).

Le néo-écologisme est, en fait, un retour à une idolâtrie de la nature, sorte de néo-paganisme matérialiste. Le sanitarisme est un pur instinct de l’autoconservation. Bien sûr, ces deux principes ont toujours existé : qui serait contre préserver la nature et garder une bonne santé ? Mais ils ne valaient qu’en tant que moyens nécessaires au déploiement d’une finalité plus grande, celle de notre bien civilisationnel commun et, encore au-delà, notre spiritualité commune. Moyens, certes, très importants, mais moyens quand même.

Ces deux « moyens » sont devenus, dans un processus d’absolutisation, des fins ultimes : pour les faire advenir, se sont alors installés de véritables « rituels conjuratoires », quasi religieux avec leurs dix commandements de remplacement (tu n’émettras point de CO2, tu te vaccineras, tu te confineras, tu te masqueras…). Mais contrairement aux dix commandements « historiques », ils ne sont point libérateurs mais disciplinaires, enfermants, aliénants, régressifs. Passage, pour parler comme Marcel Gauchet, du salut par « l’hétéronomie » (spirituelle) au salut par « l’autonomie » rétractée sur l’autoconservation de notre matière vivante, ultime horizon…

On pourrait penser que, moindre mal, ces finalités seront positives pour la santé et la préservation de la nature, mais cette absolutisation fait mauvais ménage avec une conduite scientifique rationnelle : nous plaçant dans une déclaration d’urgence permanente (climatique, sanitaire), de pressions psychologiques faites d’impériosités médiatiques, elles ne débouchent, en première instance, que sur ces formes de rituels conjuratoires aliénants déjà mentionnés. Bien sûr, à l’ère moderne, un « habillage scientifique » doit en être le compagnon de route, mais il n’est qu’un trompe-l’œil : cette science-là n’est plus un ciment édificateur.

Notre civilisation vieille de 26 siècles, gréco-romano-judéo-chrétienne, ressemblait à un ensemble de racines culturo-spirituelles, qui par la sève de la rationalité déployaient un bel arbre civilisationnel où culture et science s’entremêlaient : Aristote et saint Thomas ne nous avaient pas attendu pour en parler. En nous coupant de nos racines, nous nous sommes aussi coupés de notre sève et nous condamnons non seulement à un vide culturel, une anomie, mais aussi à une rationalité qui tourne à vide, fragmentée, parcellisée.

Nous sommes montés dans le train du déconstructivisme, passés en gare Mai 68, stations , Dégenrisme, Décolonialisme, Néo-écologisme, et enfin terminus dans le vide sanitaire du Covidisme. Nous sommes arrivés à la fin de l’Histoire. Presque…

 

4275 vues

27 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Ayant rejeté la religion avec Dieu, en Occident, les hommes essayent la religion sans Dieu. Après le communisme et ses échecs y compris sanglants, c’est le progressisme encouragé par le relativisme validé par Vatican II. Pour l’instant on peut constater qu’on converge vers le même néant démontré par les cocos. Dans tous les cas, on retrouve les mêmes organisations humaines: un ou des « pontifes », des clergés, des règles, une morale pour conduire les troupeaux humains … vers le bonheur, de qui ?

  2. L’instinct de conservation c’est bien, mais là on nous a demandé de ne pas vivre pour ne pas mourir, alors que le risque de mourir du covid19 est extrêmement faible si on n’est pas très âgé avec comorbidités. Puis « Tous vaccinés-tous protégés », alors que ces « vaccins n’empêchent ni contagion ni contamination ni formes graves, sinon il n’y aurait aucun vacciné malade ni à l’hôpital.

  3. C’est en effet la très désagréable sensation que certains d’entre nous ressentons de plus en plus. Certains résiste vaille que vaille mais pour mieux nous y obliger nos nouveaux gourous ont en main des moyens très convainquant. Le pire dans cette histoire étant que des milliards de gens ce sont laissés enfermer dans cette folie.

  4. Le terme de « déconstructivisme » est un peu faible quand une prtie de la stratégie consiste en un génocide…
    Mais on peut dire que saper les fondements de la société était nécessaire pour que les citoyens devenus moutons aillent sans broncher à l’abattoir.

    1. Retour à « Soleil Vert »… les services de sécurité n’en sont qu’à l’apprentissage

  5. Pour ceux que le sujet passionne regardez ou lisez Evelyne Joslain. Ce que nous vivons est en lien direct avec la politique gauche US ( Biden/ Obama) . L’Europe n’est pas en reste bien au contraire. Les grands vainqueurs : le PCC chinois qui a détruit l’Amérique telle que nous la connaissions, campus universitaires d’extrême gauche, LGBT, inversion généralisée des valeurs. Le PCC a très bien compris comment détruire l’occident.

  6. La politique de la peur menée par macron et ses sbires malfaisants a détruit tout instinct de défense chez une partie du peuple anesthésié par la peur de mourir et prêt à tout comme se laisser piquer par des produits incertains dont les effets à long terme sont inconnus.Notre civilisation se détruit elle même par manque de courage, manque de volonté. Les aides sociales participent à cette déchéance du pays, elles ne devraient être que momentanées et non perpétuelles en cas d’accident de la vie.

  7. Bien que je sois d’accord avec vos arguments, je le suis pas du tout sur le sentiment conservatisme qu’il dégage. Tout était loin d’être l’idéal.
    Le nouveau monde echoue et Poutine est un événement de l’histoire qui stoppe les dérives et remet l’humanité en route. D’autres évenements de l’histoire viendront car les mondialistes ne désarmeront pas facilement.
    Attention à ne pas restaurer un monde de nations rétrograde qui fut un facteur de guerres.

    1. « Poutine est un événement de l’histoire qui stoppe les dérives et remet l’humanité en route »
      Entièrement de votre avis.
      C’est sans doute pour cela qu’on nous martèle sans cesse l’inverse dans ces médias pourris, vendus aux décadents machiavéliques qui ne réalisent même pas que pleurer et vouloir faire pleurer sur les ukrainiens victimes sans jamais verser une larme sur les civils du Donbass est incompatible.

      1. Sans oublier cet fin de semaine le Yémen au prise avec la délicieuse Arabie Saoudite.

    2. en l’état je me demande qui est rétrograde, certainement pas les défenseurs des nations.

  8. Prochain départ pour le transhumanisme En Marche mais nous pouvons siffler l’arrêt du train le 10 avril et sa mise au rebut le 24 avril suivant

  9. Tout cela est fort bien dit mais il suffit de voyager dans le monde pour comprendre que l’écologisme et le covidisme (isme de rigueur) sont des tares d’occidentaux repus et larmoyants. Les « autres » se fichent pas mal de tout cela et je suis curieux de voir ce que le Grand Remplacement va faire des idées de nos « pastèques » !

    1. Oui et la scission apparaît clairement au sujet de l’Ukraine: voir la carte de ceux qui sanctionnent la Russie (1 milliard d’habitants) et ceux qui s’y refusent…
      Cela n’empêche pas les premiers de se proclamer « la communauté internationale ». Il est vrai qu’ils verrouillent depuis longtemps les institutions internationales…

    2. Tant que nous serons dépendants de l’Oncle Sam et de ses « bienfaits » nous irons à notre perte.

  10. Nous assistons à une attaque sans précédent de la civilisation judéo-chrétienne, dans le but d’imposer à sa place une dictature basée sur la peur sanitaire, policière, le dictat des juges au-dessus des lois, le dictat de l’argent, la déconstruction de l’Homme, déculturé, sans passé historique, futur mouton décervelé, brain-washed, pour obéir à une oligarchie toute puissante, aux futurs maîtres du monde.

    1. Les « maîtres du monde » n’auront pas la vie éternelle et passeront l’arme à gauche (locution populaire) comme tout un chacun avec les mêmes douleurs physiques et morales, c’est une petite compensation de penser à leur fin de vie .

      1. Espérons dans ce cas qu’ils n’essaimeront pas des héritiers.
        Mais il est vrai que les empires autoritaires et les Reich s’effondrent sur eux-mêmes, comme Staline et Hitler ou encore les Khmers rouges. Cela, cependant, prend plus ou moins de temps et… après des millions de victimes.

      2. Il n’est pas rare que ses bougres finissent sagement dans leur lit par une belle nuit d’hiver… helas j’ose dire !

      3. Une toute petite car leur agissements auront détruit notre civilisation. et avec elle notre culture et nos racines.

    2. « Nous assistons à une attaque sans précédent de la civilisation judéo-chrétienne, »
      Totalement exact.
      Cela va de la suppression de nos statues d’anges, de Vierges et autres symboles de nos croyances, à l’incendie de Notre dame, St Sulpice et tant d’autres, en passant par les meurtres de nos anciens au rivotril, aux avortements de masse, à la fin de notre morale, jusqu’à la guerre déclarée à la Russie, pays éminemment chrétien dont le chef (malgré ses défauts comme nous tous) veut garder la foi.

    3. Néo féodalisme orchestré par l’hyper classe dominante alliée au PCC chinois pour détruire moralement l’occident. Les seuls résistants sont TRUMP et POUTINE.

  11. Le but de maintenir la vaccination obligatoire pour les personnels de santé est de détruire l’hôpital public avec la complicité des directeurs .Sinon pourquoi un tel acharnement sur cette profession .

    1. Le pouvoir, toujours le pouvoir. Le plus important n’est pas de bien soigner, c’est de bien obéir.

    2. Et aussi (surtout?) éliminer du système de soins tous ceux qui conçoivent leur métier autrement que l’obéissance servile à des protocoles décidés politiquement et financièrement

  12. Je suis tout à fait d accord avec votre analyse sur le covidisme et sa conclusion sur la régression qu’il engendre. Pour la première fois depuis des décennies le taux de mortalité infantile en France augmente. C’est le marqueur suprême des pays en voie de développement. La France se sous développe et dans tous les domaines.
    Bientôt nous n’aurons même plus besoin de Poutine pour nous battre avec des silex….

  13. La fin d ‘ une civilsation ?
    Bienvenue dans le nouveau monde :
    au mieux : un monde sans saveur, aux idéologies dominantes , fait d ‘ uniformité ,ou l ‘ on active ou désactive les populations comme des objets , c ‘est selon ;
    Au pire : lire Orwell ,Huxley , mais dans tous les cas , l ‘ enfer est à nous …

      1. Je déjà cité ce film précédemment, il est tellement l’image de ce qui nous attend…
        À ce demander si les scénaristes avaient des visionsque nos tyrans reprennent à leur compte…
        Dommage « soleil vert » ne repasse plus, je dois avouer qu’il m’a perturbé le sommeil un moment lors de sa sortie au siècle dernier…

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter