Avec son passé d’énarque, aurait pu mal tourner. Grâce à Dieu, il a su faire abstraction de ses convictions nationales, et grâce à la clairvoyance de notre Président – qui sait choisir des maréchaux d’empire européistes à sa mesure étriquée –, le voilà conforté ministre économique. Et nous savons tous, depuis qu’il s’est présenté ce 27 septembre à son bureau du ministère avec un col roulé, après avoir clamé haut et fort à France Inter : « Vous ne me verrez plus avec une cravate mais avec un col roulé... », que l’heure est à la heureuse d’État.

Serait-il de ces nouveaux disciples du sobre disparu Rabhi qui écrivait que « la sobriété est un choix conscient inspiré par la raison […] un art et une éthique de vie, source de satisfaction et de bien-être profond […] un positionnement politique et un acte de résistance en faveur de la Terre, du partage et de l'équité » ? Le col roulé remplacerait-il donc, chez les censeurs de la coterie Renaissance, la bure franciscaine ? L’avenir, et la température aux ministères et à Paris, le dira.

est, comme chacun sait, un grand général de guerre énergétique. Comme disait déjà son prédécesseur-modèle, l’excellent Paul Reynaud, ministre des Finances en 1939 : « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts », le général , promoteur de la « guerre totale », a dit que nous aussi allions vaincre. Et les Russes et le froid. Pour les Russes, on verra. Pour la chute des températures à venir : col roulé ! Et les vendeurs de cravates, alors ? Sur la paille ? Cravatés !

Mais la guerre, c’est la guerre. Et au front, on est tous unis. À preuve, le Président, ouvrant le volet « santé » du fameux CNR – Jean Moulin, sors de ce col roulé ! –, a revêtu aussi son uniforme à col qui gratte pour soutenir l’initiative de son héroïque ministre prêt à supporter toutes les démangeaisons que la fibre acrylique génère sur la pomme d’Adam pour nous montrer l’exemple à suivre. Sobrement.

Ce 8 octobre, après que sa grande offensive en pull-over sobre a été moquée sur le Net par tous les internautes défaitistes, traîtres au bonheur ou vendus au vieux moujik Poutine, le général Le Maire en rajoute une couche de justification sur sa page Facebook : « Le col roulé protège en hiver. Vous n’avez pas besoin d’un ministre pour le savoir. Vous avez encore moins besoin de ses recommandations vestimentaires. Je suis bien d’accord avec vous. Au risque de vous surprendre après une semaine où le contraire a été dit, je n’ai jamais recommandé à personne de porter de col roulé. »

Merci au général Le Maire pour ces précisions de haute volée qui rassurent. Il ne veut rien nous imposer, le brave homme. Humilité sobre et heureuse d’un grand serviteur macronien de l’État et du peuple. Comme il s’est plu à le dire lui-même en d’autres circonstances : « Quand je fais une connerie, je ne la fais pas à moitié. » Lucide, en plus ; hélas, récidiviste. En toute sobriété.

3251 vues

9 octobre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

12 commentaires

  1. Sobriété ? Comme pour les 17 ministres se déplaçant en Algérie avec Madame Borne avec tout l’accompagnement que cela engendre ?
    Nous n’avons pas le même dictionnaire

  2. J’adore l’humour de cet article!

    Ceci dit, je ne supporte pas les cols roulés, j’ai l’impression d’étouffer, et cela a toujours été.
    Certes et heureusement, la très très grande majorité des français n’est pas comme moi !

    Mais je fais quoi?

    Ah, non injectée, ne portant pas la muselière, ni le col roulé, lorsque je mourrai, je n’aurai pas droit à renaître de mes cendres, tel le phénix des hôtes de l’Élysée.

    Bof, si c’est pour une renaissance en macronie, je ne regrette pas.

  3. Le col roulé oui ! Le col roulé 1er prix en synthétique NON ! Ca gratte méchamment … Alors ces hommes politiques privilégiés, gâté, capricieux et pourris, pourraient offrir à chaque Français, vous savez ceux qui ne sont rien et sont obligés d’acheter des produits 1er prix, quelques cols roulés en alpaga ou en cashmire pour passer un bon hiver.
    Au fait, quelle est la facture énergétique annuelle de l’Elysée, vous savez cette facture payée par le con-tribuable spolié ? Allez, dites le nous afin qu’on puisse rêver un peu …. nous qui multiplierons les couches de vêtement cet hiver, pas seulement par souci d’écologie mais surtout par incapacité de financer les factures d’énergie ….

  4. Je lui propose de porter des pantoufles car le froid arrive aussi par les pieds, surtout les nickelés.

  5. Déjà ce mot de sobriété est impropre ,ensuite c’est vrai les cols roulés ça gratte .
    Qu’on nous laisse tranquille !

  6. Je ne vois pas pourquoi il ne porterait pas la cravate sur le col roulé. Ce serait aussi élégant que les claquettes-chaussettes. Et cela sauverait les fabricants de cravates.

  7. Le col roulé va-t-il devenir un signe religieux d’adhésion à la secte « renaissance » ?
    Ce pauvre lemaire a oublié de préciser qu’il fallait aussi remplacer les tongs par des chaussures fourrées !!!
    Attendons le chèque adéquat pour changer de tenue, ça ne va pas tarder !

  8. Lemaire voyait Poutine à genou. Maintenant, il voit la France en pull à col roulé. C’est quand même fort ce qu’ils prennent au gouvernement.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter